Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Bigre, je me
ronge
les sangs !
J'ai
faim
Malheureusement, l'ignorance ignore parfaitement l'art. Ainsi, l'amitié s'enfuit en courant vers le futur du post-modernisme
La Rochefaucud ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

3 Mars 2008 ::

« Paul Thümmel, l'espion A54 - 2ème partie »

:: Histoire contemporaine, 1942

Ce billet fait partie d'un sujet composé de deux parties :

1. Paul Thümmel, l'espion A54 - 1ère partie
2. Paul Thümmel, l'espion A54 - 2ème partie



Des renseignements précieux

Pendant des mois, Paul Thümmel, alias A54, fournit des renseignements d'une surprenante précision. L'Intelligence Service anglais apprécie à leurs justes valeurs ces informations capitales, faisant figures de véritables prédictions à chaque fois. Jugeons plutôt :

  • A54 annonce que la plupart des documents traitant d'arrestations d'officiers tchèques passent entre ses mains : dès qu'il le peut, il prévient les officiers en danger.

  • Du 25 au 27 novembre 1939, il rencontre de nouveau le major tchèque Franck à La Haye, et annonce l'invasion de la Belgique et de la Hollande pour la fin de l'année : prédiction presque exacte, la Hollande est écrasée sous les bombes en mai 1940, et les alliés en sont prévenus une semaine avant. Pendant ces mêmes jours de novembre 1939, Thümmel parle d'un étrange projet mené par Hitler : le Führer a lancé un programme de recherche pour construire des « super fusées », qu'il veut projeter sur l'Angleterre. Nous ne sommes qu'aux prémisses de la guerre, et il annonce déjà les fameux V1 : A54 voit juste, et voit loin !

  • A l'automne 1940, la France est écrasée, après quelques semaines de « drôle de guerre ». L'Angleterre apparaît comme un bastion de liberté, situation insulaire oblige. A54 annonce que l'invasion de la Grande-Bretagne se prépare : des commandos spéciaux sont créés, des tracts de propagande imprimés en masse... Il annonce qu'au Portugal, on projette d'enlever le duc de Windsor, pour en faire, après l'invasion, le nouveau roi d'Angleterre. A54 donne même la date précise du début de l'offensive, ainsi que son nom de code : l'opération Seelowe doit débuter le 15 septembre, par une offensive aérienne d'envergure de la Luftwaffe, menée par Hermann Göring. Et en effet, quelques jours plus tard, la plus grand bataille aérienne de tous les temps commence : perdue par Göring, elle forcera Hitler à renoncer à son projet de débarquement.

  • A54 annonce également aux anglais que l'Islande, point géostratégique majeur, va être envahie par l'Allemagne : aussitôt, Churchill ordonne son occupation préventive.

  • Le 27 mars 1941, la Yougoslavie se soulève, renverse le gouvernement en place et rompt l'alliance avec l'Allemagne : quelques temps auparavant, Thümmel s'était justement rendu à Belgrade, et avait prévenu les services de renseignement yougoslaves, qui s'étaient empressés de démanteler les réseaux locaux de l'Abwehr...

  • A partir du 18 mai 1941, Thümmel envoie des renseignements alarmants sur une certaine Opération Barbarossa : toute la Wehrmacht s'avance à l'est, l'Abwehr travaille sur l'URSS sans relâche, l'invasion est imminente. Churchill en personne prévient Staline du danger mortel qui le guette, mais Staline n'y croit pas. Grand mal lui en prend, car le 22 juin 1941, le front de l'est est ouvert, qui va donner lieu aux plus sanglantes boucheries de la seconde guerre mondiale.

La chute de Thümmel

Dès 1939, la Gestapo soupçonne qu'un personnage haut placé trahit l'Allemagne : les détails des informations qui filtrent sont trop précis, trop secrets. Mais c'est à partir de septembre 1941 que l'étau se resserre : le bras droit d'Himmler, Reinhard Heydrich, arrive à Prague et entame une traque sans pitié de la résistance tchèque. On capture des postes émetteurs clandestins, on torture des résistants, on fusille des agitateurs, et c'est ainsi qu'on apprend que le capitaine Moravek[1], un résistant tchèque fugitif, est en relation avec un agent allemand haut placé et très bien informé. Une première fois, après confrontation de certains détails pratiques et d'emplois du temps, le premier enquêteur nazi, un certain Willy Abendschön, fait arrêter Paul Thümmel.

Aussitôt, ses supérieurs le tancent sans ménagement : comment Abendschön peut-il oser soupçonner un nazi de la première heure ? Un homme décoré de l'insigne d'or du parti, le Haupt V-Mann Paul Thümmel ! Abendschön, furieux, est obligé de relâcher son suspect. Mais le 4 octobre 1941, il mène un commando lors d'une attaque sur un poste radio clandestin, non loin de Prague. Willy Abendschön y trouve encore une fois des informations troublantes, dont seules quelques personnes pouvaient avoir connaissance. Parmi elles, encore une fois Paul Thümmel. Le 13 octobre, il est de nouveau arrêté, mais c'est une affaire grave, car il ne s'agit pas de n'importe qui : Thümmel est interrogé, il nie farouchement. On le confronte avec le colonel Chouravy, un résistant tchèque arrêté et torturé, qui affirme ne pas le reconnaître... De Berlin, des messages indignés parviennent à Prague : on refuse de croire que Thümmel soit coupable, et le 25 novembre, Willy Abendschön est contraint de le relâcher, encore une fois.


Le capitaine Moravek et le colonel Chouravy, deux héros de la résistance tchèque

Mais à la fin du mois de janvier 1942, Abendschön, pugnace, découvre une troisième série de renseignements accablants, en analysant les interrogatoires de deux agents anglais : cette fois-ci, Paul Thümmel est fini. Il est arrêté pour la troisième fois, emmené hors de Prague, et interrogé pendant des jours, des semaines. Puis, le 26 février, il « craque » : il avoue qu'il a infiltré les réseaux tchèques, et que toutes les victoires de l'Abwehr sont dues à son double-jeu. Dès lors, deux camps s'opposent : ceux qui croient en Thümmel, et ceux qui n'y croient pas. Abendschön piège Thümmel en lui ordonnant de faire capturer le capitaine Moravek, bête noire des services de renseignement allemands. Thümmel convoque officiellement Moravek chez lui, mais a pris soin de le prévenir en douce auparavant, et Moravek ne vient pas au rendez-vous[2]. Cette fois-ci c'en est trop : le 20 mars 1942, Paul Thümmel est définitivement considéré comme coupable. Personne ne voulant juger un homme de son gabarit, on le jette dans une cellule d'isolement de la forteresse de Terezin sous le faux nom de Docteur Paul Tooman.

Pendant trois ans, Thümmel reste enfermé. Dans les cellules adjacentes à la sienne passent souvent des déportés Juifs et Roms à moitié morts de faim : par une faille du mur, il leur passe des cuillères de sa propre soupe. Il est calme, cite souvent Goethe, et accepte la défaite de l'Allemagne sans broncher. Au mois d'août 1944, on le tire provisoirement de sa cellule pour le mener vers un tribunal de Prague, qui prononce le divorce de sa femme Elsa, contrainte par le parti de se séparer de son traître de mari. C'est la dernière fois que Thümmel voit sa femme : en partant, il lui dit « Attends-moi, je reviendrai ». Mais le 20 avril 1945, il est tiré une seconde fois de sa cellule, et est finalement fusillé.


_________________________________
1. Ce capitaine Moravek, héros de la résistance tchèque, n'a aucun rapport avec le lieutenant-colonel Moravec, qui fut une collaborateur nazi convaincu. Le capitaine Moravek s'est distingué en se moquant à tout va des allemands, leur jouant des tours pendables, et prenant des risques insensés pour la cause de la résistance.

2. Quelques jours plus tard, le capitaine Moravek fut repéré dans un parc : acculé et blessé, il se tira une balle dans la tête plutôt que d'être pris vivant.

finipe, 19h03 :: :: :: [3 déclarations infondées]

:: COMMENTAIRES

 Pierre-Bryan, le 17/12/2010 à 08h48

Tres interessant comme toujours. Felicitation pour ce site que j'ai decouvert il y a quelques mois et qui est une veritable mine d'information pour tous les passionnes d'histoire.

 finipe , le 20/12/2010 à 16h08

Merci pour le petit compliment !

 patjoe, le 11/10/2012 à 23h31

interressant !

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !