Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je suis
fait comme
un rat !
Ouais, c'est ça
Somme toute, la Femme assassine parfaitement la religion. Ainsi, la mort s'enfuit, immobile depuis le néant de l'indifférence
Nabot Léon ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

7 Avril 2010 ::

« Le palmarès des morts des rois de France - 3ème partie »

:: Histoire - Inclassable

Ce billet fait partie d'un sujet composé de trois parties :

1. Le palmarès des morts des rois de France - 1ère partie
2. Le palmarès des morts des rois de France - 2ème partie
3. Le palmarès des morts des rois de France - 3ème partie




4ème position : médaille en chocolat

La médaille en chocolat est attribuée à Charles VII. Ce roi qui vécut une époque critique de l'Histoire de France a déjà été cité plusieurs fois ici-même, en particulier dans les billets « Un providentiel boulet au siège d'Orléans » et « Gilles de Retz, le dévôt fou ». Charles VII est en effet surtout connu pour avoir été trouvé par Jeanne d'Arc au milieu d'une foule (Oum le gentil dauphin), puis pour l'avoir abandonnée aux mains des anglais quand elle fut devenue un peu encombrante. Il met également fin à la guerre de cent ans grâce à ses victoires successives (aidé en cela par une querelle dynastique en Angleterre entre les Lancastre et les York), vit une passion amoureuse avec sa maîtresse Agnès Sorel — une intrigante à la grande beauté qui finit sans doute empoisonnée au mercure, au grand dam de son royal amant —, et réussit à rétablir les finances du royaume avec l'aide de son grand argentier, Jacques Coeur[1]. Un bilan plutôt positif pour un roi souvent décrit comme disgrâcieux et peu intelligent !

Pour ce qui est de sa mort, les sources sont parfois contradictoires, mais ce qui est certain, c'est que Charles VII souffre d'un abcès à la bouche (ou à la mâchoire) qui le fait tant souffrir qu'il ne peut ingurgiter de la nourriture... Il faut cependant ajouter à ce tableau prometteur que le pauvre homme est dépeint comme un poltron de la pire espèce (il n'ose paraît-il même pas traverser un pont à cheval, de peur que l'ouvrage ne cède), et souffre également d'une crainte irraisonnée de l'empoisonnement. L'on peut toutefois le comprendre, car Charles VII est en mauvais termes avec Philippe le Bon, le duc de Bourgogne ; ce dernier a entre autres donné asile au dauphin, le futur Louis XI, qui a un peu trop comploté contre son père, et lorsque l'on sait la réputation de filou qu'a gardé Louis XI, on comprend dès lors les inquiétudes de son père[2] !


Charles VII, dit le victorieux

Quoiqu'il en soit, que ce soit par crainte de l'empoisonnement, ou à cause d'un abcès, ou les deux à la fois, Charles VII est tout bonnement mort de faim. Belle performance, et bravo à lui, il mérite pour l'occasion sa médaille en chocolat.

3ème position : médaille de bronze

Attention, nous arrivons dans le top 3 ! Le vainqueur de cette médaille en bronze a largement mérité sa victoire : il s'agit de Raoul de France. Ce garçon a une place un peu à part dans la longue liste des souverains français, car il est le seul à n'être rattaché à aucune des branches familiales franques (Mérovingiens et Robertiens). Il est cependant le beau-frère d'Hugues le grand, et donc l'oncle par alliance d'Hugues Capet[3]. Son accession au trône est assez inattendue : à la mort de Carloman II en 884 (dont nous avons parlé précédemment), le beau-frère de ce dernier, Charles III (dit le simple pour son honnêteté), est écarté du trône en raison de son jeune âge. Après une régence de 4 années, c'est Eudes, le marquis de Neustrie, qui est élu roi des Francs[4]. Ce dernier règne 10 ans, et c'est finalement Charles III qui accède au trône après bien des tractations[5], le 1er janvier 898. Hélas pour lui, il se fait éjecter par des seigneurs insurgés en 922, qui élisent à sa place Robert Ier[6], le frère cadet du défunt Eudes : ce dernier règne un an et casse sa pipe le 15 juin 923 à la bataille de Soissons, contre les troupes de Charles III, fâché d'avoir été évincé, mais qui finit prisonnier et qui mourra en détention quelques années plus tard.

Et voici notre Raoul qui entre en scène : beau-frère de Robert Ier, Raoul est élu roi en 923 ; le pauvre hérite d'ailleurs d'une situation critique, le royaume est en proie aux pillages vikings et aux grands seigneurs particulièrement rétifs à l'autorité du roi... Malgré cela, Raoul s'en sort plutôt bien, inflige plusieurs défaites aux normands, qui passent leur temps à rompre les promesses de paix qu'ils ont faites (Rollon en tête). Comme si les vikings ne suffisaient pas, il doit arrêter une invasion de hongrois, et contenir l'ambition des grands seigneurs : un règne difficile de 13 ans pour ce roi Raoul, qui s'en sort plutôt bien. Mais alors me direz-vous, que vient-il donc faire dans ce palmarès ?


Raoul de France

Eh bien c'est tout simple : Raoul est mort de pédiculose corporelle, c'est-à-dire de l'ensemble des manifestations provoquées par l'invasion des poux et autre morpions. Cela est assez croquignolesque, n'est-il pas ? Si j'étais trivial, j'irais même jusqu'à dire que Raoul est mort bouffé par les morbaques. Magnifique performance, bravo Raoul !

2ème position : médaille d'argent

Le titulaire de la médaille d'argent est Louis III, dont nous avons déjà évoqué ici même l'exploit, de façon fugace, dans un billet précédent. Nous avons également parlé de lui à propos de Carloman II, puisque c'est avec lui, son frère, qu'il a partagé le règne entre les années 879 et 882. Louis III n'est certes pas un mauvais bougre : il doit notamment faire face aux invasions vikings, contre lesquelles il remporte plusieurs brillantes victoires, dont notamment celle de Saucourt-en-Vimeu (en Picardie), le 3 août 881. Cette victoire contre l'envahisseur danois est telle qu'une chanson célèbre l'exploit, glorifiant Louis III : Das Ludwigslied en Allemand ancien (la chanson de Louis).


Louis III & Carloman II

Hélas pour lui, ce brave Louis III a gâché par sa mort tout le crédit et toute la gloire qu'il avait accumulé lors de son court règne : en effet, en plein été de l'année 882, alors que Louis poursuit à cheval une coquette à qui il voudrait conter fleurette, il ne fait pas attention et se fracasse la tête dans le linteau d'une porte en essayant de passer dessous... Un exploit digne digne d'être retracé : bravo à Louis III pour cette superbe médaille d'argent !

1ère position : médaille d'or

Et notre grand gagnant est... est... Charles VIII ! Né en 1470 et roi à l'âge de 13 ans, il est d'abord secondé par sa soeur Anne de Beaujeu qui assure la régence pendant 8 ans. Le début de son règne est marqué par la guerre contre son oncle Louis d'Orléans, le futur Louis XII, qui n'apprécie pas beaucoup la régence ; cette guerre, surnommée la « guerre folle », dure de 1485 à 1488, et finit par la défaite de Louis d'Orléans, qui est incarcéré (il sera libéré en 1491). Pendant ce temps, la duchesse Anne de Bretagne est promise à épouser Maximilien de Habsbourg, qui règne sur le Saint Empire Romain Germanique : Charles VIII, qui ne tient pas à voir la Bretagne rejoindre la maison des Habsbourgs et ouvrir une nouvelle frontière à ce puissant adversaire, fait des pieds et des mains pour épouser la duchesse à la place de Maximilien, et va même jusqu'à mettre le siège devant la ville de Rennes le 6 décembre 1491 : il finit par obtenir gain de cause et épouse Anne de Bretagne (pugnace, ce garçon !), qui s'engage de son côté à épouser le successeur de la couronne française si ce premier mariage est infécond[7]. Et hop ! La Bretagne devient française !


Charles VIII, dit l'affable

A partir de 1494, Charles VIII s'engage dans ce qui est désormais appelé les guerres d'Italie (qui vont se succéder pendant plus de 50 ans), et dont l'objectif est de faire valoir les droits de succession de la lignée royale française sur le trône du Royaume de Naples : mais cette première guerre d'Italie, qui dure jusqu'en 1497, est finalement un échec pour Charles VIII, face aux armées espagnoles (qui ont également des vues sur le royaume de Naples) et aux italiens, qui ont réussi à oublier leurs innombrables querelles intestines pour s'allier et repousser les français.

Et le 7 avril 1498 en début d'après-midi, en son château d'Amboise, à l'âge de 27 ans, Charles VIII a soudain envie d'assister à un match de jeu de paume. Il va voir la reine et l'invite à l'accompagner : les royaux époux empruntent une galerie que le roi n'a pas l'habitude de prendre, une galerie sale qui sent l'urine, car « tout le monde y pissoit »... Charles VIII se cogne violemment la tête contre un linteau de porte (décidément), et tombe à la renverse. Sur le coup, rien ; mais quelques instants plus tard, le roi s'évanouit. Il ne reprend conscience que partiellement, puis s'éteint lamentablement en fin de soirée.

Ainsi remporte-t-il la médaille d'or du palmarès des morts des rois de France, et se fracassant la tête dans une galerie qui sentait la pisse... Félicitations !


_________________________________
1. Celui-là même qui avait pour devise : « A Coeur vaillant, rien d'impossible ».

2. Charles VII aurait déclaré, à propos de cet exil, que son cousin de Bourgogne avait donné asile à un renard, qui lui dévorerait un jour ses poules. Bel exemple de lucidité paternelle sur son rejeton !

3. Ses origines familiales demeurent floues, mais il est possible qu'il ait appartenu à une branche éloignée des Carolingiens.

4. Membre de la fameuse branche des Robertiens, qui donnera naissance aux Capétiens.

5. Ce même Charles III qui se retrouva cul par-dessus tête à cause du viking Rollon.

6. Robert Ier était le père d'Hugues le Grand, et le grand-père d'Hugues Capet. Il s'agit d'une époque charnière dans les dynasties royales, époque pendant laquelle les carolingiens vivent leurs derniers règnes, entrecoupés de règnes assurés par les Robertiens (Eudes et Robert).

7. Ce qui ne sera pas le cas, puisque 6 enfants naîtront de cet union. Malheureusement pour eux, aucun ne survivra ; Anne de Bretagne épousera par la suite Louis XII, devenant la seule femme deux fois reine de France !

finipe, 00h32 :: :: :: [4 divagations]

:: COMMENTAIRES

 finipe , le 07/04/2010 à 00h36

Et on fête aujourd'hui même cet événement exceptionnel qu'est la mort de Charles VIII. Bon anniversaire !

 draleuq , le 07/04/2010 à 11h36

Et le dénouement le jour de l'anniversaire de la mort du gagnant !
Putain quel talent, ce Lion !

... N'empêche, moi j'aurais filé la médaille d'or à Raoul, parce qu'il s'est fait bouffer par les morbacs, mais aussi parce qu'il s'appelle RAOUL !

 skogkatt, le 08/04/2010 à 21h23

La plus immonde reste quand même celle de Louis XVIII. On pourrait presque faire un parallèle avec Jeff Goldblum dans "La Mouche".

 finipe , le 09/04/2010 à 09h28

Oui, mais pour Charles VIII et Louis III, on pourrait faire un parallèle avec Mr Bean :)

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !