Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

J'en ai
vraiment
rat le cul...
Ça c'est
balot...
De plus en plus, Dieu assassine parfaitement le règne animal. Par là même, l'amour s'enfuit en courant vers la fin de l'indifférence
Ploton ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

4 Février 2012 ::

« Chroniques de 2005 - 2ème partie »

:: Paparatzi

Ce billet fait partie d'un sujet qui en comporte deux :
1. Chroniques de 2005 - 1ère partie
2. Chroniques de 2005 - 2ème partie


Août : à Paris, des familles d'Africains réfugiés meurent dans l'incendie de deux "hôtels" où elles sont en hébergement d'urgence

En quelques jours, la mairie de Paris et les vautours de propriétaires d'hôtels miteux se sont tapés un double méchoui africain. Pas de bol quand même... Sacrée loi des séries ! Ces b'aves nèg'es ont fui les machettes et les Kalachnikov et sont venus demander asile au gentil pat'on blanc, loin de penser qu'ils allaient finalement brûler vifs tels des Jeanne d'Arc des temps modernes.


Les Américains du Ku Klux Klan, moins cruels que nous,
préféraient se contenter d'une "bonne petite pendaison"

Mais pourquoi donc ne brûle-t-on que des noirs ?
Est-ce à cause de l'héritage de nos ancêtres colonisateurs qui pensaient que les noirs n'avaient pas d'âme ou que leur âme était aussi noire que leur peau ?
Est-ce parce qu'un corps carbonisé est noir et qu'on trouve que quand il était déjà noir avant de brûler, ça fait un peu moins désordre ?

Une seule issue pour sortir, pas d'eau courante, le feu dans la cage d'escalier... C'est y pas beau ça ? Nous voilà redevenus exécuteurs des basses œuvres de l'Inquisition. Oui, moi aussi. Salaud de blanc.[1]


Nos amis britanniques n'étaient pas non plus en reste. Ils furent même les inventeurs des SOLDES d'hiver et d'été, comme on le voit sur cette affiche. Deux fois par an, les braves propriétaires blancs se précipitaient à l'ouverture des supermarchés pour acheter les meilleurs nègres au meilleur prix. La deuxième démarque, par contre, n'existait pas encore, car après la première démarque, il ne restait plus que les cadavres.


Novembre : les émeutes de Clichy-sous-Bois contaminent nos bonnes villes de province paisibles

Priorité à la sécurité. L'ordre doit être rétabli. Il faut nettoyer tout ça au karcher.
Mais d'où sortent ces bandes organisées de petites racailles qui osent lancer des cocktails Molotov dans les bus et des boules de pétanque sur les flics ?

L'état républicain n'a rien à se reprocher et ne tolérera pas qu'on le sorte ainsi de sa léthargie, de sa surdité, et de son seul centre d'intérêt : se disputer pour savoir qui va être le chef, pour savoir qui donnera son nom aux grands boulevards dans 50 ans, qui aura l'article le plus long dans le petit Larousse encyclopédique.

Je propose le couvre-feu, l'état d'urgence, le plan Orsec, l'instauration de la loi martiale, l'envoi de l'armée, les exécutions sommaires.
Un bon jeune est un jeune mort, ou un jeune mourant qui nous a avoué sous la torture où se cachent les autres. Rouvrons la chambre à gaz du Struthof, où Chirac disait l'autre jour : "n'oublions jamais... plus jamais ça".

L'état républicain ne peut être tenu pour responsable de ces échauffourées, il n'a rien fait pour en arriver là. Il en appelle à la responsabilité de ses concitoyens, ceux qui bossent, qui payent des impôts et qui arrivent à peine à faire bouffer tout le monde.


Nouveau véhicule anti-émeute prochainement en dotation chez les C.R.S. (à droite : existe en version camouflée pour l'armée de terre afin de pouvoir également pourchasser les jeunes bouseux de la province)


Décembre : les Restos du Cœur pris d'assaut

Il y a 10 fois plus de pauvres en France qu'en 1985... Les restos du cœur n'ont de cesse de s'agrandir, d'année en année, et vont bientôt concurrencer Mac Do en devenant la première chaîne de fastfoods à prix discount.


Projet d'affiche pour l' "avenir"


Avant, les "bénéficiaires" se cachaient, aujourd'hui ils affirment bien haut devant la caméra du JT : "y'a pas de honte à être pauvre."
Prochaine étape, les SDF s'enorgueilliront à leur tour de leur statut... car un tiers d'entre eux sont des salariés, nous répète-t-on à l'envi, sur un ton monocorde, comme si c'était normal.

Et puis juste après, on nous dit que le marché de la plaisance a le vent en poupe, qu'on a la plus grande peine à se retenir de continuer à défigurer le littoral avec d'autres ports, et qu'il faut maintenant 5 ans d'attente pour obtenir une place pour son bateau, ma pôv'dame, où va le monde... Eh oui, la plaisance se "démocratise", nous dit-on.

Quelle chance nous avons de vivre dans cette ère magnifique où tout se vulgarise et devient accessible au plus grand nombre : les yachts, les restos du cœur, et même les foyers d'hébergement provisoire !


Et merci à notre bienfaiteur, Ronald Mac Coluche


Ratrospective 2005


_________________________________
1. L'une de ces deux affaires a d'ailleurs été jugée récemment, en janvier 2012, soit... 7 ans après. Peines prononcées : une amende, et des dommages et intérêts. "On va leur donner un peu de fric à ces parasites de négros, et puis après ils nous foutront la paix."

draleuq, 11h29 :: :: :: [5 poignants panégyriques]

:: COMMENTAIRES

 draleuq , le 11/02/2012 à 14h48

Lors de la publication précédente de cet article, un aimable contributeur avait cru bon de préciser en commentaire : "pour info, sold en anglais ne veut pas du tout dire soldes. C'est le participe passé du verbe sell qui veut dire vendre. To be sold veut donc dire à vendre".
Comme quoi, l'humour n'est pas une science exacte...

 Brath-z , le 12/02/2012 à 16h27

Pour info, "sold", en anglais ne veut pas du tout dire "soldes", hein. C'est le participe passé du verbe "sell" qui veut dire "vendre", et non pas "faire du cheval" (ça, ça serait plutôt "selle").
"To be sold" veut donc dire "à être vendu".

De rien ;D

 draleuq , le 13/02/2012 à 08h58

Bravo la tu m'a tuer.

 Brath-z , le 15/02/2012 à 04h26

Ça se voit.

 draleuq , le 15/02/2012 à 11h24

Why ?

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !