Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je ronge mon
frein, ça fait
mal
Pauvre
tocard...
Tant bien que mal, l'Homme dévore silencieusement le respect, tant et si bien que la vie s'échappe en atteignant l'enfer du post-modernisme
La Rochefaucud ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

15 Février 2007 ::

« Ces foutus chocolats de Noël... »

:: Misanthropie

Mais oui, il faut l'avouer. La rage m'étreint, l'atrabile me dévore, l'amertume me ronge : pourquoi faut-il qu'à Noël l'on se retrouve invariablement couvert de boîtes de chocolats ? Hein ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Mais si, vous savez, ces boîtes de chocolats généralement emballées dans de précieux coffrets dorés, réhaussés de délicates cordelettes de soie pourpre, et ornés d'un blason médiéval abscons qui laisse à penser que l'artisan est issu d'une loooooooongue et illustre lignée de chevaliers-chocolatiers, dont l'ancêtre aurait été adoubé en 1249 à grands coups de louches, au pied d'une marmite, par Saint-Louis en personne...

Ce ne sont plus vraiment de simples et vulgaires "chocolats" d'ailleurs, ce sont des oeuvres d'art. Ce sont des perles d'épices lointaines et exotiques qui vous enivrent de leurs saveurs flûtées, des bijoux destinés à orner votre palais. Ces confiseries que l'on vous offre sont si précieuses que l'on n'ose point les manger ! Et puis, finalement, on ne peut se contenir, et l'on se rassure en se disant qu'ils sont là pour ça, que ne pas les manger serait une offense à l'artiste, comme une sculpture éphémère de sable qu'aucun public n'a jamais vu.

Alors on en mange un. Et il est dégueulasse.

Mais pourquoi faut-il qu'on nous offre toujours ces foutus chocolats à mille balles le kilo, fourrés à l'extrait d'écorce de pivoine du Mexique et à la marmelade d'airelles du Westshire, alors qu'une bonne vieille boîte de Kinder surprise est cent fois meilleure et mille fois moins chère ? En plus, il n'y a pas de surprise dans les chocolats de Noël : on sait qu'on va en avoir, plein, et des pas bons.

Les conséquences de cette écoeurante tradition sont nombreuses et néfastes :

  • On refile les boîtes surnuméraires en cadeau à des gens à qui on ne sait pas quoi offrir, ou pour lesquels on n'avait rien prévu initialement, ou qu'on déteste.

  • D'autres vous refilent leurs boîtes pourries parce qu'ils n'en veulent pas et qu'ils n'avaient rien à vous offrir initialement : on constate ainsi chaque année, pendant les périodes de fête, un flux très important de boîtes de chocolats échangées, transférées, trafiquées...

  • Arrivé au mois d'Août, on vide les placards de la cuisine et on balance ces foutus chocolats de Noël à la poubelle. Ils nous ont bien encombré pendant huit mois, mais cette fois-ci on se décide à les jeter, parce qu'on s'aperçoit que les chocolats étaient à consommer avant le mois de Mars.

Pourquoi ne pourrait-on pas changer un peu ? Et si l'on s'offrait du fromage par exemple, pour changer ? La France, le pays aux 400 fromages ! N'importe lequel : du Brie, de l'Emmental, du Gouda, de la Fourme d'Ambert, du Camembert, du Crottin de Chavignol, du Munster, peu me chaut je ne suis pas n'un sectaire. J'ajoute que si on ne le mange pas avant quelques jours, il est viscéralement impossible de le garder chez soi, ce qui est un avantage majeur vous en conviendrez. Et puis dans le fromage, on peut trouver des surprises si celui-ci est un peu fait : ça fait toujours plaisir !

Mais par pitié, arrêtez avec ces foutus chocolats de Noël...

finipe, 01h02 :: :: :: [7 éclaircissements pompeux]