Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Ne pas juger
les gens sur la mine...
Ouais, c'est ça
Aujourd'hui, l'envie embrasse parfaitement l'intelligence. Ce faisant, l'Histoire s'enrichit en courant vers l'au-delà des sens
Confunius ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

16 Avril 2007 ::

« Quatuor pour la fin du temps »

:: Histoire contemporaine, 1941

Un billet historique un peu inhabituel, puisqu'il s'agit d'une oeuvre musicale. Pour apprécier à sa juste valeur ladite oeuvre et surtout les conditions dans lesquelles elle fut écrite, vous pouvez écouter en même temps que vous lisez...


Louange à l'éternité de Jésus
5ème mouvement

Après l'invasion allemande de la France en mai et juin 1940, et la débâcle française qui s'en est ensuivie, des dizaines de milliers de prisonniers de guerre sont emmenés dans différents camps nazis : les Stalags sont destinés à maintenir en captivité les prisonniers militaires, n'étant en théorie pas des officiers. L'un de ces camps, le Stalag VIII-A, situé à Görlitz en Silésie (actuelle Allemagne, mais situé en Pologne en 1940), accueille une très large majorité de français, ainsi qu'un nombre important de belges et de yougoslaves. Près de 30.000 prisonniers survivent là, dans des conditions de détention extrêmement difficiles : nourriture chiche et très mauvaise (soupe maigre, rutabaga, quelques grammes de pain et de margarine), travaux pénibles supervisés par des SS fanatiques (corvées répétées, déchargement de charbon, travaux dans les champs), infestations de vermines et maladies mortelles... Les prisonniers russes, quant à eux, ne bénéficient pas de la convention de Genève : leurs conditions sont encore plus dures, leur sort est bien souvent funeste, et leurs dépouilles finissent ensevelies dans des fosses communes.


Photo du Stalag VIII-A

Parmi tous ces prisonniers du Stalag VIII-A se trouve un certain Olivier Messiaen, musicien et compositeur français alors âgé de 32 ans. Organiste de talent, il a suivi des études au conservatoire de Paris dès l'âge de 11 ans auprès des plus grands, notamment Marcel Dupré et Paul Dukas. Olivier Messiaen est très croyant, et obsédé par les concepts d'éternité, d'immobilité, de temps et d'infini. Il voue également une grande passion à la nature et en particulier les chants d'oiseaux, dont il a fait des cahiers entiers de recueils, notant sur partition les mélodies qu'il entend dans les arbres... Son obsession pour l'éternité le conduit à des procédés d'écriture musicale très particuliers, utilisant notamment les "modes à transpositions limitées", des modes musicaux dont la construction même fait qu'il est difficile de définir où ils commencent, et où ils finissent[1]. C'est dans ces conditions qu'Olivier Messiaen écrit le Quatuor pour la fin du temps, inspiré par une citation de l'Apocalypse de Saint-Jean :

« Je vis un ange plein de force, descendant du ciel, revêtu d'une nuée, ayant un arc-en-ciel sur la tête. Son visage était comme le soleil, ses pieds comme des colonnes de feu. Il posa son pied droit sur la mer et son pied gauche sur la terre, il leva la main vers le Ciel et jura par Celui qui vit dans les siècles, disant : "Il n'y aura plus de temps". Mais au jour de la trompette du septième ange, le mystère de Dieu se consommera. »

Un officier allemand donne à Messiaen du papier à musique et quelques crayons, et dans le froid et les privations il compose, selon les instruments dont il peut disposer : avec lui sont effectivement détenus le clarinettiste Henri Akoka, le violoniste Jean le Boulaire et le célèbre violoncelliste Etienne Pasquier. Messiaen étant organiste et pianiste, il écrit donc pour piano, violoncelle, violon et clarinette, sans pouvoir s'aider d'aucun instrument, uniquement grâce à l'audition intérieure.


A gauche : Olivier Messiaen en 1935
A droite : affiche de la toute première représentation

Le 15 janvier 1941, quelques semaines avant la libération du compositeur, les officiers allemands décident que l'oeuvre doit être jouée devant les prisonniers : on réunit près de 5000 personnes dans un bloc, dans un froid glacial. Les touches du piano de Messiaen ne veulent pas se relever après qu'on les ait enfoncées, une des clefs de la clarinette d'Akoka a fondu près d'un poêle, et le violoncelle de Pasquier n'a que trois cordes. Longtemps après, Messiaen dira que bien que la représentation ait été "horrible", ce fut un des plus beaux concerts de toute son existence...


_________________________________
1. Pour la petite histoire, l'un de ces modes à transpositions limitées (le deuxième en l'occurrence) est surnommé "Mode Bertha". Il est construit comme suit : 1/2 ton, 1 ton, 1/2 ton, 1 ton, etc., tout comme le canon allemand "Grosse Bertha" qui pouvait tirer pendant 1 heure, puis devait refroidir pendant 1/2 heure. Cette anecdote est toutefois à prendre avec des pincettes, c'est un vieux souvenir de Conservatoire, et je n'ai aucune source précise pour la confirmer ou l'infirmer...

finipe, 15h14 :: :: :: [23 pensées profondes]

:: COMMENTAIRES

 winy , le 16/04/2007 à 19h38

Magnifique et terrifiant à la fois.
L'histoire comme l'oeuvre.

 draleuq , le 17/04/2007 à 09h34

Complément d'information : les cordes du violon de Le Boulaire était faites avec les cheveux de Messiaen tressés. Et comme il n'en avait pas assez, ils prirent ses poils de [TA GUEULE DRALEUQ !]
Ok, ok... Si on peut plus rigoler, hein... ;o)

 draleuq , le 17/04/2007 à 09h37

"étaient faites"... au temps pour moi.
On ne peut pas éditer ses commentaires dans le Z.O.B.S. Il faudrait remédier à ça, Maestro :)

 draleuq , le 17/04/2007 à 09h40

Sinon, très bonne idée l'anecdote grapho-acoustique... Mais la prochaine fois il faudra que je la lise à partir d'un PC sur lequel j'ai des bafles :)
Ca y est, j'ai fini de pourrir ta boîte à commentaires pour aujourd'hui.
Enfin, je crois...

 winy , le 17/04/2007 à 10h04

Han !!
Z.O.B.S.
J'avais jamais remarqué ^^

 draleuq , le 17/04/2007 à 10h21

C'est sûr, "Z.O.B.S.", ça sonne mieux que "haut et fort"
(bon, j'avais bien dit que c'était pas sûr)

 finipe , le 17/04/2007 à 12h56

Eh voilà, un beau billet bien sérieux tout ruiné ! Le 100ème en plus. T'es chiant de souligner ce malheureux et involontaire acronyme draleuq. C'est pas comme si j'avais insisté sur cette coïncidence en mettant les premières lettres en rouge, non plus.

Sinon, pour ce qui est de l'édition, ça voudrait dire créer des comptes persos et tout, et j'ai trop la flemme. Alors je corrige moi-même quand j'ai le courage.

 draleuq , le 17/04/2007 à 14h38

Tiens tu vois, si tu avais pu éditer les commentaires, tu aurais corrigé "malheureux en involontaire" en "malheureux et involontaire", car cette erreur a fortement nui à ma compréhension et j'ai mis 5 mn à comprendre ce que tu voulais dire.
La flemme est le poison qui nous tuera tous, chtedis mouaille.

 finipe , le 17/04/2007 à 15h09

Hop, voilà, c'est corrigé. Car, oui môssieur, MOI je peux corriger, car je suis le salaud de patron ici. Et si ça continue, je vais me délocaliser huhuhu

 winy, le 17/04/2007 à 19h32

Vous vous moquez là non ?

 finipe , le 17/04/2007 à 23h12

Ah non Winy, c'est un blog sérieux ici !!

(mais ça ne se voit pas beaucoup ^^)

 Sylviane LETY, le 08/05/2007 à 14h29

Bonjour,je suis très émue de pouvoir témoigner sur ce site,mon père,René LETYprisonnier de guerre au STALAG VIII A à GORLITZ,m'a raconté sa captivité dans les conditions que l'on imagine,il m'a souvent cité des noms de camarades d'infortune et surtout celui d'Olivier Messiaen, et aussi, encore que je peux me tromper,celui de Serge LIFAR. Si quelqu'un, en lisant ces lignes accepte de communiquer avec moi,je serai ravie d'en prendre connaissance.J'ai un gros paquet de courrier ,la correspondance de mes parents durant les années que mon père a passé là-bas.

Sylviane LETY
18 avenue Georges Le Bail
29710 PLOZEVET FRANCE

 Yann , le 12/09/2007 à 14h56

Bonjour Sylviane,

Moi j'aimerai bien correspondre avec vous. Mon grand-père était prisonnier au Stalag VIIIA ( André Lalluque ) ainsi qu'un oncle (Joseph Haget ou Hayet )
Pouvez-vous me contacter sur mon email perso : yann.picquet@wanadoo.fr

 Florence Ramette, le 07/10/2007 à 17h50

Mon grand pere était également au stalag VIII A à cette époque, il s'appelait Henri Breton : KG 902, et c'est lui qui a fait la petite affichette de ce concert d'Olivier Messiaen.

 Pierre NOËL, le 28/03/2008 à 15h46

C'est en feuilletant la généalogie paternelle que j'apprends qu'il a été prisonnier à Görlitz de 1940 à 1945 où était également déporté Olivier Messiaen. J'ai également connu l'abbé Jean Brossard et le chef Muteau (tous deux français),
tous deux également prisonniers de ce camp.
Mon père a effectué à l'époque des dessins sur la vie quotidienne du camp. Lors de la libération de celui-ci, il est revenu avec une partie déchirée du drapeau nazi, sa cuiller faite dans une planche de lit, etc...

 Yann PICQUET , le 07/06/2008 à 18h51

Bonjour Pierre,

J'ai fait une page web sur le stalag VIIIA avec des photos. Peut-être y reconnaîtrez-vous quelqu'un ?
[http]
Tenez-moi au courant. Je suis preneur de toutes informations sur ce camps.
Cordialement.
Yann PICQUET
yann.picquet@wanadoo.fr

 Pauline Blanc, le 11/06/2009 à 10h01

Mon papa a été prisonnier 5 ans au stalag VIIA à Gorlitz il s'appelait Maurice Marteau, il était métallurgiste, hélas il est décédé depuis 30 ans et il me manque beaucoup; peut-être pourriez vous l'avoir en photo
Merci d'avance

 Pauline Blanc , le 20/07/2009 à 13h50

Je me suis trompée dans l'énoncé du 11.6.2009 il s'agit du stalag VIII A à Gorlitz
mille excuses

 Sylviane LETY.29710 PLOZEVET, le 04/10/2009 à 14h48

Bonjour à tous,
c'est fortuitement,et par erreur,que je me retrouve sur ce site exploré en 2007,pour éclaicir les données sur la présence d'Ollivier Messaïen à Gorlitz et dont mon père,René Léty (1913-1995)m'avait parlé...Vous savez,mon papa était sévère parfois,mais quand il abordait le sujet de sa captivité,et celle de ses camarades,il avait la gorge nouée aussitôt pleur un seul mot ne sortait ...En ce moment,bourrée d'émotion à mon tour,je me suis plongée dans la correspondance que mes parents ont échangé durant ces cinq interminables années. Bien sûr,il leur était interdit de parler de leur vie quotidienne,et comme il n'a jamais pu me raconter quoi que ce soit,je ne sait pas grand chose sur la vie au Stalag XIII Ade Gorlitz....Et si tous ensemble,enfants,petits-enfants ,neveux et nièces,essayons de rassembler et de faire une chronologie de ces années-là,chacun peut apporter sa pierre à l'édifice,ici aussi,il y a une flopée de photos,mais à part lui que je reconnais,les autres,qui sont'ils?
Qu'en pensez-vous ?
A tout hasard,je vous donne mon adresse e-mail:esserrel@orange.fr
Tout peut arriver,voyez-vous,j'ai cliqué à côté d'un fichier et c'est celui-c qui i s'est ouvert,il s'y trouvait un message pour moi,depuis le 12 septembre 2007!!! S.LETY

 draleuq , le 06/10/2009 à 14h02

Pour moi, les suites de ce billet symbolisent à merveille tout ce qu'internet peut avoir de magique, parfois...

 Sylviane LETY.29710 PLOZEVET, le 19/11/2009 à 14h12

Bonjour,je remercie Philippe Besnier de m'avoir contactée via ce site,comme je le suggère ci-dessus,nous,héritiers des prisonniers du Stalag VIII A,devrions joindre nos données et rassembler nos trouvailles sous forme de plaquette qui leur ferait honneur à tous..".Quand chacun apporte sa pierre à l'édifice,cela devient un monument..."

Quelle est votre suggestion?
Merci,en pensée pour eux tous qui ont tant souffert
.
S.LETY

 POUJADE ROBERT, le 11/11/2013 à 09h42

mon père ,Poujade rené ,a été prisonnier au stalag viii A ,deux ans ,apres avoir été capturé a DUNKERQUE ,il est tombé malade suite aux mauvais traitements dus a sa captivité ,et il a été envoyé dans un komando ,dansuneferme pour travail des champs avec d'autres prisonniers ;la il a connu une prisonniere RUSSE qui était avec sa mere et une sœur ,ils ont eu un enfant ,(un fils ,mon frere christian ) libérés par les soldats russes ,mes parents se sont mariés ,le :11juin 1945 a HALLESHADT " allemagne".la maman et la sœur de ma mere ,ont voulu retouner a st petersbourg russie ,et on ne lesa jamais revues ,mon père et ma mere ,avec mon frere ,sont rentrés en FRANCE .ma mere est toujours vivante ,elle vie ,dans le Périgord ,agée de 89 ans ,juste avant d'etrecapturée par l'armée allemande ,siege de Leningrad ,une de ses sœur ( VALENTINE VLASOVA )est partie en FINLANDE ,pour se marier avec un finlandais . A la providence je demande si des personnes peuvent répondre ou me fournir des renseignement sur ma famille ,merci de tout cœur .

 M. Jerzy Stankiewicz , le 11/10/2015 à 21h48

Chers amis francais, je suis polonais et je suis historien de
musique qui fait des recherches pour ecrire un livre, un
nouveau version des evenements dans le Stalag VIII A a
Goerlitz ou Maitre Olivier Messiaen a concu son Quatuor
pour la fin du Temps. La version americaine de Rebeca
Rischine (publie a Cornell University) a beaucoup de lacunes
et de fautes.
Je voudrais surtout prendre contacte avec Mme Florence
Ramette, son grand pere a Goerlitz avait fait la petite
affichette du concert de la premiere du Quatuor de
Messiaen. C'est tres important ! Donnez moi vos souvenirs
de vos ancetres sur leurs sejours dans le Stalag de Goerlitz
avec Olivier Messiaen. Merci d'avance. Vous pouvez m'ecrire
a l'adresse: zkp@zkp.krakow.pl. Bien a vous tous, j'attends
de vos nouvelles, Jerzy /Georges/ Stankiewicz a Cracovie

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !