Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je ronge mon
frein, ça fait
mal
C'est pas faux
Etrangement, la Femme assassine inévitablement le règne animal. Ainsi, la sagesse s'évade en rampant depuis l'enfer des sens
Ploton ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

14 Mai 2010 ::

« Bienvenue à Sarkoland - 2 : Le Petit Nicolas »

:: Paparatzi

Ce billet fait partie d'un sujet qui en comporte trois :
1. Bienvenue à Sarkoland - 1 : la présidentielle 2007
2. Bienvenue à Sarkoland - 2 : le petit Nicolas
3. Bienvenue à Sarkoland - 3 : décidément, je n'aime pas cet homme


Jeudi, j’ai été collé à cause du pétard (…)
Quand on s’est assis en classe, le Bouillon nous a dit : « regardez moi bien dans les yeux , tous ! Par votre faute, je suis obligé de rester ici aujourd’hui. Je vous préviens que je ne supporterai pas la moindre indiscipline ! Compris ? » Nous, on n’a rien dit, parce qu’on a bien vu que c’était pas le moment de rigoler. Le Bouillon a continué : « Vous allez m’écrire 300 fois : il est inadmissible de faire exploser des pétards en classe. »
(…)
Le directeur est entré, et le Bouillon lui a donné les feuilles. « Très bien, très bien, a dit le directeur. Je pense que ceci vous aura servi de leçon. Vous pouvez rentrer chez vous. » Et c’est à ce moment que pan ! un pétard a éclaté dans la classe et qu’on a tous été mis en retenue pour jeudi prochain.

René Goscinny (Le Petit Nicolas)


Pisque c’est ça, on va voter pour lui, na !

Ainsi donc, Nicolas a été élu. On ne peut pas dire que ce soit foncièrement une surprise. Il faut dire que tous les français ont unanimement contribué à le faire élire, les uns en le soutenant corps et âme, les autres en lui tirant dessus à boulets rouges par des méthodes nauséabondes qui ne feront jamais recette.

Tous ceux qui ont connu mai 68 vous le diront : les protestataires ont traité de Gaulle de facho, de dictateur, ils n’ont pas ménagé leurs accusations les plus violentes et les plus démesurées pour le descendre de son piédestal.
Et juste après les émeutes, lorsque le calme est revenu, il y a eu un référendum qui s’est soldé par un plébiscite, et même un raz-de-marée pour de Gaulle.

Au fond, les gens n’aiment pas les excessifs, les braillards, les bavoux.

Autre exemple, mais dans le sens inverse : Le Pen, de son propre aveu, n’a jamais été aussi libre de s’exprimer que lors de la campagne 2007. Il a pu pleinement profiter du régime égalitaire imposé par le CSA, et a bien fait en sorte d’apparaître plus « fréquentable » que jamais. Résultat des courses, il a fait 10 %, son score le plus nul depuis 20 ans.

Visiblement, les milliers de personnes qui ont fait essaimer pendant 15 jours dans toutes les boîtes mail de France et de Navarre les pièces jointes les plus navrantes que la terre ait engendrées, sensées nous convaincre que Sarkozy était un dangereux psychopathe, n’ont pas envisagé un seul instant qu’ils faisaient son jeu.

Prenons deux exemples parmi des dizaines d’autres.

Nanar de propagande à contre-emploi

D’abord, un « film » arrivé sous l’objet « FW: TR: Tr: FW: Sarkozy, à voir absolument !!!! »

Sur un fond d’écran noir, commence une musique de fin du monde qui ne cessera plus pendant les 10 minutes que va durer ce calvaire.
Les mots « populiste, ultra libéraliste, démagogue, communautariste, sécuritaire, calculateur » apparaissent les uns après les autres sur des coups de batterie dévastateurs.

On voit un extrait de journal : « un SDF handicapé a été condamné à deux mois de prison ferme… depuis des années, il prenait les transports en commun à Lyon sans payer. »
Pas de doute, c’est certainement Sarkozy qui a décroché son téléphone de son bureau de la Place Beauvau et qui a insisté pour qu’on saque sans pitié ce sale resquilleur de handiclochard !

Puis apparaît un salmigondis d’images de violences policières, non situées, non datées. Certaines d’entre elles remontent peut-être bien aux années 90, ou ont été tournées à l’étranger, mais peu importe, on n’est pas à ça près !
Et avant Sarkozy, les violences policières n’existaient pas, c’est bien connu ! (« CRS ! SS ! »)

Associations foireuses d’images avec un bout de discours en voix off : « Ceux qui ne respecteront pas la loi, on les tapera dur, et c’est bien pour ça que la police est là », dit-il, et pendant ce temps-là nous assistons à un passage à tabac à grands coups de rangers par une bande de keufs enragés.

Morceaux de discours tronqués, sortis de leur contexte, parfois juste deux mots au milieu d’une phrase pour faire croire que ce sont des synonymes : « (…) les jeunes, et les voyous (…) »

Ramassis de niaiseries numériques

Autre exemple, un mail intitulé « devinette », signé d’un certain « René Lecoustre » et qui est sensé singer le jeu « Question pour un Champion ».

Quelques morceaux choisis :
« Issu d'une famille hongroise qui a collaboré avec le régime Nazi durant la guerre (vraies archives de la "Stasi") et qui a fuit (sic) la Hongrie pour éviter le jugement pour collaboration. »

A mon tour de poser une question : comment reconnaît-on les vraies archives de la Stasi des fausses ?
Et quand bien même Sarkozy serait un fils de collabos, en quoi en serait-il responsable ?

« Ministre de l'Intérieur depuis 2002, j'ai mis en place de nombreuses lois liberticides et j'ai réussi à faire exploser l'insécurité (ce qui à permis à LE PEN d'être au second tour...) »

Trop fort le mec. Il arrive au Ministère de l’Intérieur après l’élection présidentielle de 2002, et comme il tire sur la liberté plus vite que son ombre, il réussit à remonter dans le temps et à faire passer Le Pen au second tour, puisque c’était le gouvernement Jospin qui était au pouvoir au moment des dites présidentielles !

« Je me suis fait photographier lui serrant la main [de George Bush] (photo qui rappelle la sinistre poignée de main entre Pétain et Hitler) »

Là, ça me laisse sans voix.

« Lors de l'affaire Clearstream, j'étais au courant dès le début que mon nom était présent dans les listings, liste que j'ai eue en main propre...mais j'ai laissé faire dans le but d'apparaître comme une victime, cela gagne de la sympathie dans l'Audimat. »

Ah, donc tu le sais alors, René, que victimiser quelqu’un ça lui apporte la sympathie de l’audimat, et donc de l’électorat. Et t’es en train de faire quoi, là, avec ton torche-balle, gros blaireau ?

« Il y a quelque mois, avide de prestance, j'ai dévoilé à la T.V qu'une opération d'arrestation de terroristes allait avoir lieu, ainsi j'ai risqué de faire échouer cette arrestation et mettre la vie des fonctionnaires de la DST et du RAID en danger... »

Putain, le mec, vachement bien renseigné quand même. On attend tes sources en vain, mais on te croit, hein, t’inquiète pas !

Bien entendu, j’ai laissé les fautes d’orthographe telles que. J’ajoute que l’ensemble est mal écrit comme tout, décousu, imbitable, bourré de fautes de style et de syntaxe. Bref, le torchon d’un bavou qui a cru bien faire, mais qui aurait mieux fait de s’enquiller une Kro devant PSG-OM sur canal+.

Sarkôme inopérable

Y’a de quoi être content ! C’est la plus grosse déculottée que la gauche ait prise à un second tour de présidentielle depuis belle lurette !
Il a de quoi exulter, le p’tit Nico, il a de quoi l’arborer, en user et en abuser, de son sourire Sarkastique que j’abhorre !

Et ne nous arrêtons pas là dans la connerie ! Continuons de plus belle !
Continuons à dire que Sarkozisme et Nazisme, ça fait une rime riche.
Continuons à brûler des bagnoles pour dire qu’on n’est pas content qu’il soit élu. Dans les banlieues, oui, brûlons les voitures des smicards, ceux qui ont voté Ségolène hier, mais qui voteront Sarkozy dans cinq ans, parce qu’il aura mis de l’ordre dans cette racaille nom de Dlà !
Continuons à lancer des pavés et des cocktails Molotov pour envoyer des CRS à l’hosto, comme ça on saura pourquoi y’a des caméras partout, et on n’aura plus à se demander pourquoi on est fliqué !
Continuons à le rendre responsable de tout ce qui ne va pas chez nous.
Je dors mal en ce moment, et j’ai mal partout. C’est de ta faute Sarko, espèce de fumier !
Mon couple part en vrille et chuis dégoûté, juste au moment où t’es élu. Ça doit sûrement pas être une coïncidence !
Je trouve ma vie vraiment pitoyable, et en cherchant bien, je parie que t’es encore là-dessous, pas vrai ?

Le Sarkôme, c’est sans doute l’expression la plus tangible du cancer qui ronge la France. On l’a tous élu, même ceux qui ont voté contre lui.

Une lueur de positivisme

La démocratie est le pire des systèmes, mais je n’en connais aucun autre


Winston Churchill


Maintenant il faut faire avec. C’est la loi de la majorité démocratique, celle que nos aïeux ont gagnée en répandant sang et larmes. Je m’étonne, à ce propos, que personne n’ait songé à soupçonner Sarko de fraude électorale, lui qui a la « mainmise sur tous les pouvoirs ».

Mais tout de même, soyons sérieux un instant : s’il essaie de faire passer ne serait-ce que le dixième des « lois liberticides » dont on lui prête l’intention, on peut compter sur 17 millions de ces « connards de français » (et pour une fois, c’est un con-pliment) pour être dans la rue dès le lendemain à brailler d’une voix unanime. Avec le pays paralysé, tout Sarkozy qu’il soit, il devra remballer ses billes.

Et puis avec ce que je viens de lui envoyer dans la tronche, logiquement, si on en croit ses détracteurs forcenés, cet article devrait être rapidement censuré, et je devrais être fusillé.
Alors attendons quelques jours pour voir :)


Chose incroyable, j’ai découvert dans le « Petit Quotidien » que le petit Nicolas avait été un enfant. C’est vrai que quand on le voit, on a toujours la bizarre sensation qu’il est né comme ça. Il accepte même d’en montrer au monde une photo, même s’il dit « ne pas avoir aimé son enfance ». Mais bon, il n’est pas le seul.
Allez petit Nicolas, montre nous que tu as gardé une âme d’enfant !

copyrat draleuq 2007

draleuq, 12h44 :: :: :: [1 commentaire désobligeant]

:: COMMENTAIRES

 Brath-z , le 16/05/2011 à 22h38

"Les abrutis de gôche qui n'ont cessé de dire pendant des années que Sarkozy mène une politique sécuritaire lui ont fait sa campagne sans même qu'il ait eu à leur demander.
(...)
J'appelle à voter Sarkozy de manière dialectique : une fois qu'il aura été élu, les gens comprendront quelle arnaque c'est, qu'il ne règlera rien, ni l'insécurité, ni le chômage, ni l'Europe (sic) et ils l'enverront aux oubliettes."
Alain Soral, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle de 2007

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !