Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je ronge mon
frein, ça fait
mal
C'est pas faux
Aujourd'hui, l'on répudie doucement son destin. Ce faisant, la sagesse se distingue, immobile depuis le secret de l'indifférence
Caporal de Bol ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

11 Août 2010 ::

« Parents, on se fout de votre gueule ! - 2 : de l' "aide personnalisée" »

:: Professorat



Et le lendemain, voici notre Xavier de retour auprès de Nicolas. Entre temps il a réfléchi avec, probablement, toute une palanquée « d’experts », dont aucun n’a jamais foutu les pieds dans une classe…

Ah, te voilà Xavier ! Allez, magne-toi de m’expliquer ton truc pédagogique de merde là, t’as cinq minutes, après j’ai à faire !

Eh bien voilà, après mûre réflexion, je n’ai trouvé qu’une seule solution : diminuer la durée de la semaine scolaire. Comme ça, l’an prochain il n’y aura école ni le mercredi matin, ni le samedi matin.

Eh oui, mais ces sales gauchos ingrats de profs, je les paie pas aussi cher à faire trois heures de moins, moi ! Déjà qu’ils en foutent pas une ramée !

J’y viens : on maintient les trois heures pour les profs. Sur ces trois heures, une leur sera donnée pour leurs foutues concertations et leurs formations inutiles. Depuis le temps qu’ils réclament à tue tête plus de formation et de concertation, on pourra leur fermer leur claque-merde.

Pas mal. Continue, et abrège !

Les deux autres heures, ils devront les faire devant les élèves, mais en soutien devant des petits groupes de cancres. Des heures supplémentaires pour les nullards, en fait.

Excellent ! Ce qui me plaît dans ton truc, c’est que ça fait dans le social, et hop, je coupe encore un peu plus l’herbe sous le pied du PS, ou de ce qu’il en reste ! Evite « soutien » quand même, ça fait un peu handicapé… Même si c’est le cas, il vaut mieux éviter les mots qui fâchent.

C’est noté. On appellera ça « aide personnalisée ». Donc en résumé, ça fait 24 heures d’école pour tous, et 24 heures plus deux heures d’ « aide personnalisée » pour les cancres irrécupérables élèves en difficulté. En prime, ça nous permet de justifier la suppression progressive des RASED.

Razède ? C’est quoi encore cette connerie ?

Des enseignants soit disant spécialisés, qui coûtent une fortune en formation et sont payés plus cher, même si pas beaucoup, et qui n’ont pas de classe à eux car ils s’occupent des cancres tellement nuls que les enseignants normaux ne peuvent même plus les garder dans leur classe… sans plus de résultats d’ailleurs. Inutile de te dire que c’est un truc créé par les gauchos, et que ça coûte la peau des couilles ! Donc si les cancres sont pris en soutien en petits groupes par leurs propres enseignants, hop, plus besoin de RASED, je te rends des postes de fonctionnaires !

Ah, je vois que Monsieur sait jouer la musique que j’aime ! Mais y’a un problème quand même : qu’est-ce que je réponds à mon électorat traditionnel quand ils vont me dire que ça fait deux heures de cours en moins pour leurs chérubins ?

Eh bien, tu leur réponds que la France est le pays d’Europe où les semaines d’école sont les plus longues, et qu’elle n’est pas pour autant la meilleure. Qu’on perd un peu en quantité, pour gagner beaucoup en qualité !

Tu as réponse à tout, j’aime ça ! Et dis-moi, c’est vrai au moins ? Parce que tu peux être sûr qu’il se trouvera bien un gaucho de merde pour aller vérifier !

C’est tout à fait exact. Ce qu’on ne dira pas, par contre, c’est qu’on a aussi les plus longues vacances, ce qui fait qu’en vérité on est assez proches des autres en termes de nombre d’heures par an. Mais ils n’iront quand même pas voir jusque là[1].

Oui, et pas question de toucher aux vacances, hein ? Je l’ai promis au lobby touristique, et dans le pays le plus touristique du monde, je te dis pas combien il pèse en nombre de voix, le lobby touristique !

Ça va sans dire.

Mmmmh, discipliné avec ça. Tu me plais de plus en plus, mon petit Xavier.

Quant à la répartition des deux heures de soutien, ça va être trop le bordel de les imposer partout à la même heure. Y’en a qui voudront les faire le matin, le midi, le soir, le mercredi… Y’en a qui finiront par passer à l’école obligatoire le mercredi matin, mais dans un an ou deux le temps de s’organiser. Donc on a qu’à dire que chaque secteur, quartier ou commune est libre de s’organiser comme il veut avec l’accord de l’inspecteur d’académie et des collectivités territoriales. On leur fait croire qu’on décentralise et qu’on leur donne de l’autonomie, on leur fait croire qu’ils ont le choix alors qu’ils en ont très peu, voire aucun. Hop, « liberté d’adaptation et d’organisation pour permettre l’adéquation avec les réalités locales », ni vu ni connu je t’embrouille, ils ne peuvent rien répondre à ça, et ça cache à merveille le fait que c’est un bordel monstre et qu’on ne veut pas imposer un système qui sera de toute façon bordélique. Ils sont libres d’organiser, donc responsables du bordel qui en découle.

Dis-donc, ça t’intéresserait pas, Matignon, pour dans quelques temps ? L’autre il me gonfle, là, à faire son premier ministre, comme si un premier ministre pouvait vraiment exister sous Mon Règne.

Pourquoi pas. Mais j’ai quand même encore un petit problème.

Encore !? Ah merde, j’ai pas que ça à foutre, moi ! C’est quoi ton problème ?

Les programmes.

Quoi, les programmes ? Mon programme politique ? Tu veux des cours de soutien à ce sujet, hu hu ?

Non, les programmes scolaires.

Eh ben quoi ? Qu’est-ce qu’ils ont ? Qu’est ce que ça peut me foutre à moi, tes programmes scolaires ?

On vient de faire une grande pseudo consultation de tous les profs à ce sujet…

T.t.t.t.t. De tous ces connards de gauchos ingrats de profs[2] , il faut dire.

Oui, on a fait semblant de consulter tous ces connards de gauchos ingrats de profs pour leur demander ce qui leur semblait important d’y mettre ou de ne pas y mettre, en leur disant que c’était essentiel pour nous d’avoir leur avis parce qu’ils étaient les plus proches du terrain et blablabla et blablabla. Et on vient à peine d’éditer les nouveaux programmes, sans tenir aucun compte de ce qu’ils nous ont fait remonter bien entendu.

Bon, et alors ? Jusqu’ici, tout paraît absolument normal.

Bah le problème, c’est que les programmes ont été faits pour 26 heures par semaine, pas pour 24 ! Et pour ça, j’avoue ne pas avoir de solution !

Bon écoute Xavier, là je n’ai plus le temps d’écouter tes enfantillages. Moi j’aime les gens qui ont des solutions, pas ceux qui ont des problèmes. Donc, tu te démerdes comme tu veux, mais je veux un résumé de tes solutions sur le bureau d’Henri Guaino pour hier, le temps qu’il me mitonne un petit discours pour ma conférence de presse de la semaine dernière, où je vais annoncer MA réforme de l’école ! Tadaaa !

(à suivre...)


_________________________________
1. Moi, j’y suis allé : 37 semaines de cours annuelles au Portugal et en Espagne, 39 semaines en Allemagne, 40 semaines en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, 41 semaines au Danemark. En France, 36 semaines !

2. Même si le ton est caricatural, j’exagère à peine la haine proverbiale de Sarko pour les profs. Qu’on en juge par cet article du Canard Enchaîné :


Tout de même, Niko, ce n’est pas très raisonnable, pour un homme d’envergure internationale, un pareil mépris pour une catégorie professionnelle tout entière. Tiens, moi par exemple, je hais profondément tous les dentistes, mais j’ai le droit : je ne serai jamais président de la république.
Certaines mauvaises langues affirment que l’écolier Sarko n’ayant pas lui-même été bien brillant (au contraire de ses prédécesseurs, tous excellents élèves en leur temps), il se vengerait aujourd’hui sur une institution qui lui infligea jadis tant de frustration et de vexations, oubliant au passage que les us et coutumes des enseignants ont bien changé en 50 ans.


Copyrat draleuq 2009

draleuq, 12h30 :: :: :: [0 constatation éclairée]

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !