Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je ronge mon
frein, ça fait
mal
Dans ton cul
De plus en plus, l'Humanité escalade atrocement le règne animal. Ainsi, la justice se distingue, immobile depuis la fin du post-modernisme
Cornille ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

13 Avril 2010 ::

« Malte l'invincible - 2ème partie : seule face à l'Axe »

:: Histoire contemporaine, 1941

Ce billet fait partie d'un sujet qui en comporte deux :

1. Malte l'invincible - 1ère partie : le grand siège des Turcs
2. Malte l'invincible - 2ème partie : seule face à l'Axe



De la mer, vue sur La Vallette, capitale de Malte, classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1980. (photo draleuq)


Au début de la guerre, Malte est encore une terre britannique. C'est même la seule terre britannique de la Méditerranée entre Gibraltar et Alexandrie. Or, malgré l'axe Rome-Berlin, les Anglais n'ont pas cru bon de protéger l'île décemment. Et c'est en pleine débâcle de 1940, alors qu'ils quittent Dunkerque en catastrophe, que Mussolini entre en guerre aux côtés des nazis. Aussitôt, l'aviation italienne commence les raids sur Malte, en particulier La Vallette et les alentours, à partir de la Sicile toute proche.

Les dégâts matériels sont importants et les victimes nombreuses, mais l'île se défend avec acharnement avec les quelques batteries de DCA et les quelques avions dont elle dispose. La conscription est également décrétée.


A gauche : résultat d'un bombardement sur Malte
A droite : batterie anti-aérienne protégeant Malte


Malte se retrouve dans la même situation qu'à l'époque de Soliman : plaque tournante, point de passage obligé en milieu de Méditerranée, barrant la route non plus aux Turcs cette fois, mais aux forces de l'Axe.
Pendant que l’aviation italienne, aidée par moments de la Luftwaffe en provenance d’Afrique-du-Nord, s’acharne à démolir Malte, les Anglais vont mettre le paquet plusieurs fois pour la ravitailler.

Quand on dit « mettre le paquet », on peut citer l’exemple des convois « Vigorous » et « Harpoon », les 14-15 juin 1942, qui constitue un éclairage sur l’importance stratégique extrême de Malte (source : "Histoire secrète des forces spéciales" d'Eric Denécé) :

Pour les généraux allemands, la prise de Malte constitue le prélude indispensable à une percée en Egypte. Rommel ne cesse de clamer que le contrôle de l'île est impératif si le Reich veut l'emporter en Afrique du Nord. En butte aux attaques continuelles de la Luftwaffe, la garnison résiste mais manque de tout : vivres, munitions et médicaments. A partir de l'île, les avions britanniques peuvent attaquer les convois maritimes assurant la logistique de l'Afrika Korps, mais l'île est au bord de l'asphyxie. Pour assurer sa survie, il faut coûte que coûte que deux convois puissent passer : opération Harpoon (au départ de Gibraltar) et opération Vigorous (au départ d'Alexandrie). Ce sont des opérations à haut risque : durant la plus grande partie du trajet, ces convois vont se trouver sous la menace des appareils allemands basés en Crète et en Afrique du Nord, et les Spitfire de la Desert Air Force ont un rayon d'action trop faible pour assurer la couverture aérienne des convois. Une solution est alors proposée par David Stirling, créateur du SAS (Special Air Service, commandos de l'armée de l'air) : attaquer neuf bases aériennes italiennes et allemandes pratiquement au même moment pour empêcher leurs avions d'attaquer "Harpoon" et "Vigorous".
Parmi les unités SAS qui vont attaquer les aérodromes de Derna, Benghazi, Benina, Barce, Heraklion, plusieurs sont étrangères : la 1ère Compagnie d'Infanterie de l'Air, française, est commandée par le capitaine Bergé. Un escadron est constitué d'ex-officiers de l'armée Grecque ayant fui leur pays. Le SIG, enfin, est formé d'une poignée d'Allemands anti-nazis de confession juive, recrutés en Palestine : ils sont dirigés par le cpt Herbert Buck et opèrent avec des uniformes de l'Afrika Korps. Ils portent des armes allemandes et parlent tous l'allemand.
Les hommes du SIG seront neutralisés en Afrique du Nord par des ennemis renseignés par un traitre.
En Crête, le raid contre la base d'Heraklion est mené par 4 français accompagnés du lieutenant grec Petrakis et d'un officier britannique, Jellicoe...
Ces diverses opérations furent un demi-échec : seuls deux bâtiments du convoi Harpoon atteignirent Malte, tandis que le convoi Vigorous fit demi-tour.[1]
Les SAS n'en réussirent pas moins à détruire 34 avions, à en endommager 12 autres, à détruire 36 moteurs d'avions, à détruire plusieurs dépôts de munitions et de carburant, 3 hangars-ateliers, à saboter une voie ferrée et à rendre inutilisable l'aérodrome de Barce.



"HMS Kelly at Grand Harbour, Malta" (tableau de R. Taylor)
Le HMS Kelly était l'un des navires formant la "Task Force K", flottille basée à Malte et destinée à empêcher le ravitaillement des divisions italiennes et de l'Afrika Korps de Rommel en Afrique-du-Nord


Les nageurs de combat italiens de la célèbre unité « X Mas » vont même tenter plusieurs attaques avec des sous-marins de poche pilotés par deux hommes-grenouilles[2], dans le but de miner les navires à quai à Grand Harbour, le port de La Vallette, entre juin et septembre 1941.


Le "Maiale", sous-marin de poche italien avec ses deux nageurs de combat. Il s'agissait en fait d'une sorte de torpille habitée, remplie de 300 kg de TNT.

Les "Maiale" (à traduire par "cochons") ont déjà fait leurs preuves en Espagne et à Alexandrie, infligeant de gros dégâts à la Royal Navy. Mais à Malte, rien à faire, toutes les missions échouent, les nageurs de combat sont invariablement capturés ou tués.
Ainsi le 26 juillet 1941, les majors Pedretti et Tesei, avec leurs deux coéquipiers, disparaissent corps et bien avec leur machine infernale après avoir été repérés par le radar.

Cette fois encore, l'Ile des Chevaliers restera invincible.


L'intérieur d'une église de La Vallette, dans un style orthodoxe flamboyant.
97 % des Maltais sont catholiques (photo draleuq).


_________________________________
1. C’est finalement le convoi « Pedestal », considéré comme le convoi de la dernière chance, qui réussit à ravitailler une île à bout de forces du 10 au 14 août 1942. Seuls 5 navires arriveront à bon port, après une âpre bataille, mais leur cargaison donnera à Malte de l’oxygène jusqu’à l’échec de Rommel en Afrique-du-Nord, en novembre 1942.

2. Engins que les Italiens ont d’ailleurs inventés et expérimentés les premiers. La Royal Navy s’empressera ensuite de les copier et de les utiliser, parfois avec succès, sous le nom de "chariots". Après la guerre, les Américains découvriront que la marine Italienne avait en projet, en collaboration avec la Kriegsmarine, une attaque du port de New-York avec des sous-marins de poche « Maiale » !

draleuq, 13h40 :: :: :: [1 confession honteuse]

:: COMMENTAIRES

 draleuq , le 14/04/2010 à 18h57

Oops M'sieur le lion, y'a des photos qui sont pas encore tout à fait de la même taille, mais je m'améliore...

***retourne dans son égout***

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !