Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je vais te
ratiboiser
la colline !
Pauvre
tocard...
En vérité je vous le dis, l'Homme décroche inévitablement le respect, de sorte que l'amour s'évade en atteignant le secret du post-modernisme
La Rochefaucud ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

21 Mars 2012 ::

« Exclusif ! Billet « spécial ch’tis » ! – 2ème partie »

:: Paparatzi

Ce billet fait partie d'un sujet qui en comporte deux :
1. Exclusif ! Billet « spécial ch’tis » ! – 1ère partie
2. Exclusif ! Billet « spécial ch’tis » ! – 2ème partie


J’en étais donc resté au moment où je disais que même si je n’avais pas crié au génie à la vue de « Bienvenue chez les chtis », je m’étais quand même bien marré.

Comme tout engouement populaire, il a donné lieu à quelques scènes rigolotes, comme par exemple ce couple de personnes âgées qui n’est pas allé au cinéma depuis 50 ans, qui se rend dans une salle obscure pour voir celui-ci et qui demande « des places au balcon ».
Comme tout engouement populaire, il a surtout donné lieu à des scènes franchement consternantes, comme ce type qui n’hésite pas à se vanter devant une caméra de télé qu’il est déjà allé le voir 17 fois au cinéma (!)
Et plus encore, à des récupérations tous azimuts qui finissent à la longue par nous le faire sortir par les trous de nez, comme un peu tout ce qu’on voit à longueur de temps.
Comme la gueule de Sarkozy par exemple. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que Monsieur le Président s’est offert une projection privée à l’Elysée. Reste à savoir pourquoi il n’en a pas profité pour remettre la Légion d’Honneur à Dany Boon. Trop tôt peut-être ? C’est dommage, pour une fois qu’il tenait une occasion de remonter dans les sondages !

On m’a d’abord parlé de la création d’une vache, vous savez, ces petits objets cylindriques vendus dans les magasins de souvenirs montagnards qui font « meuuuuuh » quand on les retourne ? Eh bien j'ai appris qu’ils en auraient créé qui feraient « hein ? » au lieu de faire « meuuuuuh ». Ça m’a captivé.
J’ai ensuite vu que ce cher Benjamin Castaldi que je porte tant dans mon cœur, non pas à cause de la richesse de sa personnalité, mais à cause de l’inanité de ses émissions (je persiste à penser qu’il doit tout de même y avoir un lien entre les deux) allait consacrer une semaine entière de son jeu de m… quotidien « un contre 100 » à « rendre hommage » (ce sont ses mots) au film. Bienvenue donc à « Un contre 100 spécial chtis ».
Et puis, un jour, à la radio, j’ai entendu cette publicité pour une entreprise locale vendant des stores. Je précise que cette entreprise se trouve sur la côte atlantique :
« Aquète un store, on t’fait ch’devis y’a qu’o d’mander hein. »

Ce fut la goutte qui fit déborder le vase du grotesque et j’entrepris alors de faire un tour d’horizon des récupérations, via l’interpouette que nous aimons tant, afin d’évaluer la profondeur de l’insondable gouffre de la connerie consumériste… et aussi un peu, je le confesse, afin de pouvoir médire impunément à l’occasion de ces quelques lignes vipérines.

C’est ainsi par exemple que le Grand Journal de Canal + spécial chtis, présenté par Dany Boon, a battu le record d’audience pour cette émission.

C’est ainsi que CuisineAZ.com nous a gratifié d’un superbe dossier culinaire spécial chti.

C’est ainsi qu’on apprend que c’est Gaz de France qui était propriétaire du bâtiment où on a installé le bureau de poste pour les besoins du film, et que suite à ce formidable succès, GDF en a fait don à la mairie de Bergues. On spécule déjà sur la possibilité d’y faire un musée à la gloire de ch’film.

Faut dire que les beaufs de tous horizons n’ont pas attendu l’ouverture d’un musée pour se précipiter en pèlerinage à Bergues. Dès le mois de mars, un raz-de-marée de fans français, belges, anglais et même d’au-delà a débarqué dans ce village de 4 300 habitants, prenant d’assaut les hôtels, les commerces, l’Office de Tourisme.
Dans l’absolu, ce n’est pas un mal pour le tourisme de cette région, qui gagne à être connue, et pour une fois je parle sans ironie, ayant eu le temps d’en découvrir quelques charmes lorsque j’y étais en villégiature de longue durée. En l’occurrence, ce n’est plus la quantité de visiteurs qui m’inquiète désormais, mais la qualité…
Mais qu’importe, du moment que ça a du fric à débourser, hein.

C’est ainsi que l’Office de Tourisme a créé spécialement un « ch’ti tour ». Au programme, la poste, le beffroi, les maisons de la tournée du facteur. Le point de vue préféré, c’est l’endroit où Kad et Dany ont pissé dans le canal. Cool.
Bien entendu, cette info a été aussitôt relayée par le site Routard.com. Le guide touristique qui oubliera le ch’ti tour de Bergues dans son édition 2009 sera vraiment has been.

Idem pour le comité départemental de tourisme du Nord qui ne voulait pas être en reste, et a aussitôt créé une offre de séjour 2 jours/1 nuit pour la modique somme de 119 €, avec montée du beffroi de 193 marches, « randonnée » sur les remparts, promenade en tramway touristique… C’est bath, non ?
Ça rappelle le « camping des flots bleus » du film « Camping », qui avait été pris d’assaut dans la foulée par nos amis les campeurs, mais en pire.

C’est ainsi que les bistrots, pizzerias (l’histoire ne dit pas s’ils ont fait la « ch’ti » en remplaçant la mozzarella par le Maroilles), boulangeries, restaurants ont vu leur chiffre d’affaire s’envoler depuis la sortie du film. Le traiteur a créé une recette spéciale le « tchio biloute », et le pâtissier un gâteau spécial, le « ch’ti berguois ». Les chambres d’hôtes, habituellement vides à cette saison, sont prises d’assaut tous les soirs. La tenancière est épuisée, mais heureuse. Ce que lui demandent le plus ses visiteurs : « où on peut acheter de la chicorée et du Maroilles. »
Evidemment, il faut là résister à la tentation de répondre : « au super U en bas de chez toi, ducon ».
Au plan national, les ventes de Maroilles ont augmenté de 10 %, et celles de la « bière ch’ti » de plus de 30 %. Ça tombe à pic, avec les phases finales de la coupe d’Europe de foot.

C’est ainsi que trois panneaux indicateurs d’entrée de Bergues ont été volés. L’un d’entre eux a été revolé aussitôt après avoir été remplacé, si bien que maintenant, ils les soudent. Ça c’est une idée n’empêche, ça ferait sensation sur la porte de mes toilettes. Comme ça je les appellerais les « t’chiottes ».

C’est ainsi qu’on apprend que Will Smith, le sympathique blackos aux oreilles en feuilles de chou (c’est peut-être pour ça que Dany Boon l’a inspiré ?) aurait déjà manifesté son intention d’acquérir les droits de « Bienvenue chez les chtis » pour tourner un remake sur la communauté noire aux USA… Amazing, isn’t it ?

Mais le staff du film avait déjà prévu que ça finirait, d’une manière ou d’une autre, chez les ricains (là encore, ne faut-il pas y voir un signe ?) puisque le site commercial de « Bienvenue chez les chtis » a été baptisé « ChtiNN, eul chaîne qui perd pas ch’nord ».

C’est ainsi que les vitrines des espaces culturels et autres librairies se couvrent de bouquins sur les chtis qu’on sait même pas comment ils ont réussi à les écrire et à les imprimer aussi vite, waouh. Je vous épargne les références.

Et j’arrête là, je commence à avoir la nausée.


Manifestation des salariés de La Redoute à Roubaix. Et devinez quoi ? Ils ont obtenu 45 € d’augmentation et des embauches d’intérimaires. De quoi donner des idées aux profs qui vont manifester bientôt contre les suppressions de postes : « Bienvenue chez les chtis cons qu’on n’arrive de moins en moins à tenir, hein ».

Pour finir ce billet spécial chtis qui va, n’en doutons pas, me rapporter moult lecteurs, je vous livre quelques « Monsieur Madame » chtis que m’avait raconté un pote quand j’étais là-haut (si si, j’avais des potes, je vous jure). Essayez toujours, mais à part le premier, ça s’adresse plutôt à des initiés.
- Monsieur et Madame Tardelpik ont un fils : Helmudt
- Monsieur et Madame Achcarreaudechbusquandellespartent ont une fille : Alphonsine
- Monsieur et Madame Bitybrairo ont deux fils : Yves et Romain.

Copyrat draleuq 2008

draleuq, 10h57 :: :: :: [1 méditation grotesque]

:: COMMENTAIRES

 Brath-z , le 24/03/2012 à 11h55

Ah tiens, ça me fait penser que je l'ai vue, le fameux bâtiment qui a servi de bureau de poste. il y a une plaque "Ch'tits" de commémoration dessus, maintenant.
Bon, moi, j'ai été surpris, quand j'ai vu ça, parce que je n'avais pas réalisé que c'était la ville du film (j'étais chez des amis du coin), mais je suppose qu'on doit encore trouver des gens qui y viennent en pèlerinage. En tous cas, les fricadelles, c'est bon. Et j'ai eu l'occasion d'une discussion amusante avec le tenancier d'un kebab ch'tit.

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !