Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Il faut essayer d'obliger tout le monde
Pauvre
tocard...
En vérité je vous le dis, l'ignorance escalade joyeusement la morale, tant et si bien que la mort s'échappe, immobile depuis la fin du rationalisme
Caporal de Bol ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

19 Mars 2008 ::

« Souvenir de fumeur »

:: Nombril

Je me souviens du temps jadis, lorsque j'étais fringant, jeune, insouciant, beau, séduisant et fumeur... Certes, à ce jour je suis toujours fringant, beau et séduisant, mais je suis un peu moins jeune, nettement moins insouciant, et ne suis définitivement plus fumeur. En ce temps donc, je consacrais de nombreuses heures à ne rien faire avec des amis, généralement dans un café ou dans un salon enfumé, à boire du coca-cola et fumer des cigarettes, en jouant aux cartes ou en racontant n'importe quoi en riant bêtement. C'était le temps où je ne me disais pas qu'il fallait que je mange des légumes, qu'il fallait absolument que je fasse changer ma carte grise, ou encore qu'il fallait que j'écrive un billet pour mon blog, sans quoi je ne tiendrais pas ma cadence. Bref, c'était le bon temps.

Quoiqu'il en soit, au cours d'un de ces après-midi quelconques pendant lesquels je musardais dans un ennui consenti, j'eus la chance de vivre un moment d'exception. Un instant fugace, qui ne dura qu'une toute petite seconde, à peine. Une sorte d'éclair extraordinaire dans une journée insignifiante de mon existence compassée. J'étais en effet, ainsi que je l'ai décrit précédemment, attablé chez un bon camarade que je côtoyais presque quotidiennement ; nonchalamment, nous fumions l'un et l'autre, en échangeant quelques propos dont la teneur m'échappe, mais qui devaient être somme toute parfaitement insipides. Et tandis que je discutais ainsi, je tapotais machinalement ma cigarette sur le rebord du cendrier, dans un geste très machinal, que tous les fumeurs doivent bien connaître : mon clope coincé entre l'index et le majeur, tenu à l'endroit où le filtre et le tabac se rejoignent, je donnais de petites impulsions sur le haut du filtre avec mon pouce, de sorte que la partie située juste avant l'extrémité cendrée vienne frapper d'un petit coup sec sur le rebord du cendrier. La cendre totalement consumée et inutile s'effondrait ainsi, formant de petites congères blanchâtres caractéristiques.

Mais, alors que j'obéissais à ce rituel de fumeur, il advint l'incroyable, l'inexplicable événement : par je ne sais quelle maladresse, je reculai involontairement l'index et avançai le majeur en même temps, tout en donnant l'habituelle impulsion du pouce. La cigarette, au lieu de rester sottement coincée dans une position verticale entre mes deux doigts, au risque de me brûler, s'échappa de ma main et sauta en l'air, comme mue par un ressort éthéré. Elle fit une volte, deux voltes sur elle-même sur au moins vingt centimètres de hauteur, en suivant une trajectoire parabolique parfaite, puis chuta dans un mouvement inverse totalement et irréellement symétrique. Enfin, la cigarette stoppa son acrobatie en retombant en équilibre parfait, coincée très exactement dans une des encoches du cendrier, destinées à maintenir le clope sans qu'il ne s'en échappât.

Mon camarade et moi nous regardâmes un court instant, interloqués, éberlués. Puis, nous explosâmes en un « Ouaaaaaaaaah ! » admiratif et extatique. Nous venions à l'évidence d'assister à un événement fabuleux ! Un des scénarios fantastiques et immensément improbables des Lois de l'Univers s'était déroulé là, sous nos yeux ébahis d'incrédulité. Cerise sur le gâteau, mon ami avait bel et bien, lui aussi, vu l'événement miraculeux ! Car, il faut bien avouer que généralement, lorsqu'un tel phénomène se produit, c'est toujours lorsqu'on se trouve seul, ou lorsque tout le monde a le regard mystérieusement tourné ailleurs : nous ne pouvons alors partager notre exultation avec personne, ce qui est extrêmement irritant, et très frustrant.

Non, ce jour-là, j'eus la chance de partager ce moment rare avec un autre : et tout l'après-midi, nous essayâmes bêtement de reproduire le même scénario volontairement. En vain.

finipe, 01h03 :: :: :: [5 confessions honteuses]

:: COMMENTAIRES

 draleuq , le 19/03/2008 à 13h12

Ouaaaaaaaah ! ;))

 winy , le 19/03/2008 à 21h07

Je crois qu'il se moque...

 finipe , le 20/03/2008 à 01h31

Il est sûrement jaloux, je ne vois que ça !

 draleuq , le 20/03/2008 à 09h08

Pas du tout, je suis juste interloqué, éberlué, admiratif et extatique...

 Silgu, le 20/03/2008 à 10h16

Tu as été touché par la doigt de Dieu Fifi !!!

ou pas.

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !