Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Ne pas juger
les gens sur la mine...
Non mais
quel con !
Tant bien que mal, l'Homme noie horizontalement la morale. Ainsi, la mort s'amenuise, immobile depuis la fin des sens
Saint Tobustin ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

15 Août 2010 ::

« Parents on se fout de votre gueule ! - 4 : des programmes 2008 (2) »

:: Professorat



Le jusqu’auboutisme à coups de barre à mine

Alors suite à cette fameuse consultation, on a quand même fait remonter ce qu’on en pensait, et ils n’ont pas dû être déçus du voyage. Dans notre département, l’Inspecteur Adjoint à l’Inspecteur d’Académie, qui s’est chargé de faire la synthèse pour sa voie hiérarchique, s’est courageusement efforcé d’être honnête et d’être fidèle à ce qu’on avait dit. Mal lui en a pris, on a su qu’il était désormais au placard jusqu’à la fin de sa carrière.
Il faut dire que mon département fut à la tête de la cabbale contre Darcos et sa clique, ce qui n’eut pas que des avantages, mais j’y reviendrai d’autres fois. Grâce à ce lien aimablement fourni par Louisemiches, j’ai même appris à quel point, puisque la Loire-Atlantique fédère 601 des 2807 enseignants « désobéisseurs » de France (en juin 2009)!
Il n’en a pas fallu plus pour que, au cœur de la crise de mai-juin 2008, le recteur et l’inspecteur d’académie se fassent virer avec pertes et fracas, ce qui n’est pas sans rappeler le préfet de Corse, coupable de ne pas avoir évité la mise à sac de la villa de Monsieur Christian Clavier.
Je n’ai pas spécialement regretté cet inspecteur d’académie qui ne s’était que trop montré comme un adepte du « j’ai décidé que… ». Ironie du sort, il a été lui-même victime d’un « j’ai décidé que… » vachement plus balaise que lui ! Selon les bruits de couloir, il aurait même failli être mis à la retraite d’office.
Par contre, c’est encore une merveilleuse illustration du système Sarkozy, à mi-chemin entre le chef mafieux et le président d’une république bananière.

Comment Darcos a-t-il réglé le problème exposé à la fin de son petit dialogue avec Sarko, à savoir : « bah merde, on a fait des programmes pour 26 heures et on ne veut plus les changer, et maintenant le patron veut qu’on réduise à 24 heures… Comment qu’on fait ? »
Eh bien, il ne l’a pas réglé, tout simplement.
Il n’a rien fait, tout bonnement.
Il a appliqué la méthode de l’autruche et le principe suivant : « ce que tu pouvais faire en 26 heures, tu pourras le faire en 24 heures si tu le veux, car Sarko a dit : si tu veux, tu peux. »

Et encore, Sarko voulait passer de 3 heures à 4 heures hebdomadaires de sport. Oui, Sarko le grand sportif qui passe 24 heures à l’hosto, fait un IRM et un électro encéphalogramme pour un malaise vagal.
On suppose que Darcos a dû lui expliquer gentiment que quand même, trop c’était trop, qu’on faisait déjà entrer un hippopotame dans une bouteille d’huile d’olive[1], et que vouloir y faire entrer un éléphant, c’était quand même vraiment, vraiment trop. Donc exit les 4 heures d’EPS. Ouf.

Démontage made in Ferry Lang

La parution de ces programmes a provoqué, il faut s’en rappeler, quelque chose d’unique dans les annales de l’histoire de l’école : la publication d’une lettre ouverte à Darcos, co-écrite par deux ex-ministres de l’Education nationale, l’un de gauche (Jack Lang), et l’autre de droite (Luc Ferry, dont Darcos avait lui-même été l’un des principaux collaborateurs entre 2002 et 2004), lettre qui dénonce « le mensonge, la paresse intellectuelle, l’imposture et le reniement » que constituent les programmes 2008.
Quelques morceaux choisis, rien que pour vos yeux (ça a été d’ailleurs bien difficile de choisir, car la lettre est très longue et j’adhère absolument à tout ce qu’il y a dedans !)

Mensonge
On nous annonce des programmes «plus ambitieux», mais, sur l'essentiel, notamment la lecture, l'écriture, l'expression orale, on en rabat comme jamais sur le niveau visé. En fin de CM2, on se contente désormais d'attendre d'un élève qu'il soit capable d'«orthographier un texte simple de dix lignes lors de sa rédaction ou de sa dictée» alors que les programmes de 2002 demandaient qu'il sache rédiger un «récit» au moins deux fois plus long, mais aussi «noter des informations», «rédiger une courte synthèse» des leçons, en respectant, outre les règles d'orthographe et de syntaxe, des critères de clarté et de cohérence du propos. Soyons clairs : savoir tout juste écrire dix lignes sous la dictée ne suffit pas pour suivre une classe de 6e ! Plus grave encore, si possible : malgré les affirmations qui figurent dans la présentation des programmes, les horaires de français ne sont nullement augmentés, mais considérablement réduits par rapport à ceux de 2002 ! En 2002, le programme de français comportait obligatoirement et au minimum deux heures de lecture et d'écriture quotidiennes, auxquelles s'ajoutait le temps consacré à l'expression orale et à l'étude de la langue (grammaire, conjugaison, vocabulaire) . Soit treize heures. Il n'en reste plus que dix aujourd'hui ! Du reste, comment Xavier Darcos peut-il prétendre sans sourciller diminuer tout à la fois l'horaire hebdomadaire global (qui passe de 26 à 24 heures en raison de la suppression des heures du samedi matin), augmenter les horaires de sport et de maths, créer une discipline nouvelle (l'histoire de l'art) et, malgré cela, augmenter l'horaire de français ? Disons-le posément mais fermement : il s'agit d'un mensonge !

Paresse intellectuelle
Sur bien d'autres sujets encore, les épaisses ficelles de la com en arrivent à éclipser totalement le fond des problèmes. Pour satisfaire à la démagogie ambiante, on affirme sans vergogne que «programmes courts = programmes centrés sur les fondamentaux», alors qu'il suffit de réfléchir trois minutes pour comprendre qu'à l'évidence c'est l'inverse qui est vrai : plus les programmes sont courts dans le texte officiel, plus ils sont lourds dans la classe. Si vous mettez «la Révolution française» sans autre précision au programme, il est, au sens propre, sans limite. Un bon programme, c'est d'abord un programme qui a le courage de faire des choix et de les expliciter, ce qui suppose un peu d'espace.

Imposture
Entre autres choix forts, nous avions limité volontairement le programme de grammaire à l'essentiel : en gros, les marques du pluriel («s» et «ent»), la conjugaison, les règles les plus utiles de l'orthographe, le bon usage des «mots de liaison» et quelques autres éléments de bon sens. En contrepartie de cet authentique travail de «réduction aux fondamentaux», nous avions imposé explicitement un temps quotidien incompressible de lecture et d'écriture de deux heures trente par jour aux CP et CE1 et de deux heures par jour du CE2 au CM2, parce que des enquêtes précises de l'inspection montraient que ce temps pouvait varier de 1 à 4 selon l'enseignant ! C'était là une décision aussi inédite que cruciale. Notre conviction était que seule la pratique assidue de l'écriture et de la lecture permet aux enfants de maîtriser la langue, les exercices abstraits d'analyse grammaticale devant être réservés au collège. Les nouveaux programmes menacent de détruire ces apports bénéfiques. La vérité est qu'ils s'en moquent parce que leur seule véritable visée est un affichage politique qui relève d'une catégorie relativement nouvelle : celle du «populisme scolaire»

Comment croire, notamment, comme le prétend sans rire le dossier de presse présentant les nouveaux textes, qu'une réforme des programmes et des horaires, quelle qu'elle soit, puisse, à elle seule, permettre de «diviser par trois en cinq ans le nombre d'élèves qui sortent de l'école primaire avec de graves difficultés» ? Même s'ils étaient sublimes, infiniment supérieurs à ceux de 2002 - ce qui est tout l'inverse -, une telle affirmation relèverait de l'illusionnisme. Il n'est pas un spécialiste du système scolaire pour y croire une seconde tant il est évident que l'échec scolaire relève de bien d'autres paramètres. Un bon programme n'est jamais la condition suffisante du succès : au mieux, et c'est déjà beaucoup, il favorise la réussite du plus grand nombre, quand un mauvais le handicape sévèrement.

Reniement
En 2004, Xavier Darcos, alors ministre délégué à l'Enseignement scolaire, publiait avec l'un d'entre nous les programmes élaborés sous l'égide de Jack Lang : belle preuve d'ouverture d'esprit et de continuité. Dans la préface, signée Ferry-Darcos, nous faisions l'éloge de ce travail et nous lui donnions notre imprimatur. Pourquoi ce reniement aujourd'hui sinon pour des motifs de pure communication, parce que le «look réac» plaît, hors de toute réflexion, à un certain électorat. S'il suffisait d'être réactionnaire pour être génial, cela se saurait. Nous en appelons donc à l'honnêteté de Xavier Darcos et à son sens des responsabilités : il faut cesser de bouleverser sans cesse élèves, parents et professeurs à chaque changement de gouvernement ! Il faut au contraire préserver ce qui a été fait de bon par le passé, quelle qu'ait été la majorité de l'époque. Les professeurs ont plus qu'assez de ces changements aussi incessants qu'inutiles. S'il y a quelques points à modifier, qu'on les modifie en conservant l'essentiel, mais qu'on ne sacrifie pas l'intérêt des enfants et des professeurs à des motifs de pure tactique politicienne.


Comme on vient de le lire, Darcos avait lui-même collaboré à l’élaboration des programmes Ferry, qui étaient dans la droite lignée de ceux de Lang.
Si je me souviens bien, quand on lui a posé la question sur ce revirement spectaculaire, il a répondu un truc du genre : « y’a que les c… qui ne changent pas d’avis » (!)

Promotion Communication

Avant même de nous pencher plus avant sur l’indigence de ces programmes, il faut préciser que ce qui était plus gerbant encore, c’est l’opération de communication dont ils se sont fait accompagner.

Tout d’abord, Darcos s’est rendu au « Grand Journal » le 3 avril 2008, où il est allé promouvoir ses programmes comme Johnny serait allé promouvoir son dernier disque (comme chacun sait, chaque disque de Johnny est désormais son dernier).
Malheureusement pour lui, notre bien aimé ministre s’est couvert de ridicule lorsque les pernicieux journalistes ont voulu tester sur lui quelques parties de son programme :
D’abord, bien qu’étant agrégé de lettres, il coince sur le « passé antérieur » et donne le futur antérieur à la place, en s’excusant « J’avais mal entendu la question » Il est vrai que le passé antérieur n’est plus guère employé dans le langage courant ! Pourtant il figurait alors dans les programmes du primaire…
Ensuite, on lui pose un problème simplissime avec une règle de trois (elle-aussi au programme du cycle 3) :
"Si 4 stylos coûtent 2,42 €, combien coûtent 14 stylos ?"
Et là il répond honnêtement, de toute façon il n’a guère le choix : « Je ne sais pas le faire du tout ». La journaliste ne sait d’ailleurs pas plus que lui, puisqu’elle regarde sur sa feuille !
Le Ministre met en cause les calculettes… sauf qu’une calculette ne sert à rien si l’on ne sait pas l’opération qu’il faut effectuer.

Je ne vous cache pas que nous, fumiers de gauchos ingrats de profs, qui devions à l’époque nous frotter les yeux à chaque nouvelle page des programmes pour vérifier qu’on ne rêvait pas, nous nous sommes passés la scène en boucle sur internet pendant un certain temps tellement c’était jouissif.

Du coup, le passé-antérieur est passé à la trappe dans la dernière épreuve des programmes. Ça aura au moins servi à ça.

La phase suivante de cette odieuse opération de promotion a été la diffusion de millions d’exemplaires d’un « guide pratique des parents », qui est, et de loin, le plus gros concentré de démagogie jamais publié par le Ministère de l’Education Nationale.
La tactique est simple : on sait bien qu’on n’arrivera pas à convaincre ces enflures de gauchos ingrats de profs, donc on va essayer d’intoxiquer les parents, braves bonnes pâtes légitimement inquiets pour l’avenir de leurs enfants.



C’est ce merveilleux ouvrage que nous décortiquerons la prochaine fois, là il faut que je m’arrête sinon mon ulcère va se réveiller.

(à suivre)


Copyrat draleuq 2009


_________________________________
1. Pourquoi d’huile d’olive me direz-vous ? Eh bien parce que la bouteille a intérêt d’être sacrément bien lubrifiée. Comme vous, chers parents ;)

draleuq, 11h24 :: :: :: [0 plainte déchirante]

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !