Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Le boulot,
ça me
réussit pas
On s'en
fout
Ces temps-ci, l'envie répand atrocement son destin. C'est ainsi que l'Histoire s'amenuise, se précipitant vers le futur de l'existence
Phosocle ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

15 Avril 2008 ::

« L'intifada & les accords d'Oslo »

:: Histoire contemporaine, 1988

Ce billet fait partie d'un sujet composé de six parties :

1. La guerre d'indépendance d'Israël
2. La crise du Canal de Suez
3. La guerre des six jours
4. La guerre du Kippour
5. Paix en Galilée
6. L'intifada & les accords d'Oslo



Tensions en territoires occupés

A la fin de l'année 1987, la bande de Gaza et la Cisjordanie sont occupées depuis vingt ans par Israël. La population palestinienne de ces territoires vit souvent très mal cette situation : contrôles permanents, discriminations diverses, manque de ressources, les vexations sont nombreuses et répétées. L'OLP et Yasser Arafat, exilés à Tunis, sont loin des considérations quotidiennes du peuple palestinien occupé, et les pays de la Ligue Arabe se sont progressivement désintéressés de cette cause. C'est ainsi que, début décembre, éclate l'Intifada, la « guerre des pierres », après un accident entre un camion israélien et une voiture palestinienne. Lors des funérailles des victimes, des émeutes éclatent au nord de la bande de Gaza, dans le plus grand camp de réfugié, Jabaliya.

Rapidement, les israéliens sont débordés par la situation : des milliers de personnes jettent des pierres, voire des cocktails molotov pour certains, et la contestation prend des proportions inquiétantes. Les étudiants palestiniens parcourent les rues en appelant la foule à la révolte, personne ne va travailler, et les émeutes continuent malgré le déploiement de force de Tsahal ; en quelques semaines, les émeutes se propagent à toute la bande de Gaza, puis à la Cisjordanie toute entière. Les forces de sécurité israéliennes ne parviennent pas à faire face à ce nouveau type d'insurrection : femmes, enfants et adolescents jettent des pierres sur des soldats équipés pour la guerre.


Emeutes palestiniennes de l'Intifada

Dans un premier temps, le premier ministre Yitshak Rabin donne ordre de réprimer sévèrement les manifestations ; l'armée appelle en renfort les gardes frontières expérimentés, met au point des armes non létales, et édicte des règles strictes sur l'utilisation des armes à feu. Malgré tout, de nombreuses bavures ont lieu, et outre les tabassages, des palestiniens — dont des enfants — tombent sous les balles israéliennes. Tsahal use de méthodes féroces et systématiques pour tenter de mater la rébellion, en rasant des bâtiments, emprisonnant et torturant des centaines de palestiniens, instaurant des couvre-feux interminables. Partout en territoires occupés, le vent de la révolte souffle : on jette des tracts, on placarde des affiches, on fait des déclarations séditieuses dans les mosquées, on brûle des véhicules, on élève des barricades.

Une contestation essentiellement non violente

Après plusieurs semaines d'émeutes, un mouvement de contestation non violente émerge : les palestiniens boycottent les produits israéliens, font des grèves massives, refusent de payer leurs impôts, et malgré les grandes difficultés économiques dans lesquelles ils sont alors plongés, ils tiennent bon et utilisent le système D pour bâtir une économie locale branlante. Israël répond en emprisonnant des milliers de personnes, en allongeant les couvre-feux, en fermant les écoles, en faisant le blocus de certaines zones, en coupant l'alimentation en eau, en électricité ou en coupant le téléphone...

Si le plus gros des actions palestiniennes est fondé sur la désobéissance civile, les actions armées d'autres palestiniens ne cessent pas pour autant après la première année la plus difficile : le Hamas, notamment, émerge et prend de l'ampleur. Ce « mouvement de la résistance islamique » organise plusieurs attentats non seulement contre des militaires et des civils israéliens, mais également contre certains palestiniens : les tensions entre factions palestiniennes sont parfois vives, et les attentats font des dizaines de victimes.

Les accords d'Oslo

Dès 1991, suite à la guerre du Golfe, des négociations se tiennent entre israéliens et palestiniens à la Conférence de Madrid, qui réunit également autour de la table la Syrie, l'Egypte, le Liban et la Jordanie. Puis, à l'initiative d'un diplomate norvégien et avec l'appui de son ministre des affaires étrangères, des négociations secrètes sont tenues à Oslo entre la fin de l'année 1992 et le mois d'août 1993. C'est ainsi que le 13 septembre 1993, sous la férule de Bill Clinton, sont signés les « Accords de Washington », qui formalisent les négociations faites à Oslo : cosignés par Yitshak Rabin et Yasser Arafat, les accords entérinent la volonté bilatérale d'un processus de paix. Même si de nombreux désaccords subsistent entre les deux frères ennemis, chacun accepte de faire cesser la violence et, à défaut de trouver un règlement immédiat, repousser la solution définitive à des jours meilleurs.


Signature des accords de Washington, le 13 septembre 1993

Tout le monde n'a cependant pas les mêmes vélléités pacifistes : le Hamas notamment, ou le Jihad islamique, rejettent ces accords, et continuent les violences. De leur côté, certains israéliens ne veulent pas non plus de cette paix : le 4 novembre 1995, Yitshak Rabin est assassiné par un étudiant juif d'extrême droite, alors qu'il venait de prononcer un discours sur la paix aux côtés de Shimon Peres.

finipe, 13h10 :: :: :: [29 soupirs de satisfaction]

:: COMMENTAIRES

 Marcoroz , le 17/06/2008 à 10h23

D'après vous, quel adjectif conviendrait pour définir le statut jusqu'en 1967 de ces territoires que vous qualifiez d'"occupés" ?

Qualifiez-vous aussi la seconde Intifada de "contestation non-violente" ?

Pour le reste, on dirait que vos sources sont particulièrement mal choisies. Sur quelle base faites-vous état de tortures ?

Avez-vous entendu parler de la clause de désobéissance morale qui figure dans le règlement de l'armée israélienne ?

Quelle politique auriez-vous menée si vous aviez été à la place des dirigeants israéliens ?

 finipe , le 17/06/2008 à 12h39

- La question des territoires "occupés" est, je le comprends bien, épineuse à différents titres selon le parti que l'on prend ; il se trouve que précisément, j'ai essayé de n'en prendre aucun. D'un point de vue personnel, je considère cela d'une façon plutôt légaliste, même si encore une fois j'en vois toutes les imperfections : l'Etat d'Israël moderne est reconnu par l'ONU comme occupant en Cisjordanie, à Gaza ou sur le Golan, dès lors j'emploie le terme de "territoires occupés".

- Définir ces territoires avant 1967 est également épineux : la Cisjordanie était transjordanienne, le Golan était syrien, et Gaza était égyptien, mais — surtout pour Gaza — ceci n'avait rien de très satisfaisant non plus. La revendication des territoires sur des bases historiques est de toute façon sans fin. Chacun y va de sa source pour justifier une présence dans tel ou tel territoire : les arabes parlent de leurs conquêtes au VIIIème siècle, puis les juifs parlent de la "Terre d'Israël", des hébreus et de la Bible, et puis tant qu'on y est on pourrait dire que les descendants des cananéens ont plus de légitimité que les hébreus à vivre à cet endroit. Je crois donc que l'entente entre les peuples ne viendra pas (uniquement) de l'Histoire pour cette fois-ci.

- La seconde intifada me paraît nettement moins "non violente" que la première, et en tout état de cause un peu trop proche chronologiquement pour que j'en parle ici.

- Concernant les tortures, vous remarquerez que je ne me suis pas étendu sur la question (une seule occurrence dans 6 billets). Il y en a sans doute eu, d'un côté comme de l'autre (je fais mon petit Salomon), et il ne m'a pas semblé pertinent d'insister là-dessus (les témoignages et décisions de justice me semblent toutefois trop nombreux pour que l'existence des tortures soit remise en cause). Je ne connaissais pas la clause de désobéissance morale, et je suis fort aise qu'elle existe : mais la liberté de conscience fait que tout soldat ne l'appliquera pas nécessairement. Cette clause me paraît une barrière éthique importante, mais pas infaillible hélas.

- Enfin, si j'avais été à la place des dirigeants israéliens, je suis bien en peine de vous dire ce que j'aurais fait... En rédigeant ces textes, j'ai pu encore une fois voir à quel point c'est souvent une minorité d'excités qui sème la discorde et entraîne les autres dans son sillage guerrier. Un effort est consenti d'un côté ou de l'autre, et aussitôt ruiné par l'inconséquence ou l'extrémisme d'une poignée d'opposants, c'est sans fin. En la matière, je dois dire qu'Israël m'est apparu comme capable de tous les écarts : des réactions d'une violence et d'une soudaineté qu'il me semble difficile de comprendre lorsque, comme moi, on vit dans un pays en paix depuis plus de 60 ans, et à l'inverse, des concessions immenses, courageuses et déchirantes. Je ne prétends pas amener de réponse (il n'y en a sans doute pas), juste exposer des faits de la façon la plus impartiale possible.

 Marcoroz , le 18/06/2008 à 09h46

Votre effort est très louable, et le soin que vous y mettez est tout à fait visible.

Cependant, j'y trouve des erreurs grossières.

Ainsi, dans votre réponse qui précède : "c'est souvent une minorité d'excités qui sème la discorde et entraîne les autres dans son sillage guerrier". Croyez-vous que les dirigeants israéliens puissent prendre la décision d'une offensive ou d'une contre-offensive militaire sous l'influence d'une "minorité d'excités" ? C'est bien mal connaître le monde actuel et la géopolitique.

Je vais vous surprendre :

La guerre de 1967, avec l'attaque israélienne préventive, a été décidée au Kremlin ; et la guerre de 1973 a été décidée à Washington.

 finipe , le 18/06/2008 à 15h10

La minorité à laquelle je faisais référence est plutôt celle des islamistes qui vont se faire exploser dans le centre de Tel-Aviv, ou bien de l'assassin d'Yitshak Rabin. Je ne suis pas de ceux qui considèrent systématiquement les dirigeants des nations comme des imbéciles. Pour le reste, je ne peux que redire ce que j'ai déjà dit ailleurs : j'engage vivement mes lecteurs à lire vos articles pour se confronter à un autre point de vue.

-> [http]

 Marcoroz , le 26/05/2009 à 11h15

Bien, puisque Finipe nous y invite, alors reprenons:

Déjà le titre, "Tensions en territoires occupés", pose un problème (à propos de "territoires occupés", voir mon article en référence).

De même, la première phrase:
"A la fin de l'année 1987, la bande de Gaza et la Cisjordanie sont occupées depuis vingt ans par Israël".

Moi j'aurais plutôt écrit:
"Au début de l'année 1967, la Judée-Samarie est occupée depuis vingt ans par la Jordanie, et la bande de Gaza par l'Egypte."

 Marcoroz , le 26/05/2009 à 11h27

Avec cette différence que pendant les 20 ans d'occupation jordanienne, ces territoires étaient judenrein (vidés de tout Juif et interdits aux Juifs) tandis que pendant les 20 ans d'occupation israélienne ils n'ont jamais été interdits aux Arabes.

Avec cette différence aussi que si Israël a pris ces territoires en 1967, c'était en se défendant contre une tentative d'extermination totale.

Il importe de rappeler ce genre de faits, parce sinon le lecteur a une image complètement fausse de toute cette histoire.

 draleuq , le 26/05/2009 à 12h08

(N de l'A : ce commentaire fait suite à l'échange commencé sur un autre billet : [http])


Je ne vais pas m'amuser à faire un copié collé car sur une page entière tu l'as défoncé (et il n'y a pas besoin d'insultes pour défoncer quelqu'un, il suffit de lui expliquer, comme tu sais si bien le faire, avec une rhétorique parfaite, que c'est toi qu'as raison et qu'il ne peut être qu'un crétin de penser autrement que toi), mais je garde quand même ce morceau choisi :
"Tu te fais un instant l'avocat du diable ? Mais tu ne crois pas si bien dire, car être pro-palestinien, c'est être du côté du diable !"
Avec des vrais morceaux de Bush dedans :)) Le diable, warf warf...
Et oui, je maintiens, je persiste et je signe, il est impossible de commenter sur ton blog en apportant des idées autres que celles que tu véhicules, sans se faire littéralement cramer sur place (voir également Ben Salah, même si je ne suis sûrement pas d'accord avec tout ce qu'il dit)
Ton blog véhicule des idées sans aucune nuance, et parce qu'il en est ainsi, ses aficionados sont des gens sans nuance, qui ne peuvent qu'abonder dans ton sens, flatter ton égo soit dit en passant assez hypertrophié, et te cirer copieusement les pompes, par exemple en publiant tes brillants articles sur le site de l'upjf.
Là je n'ai pas le temps d'en dire plus, mais j'y reviendrai plus tard !

 finipe , le 26/05/2009 à 12h27

A marcoroz : c'est vrai que si je n'ai pas insisté sur ton blog, c'est essentiellement parce que je sens bien que quoiqu'on dise, tu défends une chapelle (ou une synagogue plutôt ouarf ouarf), et que sur ce genre de sujet, les arguments se confondent rapidement avec les invectives. A l'instar de draleuq, je trouve aussi tes positions décidément trop jusqu'au-boutiste, ça n'est pas dans ma nature ni dans mes convictions, voilà tout. Je suis toutefois content qu'on puisse discuter courtoisement, ce qui hélas est rarement possible en pareilles circonstances !

Pour Israël et la Palestine, je ne peux que répéter ce que j'ai dit plus haut, qui résume ma conviction sur le sujet : "En rédigeant ces textes, j'ai pu encore une fois voir à quel point c'est souvent une minorité d'excités qui sème la discorde et entraîne les autres dans son sillage guerrier. Un effort est consenti d'un côté ou de l'autre, et aussitôt ruiné par l'inconséquence ou l'extrémisme d'une poignée d'opposants, c'est sans fin. En la matière, je dois dire qu'Israël m'est apparu comme capable de tous les écarts : des réactions d'une violence et d'une soudaineté qu'il me semble difficile de comprendre lorsque, comme moi, on vit dans un pays en paix depuis plus de 60 ans, et à l'inverse, des concessions immenses, courageuses et déchirantes."

 Marcoroz , le 26/05/2009 à 13h26

Draleuq, je n'ai jamais rien écrit qui puisse te permettre de dire que je considérerais Finipe comme un crétin.

De toute façon je n'oblige personne à partager mes convictions.

Mais si ton impression est que j'ai expliqué avec une rhétorique parfaite que c'était moi qui avais raison, et que quiconque pensait autrement était un crétin, c'est peut-être parce que mes arguments te semblent plus convaincants que tu veux bien l'admettre.

Mon blog véhicule des idées sans aucune nuance ? c'est ton opinion et je te la laisse. Il est vrai que je m'interdis par principe de critiquer Israël sur mon blog. Mais as-tu bien lu mes articles sur les théories du complot et sur Marion Cotillard, par exemple ?

Finipe, tu t'es senti invectivé, "défoncé" ? Vraiment ?

Israël capable de tous les écarts ? C'est l'impression que l'on a à travers le prisme des médias, mais je crois sincèrement que cela ne correspond pas à la réalité. Et tu fais toi-même remarquer que ton point de vue est celui de quelqu'un qui vit dans un pays en paix depuis 60 ans. Comment juger Israël, alors qu'on ne peut même pas imaginer la France dans une situation comparable, et comment les Français, le gouvernement français et l'armée française réagiraient...

 Marcoroz , le 26/05/2009 à 14h14

... d'ailleurs des exemples existent, qui montrent que l'armée française, face à une situation absolument pas comparable, est parfois capable de réagir avec une violence et une soudaineté qu'un Israélien pourrait avoir du mal à comprendre...

 finipe , le 26/05/2009 à 14h52

Je ne me suis pas senti "défoncé" à ce point, c'est un peu beaucoup en effet, mais j'ai cependant bien senti comme l'a deviné draleuq qu'il était parfaitement inutile de continuer sur ce sujet, un peu à l'image des premiers échanges que nous avions eu ici même concernant mes billets sur l'histoire d'Israël depuis son indépendance. Tu as des positions très fortes, véhémentes, c'est un fait ; personnellement, je ne te suivrais pas dans ces positions, mais j'invite les autres à te lire, puisqu'après tout se forger une idée c'est aussi ça.

Si je n'insiste pas, c'est parce que je sens bien que le débat finira par être stérile (ne l'est-il pas déjà un peu ?) entre nous, il me paraît improbable que l'un ou l'autre change profondément d'idée, du moins pas par blog/forum interposé : il faudrait se rencontrer et en parler autour d'un verre de coca/whisky/bière/eau. Par écran interposé, ça finit toujours mal : je prends pour exemple les commentaires risibles et grotesques des journaux en ligne, ça frise le ridicule la plupart du temps. Désinhibé par l'absence du physique, chacun défend sa chapelle, son bout de gras, avec une outrance qui ne rime à rien.

Et pour conclure, je dirais que ton dernier commentaire pourrait être très mal pris par des gens susceptibles, et je reconnais bien là ton talent pour la polémique ;)

 Marcoroz , le 26/05/2009 à 15h29

Euh, lequel ? Celui sur l'armée française ? :-?

 Marcoroz , le 26/05/2009 à 18h14

Je n'ai malheureusement pas l'occasion de faire un tour dans ta région, mais si tu es de passage à Paris, on pourrait prendre un verre.

 draleuq , le 26/05/2009 à 20h00

Tu « t’interdis par principe de critiquer Israël », dis-tu… Mais justement, tout le problème est là. Ça veut dire, en filigranes, que tu sais parfaitement qu’Israël est critiquable, mais que tu ne veux pas le faire.
Mais au nom de quoi ? Es-tu Israélien ? Apparemment, non. Tu devrais donc avoir encore moins de raisons de te refuser à critiquer Israël.

Regarde-moi, je suis Français, et je ne m’interdis rien, pas même de critiquer mon propre pays. C’est ça être démocrate, c’est ça être nuancé.

Tu as quelque chose contre l’armée française, apparemment… Voilà au moins un point, c’est sans doute le seul, sur lequel nous nous rejoignons. Pour ne remonter que jusqu’au XXème siècle : l’armée française était à ce pont gangrénée par l’antisémitisme qu’elle n’a pas hésité à infliger les pires humiliations à un de ses officiers innocents. L’armée française était, durant la première guerre mondiale, commandée par des généraux incompétents qui ont traité leurs conscrits comme du bétail bon pour l’abattoir. Une partie de l’armée française n’a pas hésité à se mettre aux ordres de Pétain et de ses sbires en 1940. L’armée française n’a certainement pas fait que du joli en Indochine, même si cela a été assez peu médiatisé. L’armée française a torturé sans remords des milliers d’Algériens, au point que ses méthodes ont fait école pour des enfoirés dans le genre de Pinochet ou de la junte militaire en Argentine. L’armée française a empoisonné sans vergogne ses employés lors des essais nucléaires, auxquels l’état français refuse tout secours aujourd’hui sous prétexte que c’est « prescrit ». L’armée française n’est certainement pas toute blanche, d’après bien des témoignages, dans l’affaire du génocide du Rwanda en 1994. Et on en apprendra d’autres, sûrement.

Je suis bien moins au clair, je te l’avoue, sur les atrocités commises par Tsahal que sur celles de l’armée française. Mais pour n’en citer qu’une, j’imagine que tu vas dire que Sabra et Chattila, ce n’était qu’une juste réponse à une provocation de ces criminels terroristes assistés voleurs menteurs de palestiniens ?

Les 22 000 km² sur lesquels les Israéliens sont souverains ne sont pas des territoires occupés, c’est bien un état à part entière. Mais ne t’en déplaise, il a été créé de toutes pièces, que dis-je, "implanté" par les sionistes, bien aidés des britanniques surtout, mais également des ricains et des français, encore eux. Et si de Gaulle n’avait pas tout en main pour prévoir ce que donnerait à terme le bétonnage et le remembrement, comme je te le disais hier, les britanniques avaient en revanche tous les éléments en main pour savoir que la création de cet état d’Israël allait semer une zizanie qui ne cesserait jamais. Pourtant, ils l’ont fait !
Et ne t’en déplaise, oui, pour s’installer, les Israéliens ont foutu dehors et jeté à la rue des familles palestiniennes qui vivaient là depuis si longtemps qu’elles étaient incapables de le dater. Des gens qui n’étaient, avant cela en tous cas, pas plus antisémites que leur clébard.

Tes propos non nuancés, nous expliques-tu, ne sont là que pour contrebalancer les propos non nuancés de ceux qui haïssent Israël aveuglément et ne cessent de balancer toutes sortes de sornettes.
Mais c’est là, justement, que tu commets une erreur tragique. C’est là, justement, que tu nous prends pour des crétins, Finipe et moi, et des milliers d’autres. Qui veux-tu influencer avec tes propos extrêmes ? Les islamistes ? Non, bien sûr, tu sais comme moi que ceux-là ne changeront jamais d’avis. Tes cibles, ce devraient être des gens comme nous, des gens qui ont un cerveau et qui n’avalent pas tout cru toutes les conneries qu’on leur débite. Mais ces gens-là ne peuvent entendre tes opinions que si elles sont nuancées. Que si tu n’as pas pour principe de ne pas critiquer quelque chose, « parce que c’est comme ça et pis c’est tout. »

Pour moi en tous cas, tu ne fais que confirmer avec force ce que je pense depuis longtemps : les sionistes sont à foutre dans le même sac que le Hamas et le Hezbollah.

Tu crois que je vais te prendre pour un démocrate parce que tu as pris la défense de Marion Cotillard ? Désolé, mais il en faudra un peu plus.

« Promotion d’une éthique et d’un monde différent », claironnes-tu en en-tête de ton blog… Outre le fait que la phrase en elle-même est bouffie d’orgueil, l’éthique que tu prônes est celle de la haine, et si le monde différent que tu appelles de tes vœux vient un jour, alors comme de Gaulle, mais plus modestement, moi je prendrai le maquis !

 Marcoroz , le 27/05/2009 à 08h25

"je ne m'interdis rien": tu devrais.

Sabra et Chatila: "(...) des phalanges chrétiennes vengeresses, furieuses de l'assassinat de leur leader, entrent de la camps de Sabra et Chatila et massacrent les réfugiés palestiniens" c'est signé Finipe.

Si tu assimilais au moins le contenu des articles de ton frère, tu écrirais déjà bien moins de conneries.

Pour le reste, tu viens de me démontrer que toute discussion entre nous est vaine.

Finipe est toujours le bienvenu sur mon blog et j'espère l'être toujours sur le sien, mais toi, évite dorénavant de m'adresser la parole.

 draleuq , le 27/05/2009 à 10h19

Des phalanges chrétiennes vengeresses, oui, sous les yeux des israéliens qui n'ont pas levé le petit doigt. Sharon y était, à ce qu'on dit !... C'était pourtant pas un phalangiste, me trompe-je ?

Quant au fait que toute discussion entre nous est vaine, tu as mis du temps à t'en rendre compte, moi ça fait longtemps que je le sais.

Et ce n'était pas la peine de me dire de ne plus t'adresser la parole, ce n'était plus dans mon intention... Sauf si tu continues à débiter des âneries ici, je te taclerai à chaque fois car sur ton blog tu peux dire toutes les inepties que tu veux, mais ici je ne te laisserai pas faire.

Tu sais quoi ? Ça s'appelle la démocratie, mot dont tu sembles ignorer la signification.

Quant à finipe, il a toujours été plus consensuel que moi :)

 Marcoroz , le 07/07/2009 à 18h49

Ha ha... "Sharon y était, à ce qu'on dit" (sic)

Mais bien sûr, Sharon s'était déguisé en Libanais maronite et tout seul, sans aucune escorte, il avait rejoint incognito un groupe de phalangistes pour entrer avec eux dans les camps et faire un peu d'exercice. Ensuite, il est reparti discrètement, s'est changé à nouveau et a retrouvé discrètement son poste de commandement.

Mais il a été filmé, et c'est comme ça qu'on a su qu'il y était.

Ah, vaut mieux en rire...

Finipe est plus sensuel ? Certainement.

 draleuq , le 08/07/2009 à 11h29

24/01/02 : L'ex-ministre libanais Elie Hobeika, ancien chef des milices chrétiennes des Forces libanaises a été tué ce matin dans la banlieue est de Beyrouth dans un attentat à la voiture piégée. C'était lui qui dirigeait la milice d'extrême droite des Forces Libanaises qui, SOUS LES YEUX DES SOLDATS ISRAELIENS, ont massacré, en septembre 1982, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila.
En juillet dernier, Hobeika avait déclaré qu'il était prêt à témoigner dans un procès éventuel contre Ariel Sharon. Il avait affirmé qu'il se sentait menacé et qu'il avait "des révélations à faire". Des révélations qui pourraient être compromettantes pour l'actuel premier ministre d'Israël ? Hobeika affirmait détenir l'enregistrement d'une conversation entre l'ex-président de la République Amine Gemayel et Sharon, à la veille de l'entrée des miliciens chrétiens dans les camps. Le futur massacre y serait explicitement évoqué. Quoi qu'il en soit, c'est un témoin gênant pour beaucoup de monde qui disparait...

14/02/03 (La Libre) : A Bruxelles, la plus haute instance judiciaire, la Cour de Cassation, a rouvert la voie à des poursuites en Belgique pour crimes contre l’humanité contre Ariel Sharon lorsque le Premier ministre israélien ne sera plus protégé par l’immunité liée à sa fonction. .
La Cour a ainsi annulé une décision de justice qui avait déclaré irrecevable l’an passé une plainte pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide contre M. Sharon pour son rôle présumé dans les massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982 au Liban.

Source : Alterfocus.com
C'est un site belge. Ah, mais qu'ils sont cons ces belges, hein, c'est ça ?
Mais on trouve des trucs dans le même genre dans Le Monde, Libération... Et je ne vais pas te donner toutes les sources, vu que de toute façon tu es sourd dingue et que "par principe tu te refuses à critiquer Israël."

Ris en tant que tu veux.

Moi, les mecs comme toi, ça ne me fait pas trop rire !

 Marcoroz , le 09/07/2009 à 08h59

Il faut vraiment être débile pour en être encore, plus de 25 ans plus tard, à conjecturer sur la présence et la responsabilité de Sharon dans cette histoire. Les dirigeants et les soldats français ont fait bien pire au Rwanda, par exemple. Le Rwanda, cela n'a pas été le massacre de plusieurs centaines de personnes, mais un vrai génocide. Les militaires français ne se sont pas contentés d'être sur place, ils ont formé et instruit les Hutus. Et cependant, aucun mouvement et aucune institution belge n'a réclamé que Mitterrand, Balladur ou Léotard soient jugés pour crimes de guerre ou pour crimes contre l'humanité.

Je veux bien qu'on critique Israël, mais comme on critique la France. Je veux bien qu'on critique les dirigeants israéliens et la politique d'Israël, comme on critique les dirigeants français et la politique de la France. Pas avec deux poids et deux mesures.

 draleuq , le 09/07/2009 à 10h54

Oh, mais moi je ne m'interdis pas de critiquer la France, rappelle-toi !
Remonte un petit peu plus haut, si si...
L'affaire du Rwanda, déjà évoquée par moi, parmi d'autres !

Je suis peut-être bien débile, mais toi tu ne sais pas lire !

Et au fait, je croyais que tu devais arrêter de me parler ? :))

 draleuq , le 09/07/2009 à 10h56

Et au fait, les hutus, ce sont les militaires français qui les ont instruits et formés à l'usage de la machette, aussi ?

Ah ah ah.

Et il dit que je suis débile.

 Marcoroz, le 09/07/2009 à 14h32

Procès d'intention (qu'ils sont cons ces belges, hein, c'est ça ?), attaques personnelles (bouffi d'orgueil, etc.)... ce sont les armes de ceux qui se sentent intellectuellement en état d'infériorité, il me semble.

 Marcoroz , le 09/07/2009 à 19h20

Intéressant, ce que je viens de lire sur [http] :

"En 1983 à Beyrouth Cedar m’a certifié qu’Hobeïka et les éléments des Forces libanaises qu’Hobeïka contrôlait furent les responsables des événements de Sabra et Chatila en 1982." - Miguel Garroté

 draleuq , le 10/07/2009 à 10h15

Super ta source. Comme on pouvait s'y attendre, ce site est acquis à la cause d'Israël, il n'y a qu'à voir la liste des rédacteurs et le ton nuancé des articles pour s'en faire une idée.
Super crédible, donc. Je suis convaincu, ah ah ah.

Et sois complètement rassuré, je ne fais aucun complexe d'infériorité vis à vis de toi. C'est toi, au contraire, qui fais un complexe de supériorité, nuance ! (j'aime ce mot, même si toi tu en ignores le sens).

Déééééésolé pour les "procès d'intention" et les "attaques personnelles", mais tu remarqueras que c'est bien toi qui as commencé avec les "con", les "crétin", les "débile".
Et comme on dit dans la cour de récréation, c'est c'ui qui dit qui est !

Prendre tous ceux qui s'opposent à tes opinions pour des cons, c'est bien la marque de fabrique des gens comme toi, personne ne s'y trompe. Qu'ils soient belges, français, palestiniens, ou israëliens (parce qu'il y a des modérés là-bas, oui, des gens qui ont pourtant bien plus à craindre que toi des roquettes du Hezbollah et des attaques suicides ! Tu devrais prendre exemple sur eux...)

Moi, je ne t'ai jamais pris pour un débile, loin s'en faut. Mais l'intelligence est la pire des armes "aux mains", si je puis m'exprimer ainsi, de quelqu'un d'obtus et d'imbu de sa personne.

 Il faut que les choses changent.., le 09/06/2010 à 10h25

Vous croyez vraiment que c'est un Palestinien qui a fait cette caricature.Ils subissent une occupation permanente, on dit que Israël est un État démocratique de droit or face à cette lois tous les hommes ne sont pas égaux, les Palestiniens sont marginalisés alors que ce sont leurs terres. Et pour ceux qui me diront que cette terre appartient aux juifs et ben je répondrais que les juifs d'en temps n'ont pas bougé il se sont convertit à l'islam et ceux qui revendique cette terre ce sont des juifs européens récemment convertit. Cette caricature est de la PROPAGANDE pour s'emparer de l'opinion publique et assouvir leurs désirs de colonisation et de pouvoir qu'il exerce sur le moyen-orient .Et si vous me posez la question pourquoi la terre de Palestine ? Je répondrais tourner la tête vers le passé et observer ce que ferais l'homme pour du pétrole.
QUAND LE MONDE COMPRENDRA LES CHOSES CHANGERONS.

Je suis pour la paix, pour la non violence, pour la réconciliation israelo-arabe, faudrait que l'homme révise ses priorités ! Vous pourrez vérifier mes dires même des historien israélien de la nouvelle génération peuvent confirmer mes dires... cherchez vous trouverez !

 draleuq , le 12/06/2010 à 15h55

A qui qu'tu causes ?
Et de quelle caricature parles-tu ?

L'a po compris !

Et au fait, moi aussi chuis pour la paix, pour la non violence, et pour la réconciliation israélo-arabe.
Et chuis aussi contre le cancer.

 TyRex, le 27/09/2011 à 15h13

Ah wai... effectivement le sujet déchaine les passions !
Je décerne la palme de la mauvaise foi à Marcoroz.
Tu révèles bien le sionisme à l'état pur, de la malhonnêteté intellectuel
saupoudré de mensonges historiques.
Si t'aimes la lecture, je te conseille "Comment fut inventé le peuple juif" de Shlomo Sand,
historien juif et résident de Tel Aviv... à mon avis tu risques de faire des cauchemars la nuit !

C'est vrai que pour être réellement impartial il faut pouvoir analyser une situation sans qu'elle passe par le prisme des sentiments.

Un grand bravo pour tout ce travail les gars !!

 draleuq , le 27/09/2011 à 23h24

Merci mon dino... de ma part et de celle du Lion qui a déjà commencé à hiberner (oui oui, c'est le seul Lion du monde qui hiberne).

Concernant Marcoroz, je crois qu'il est assez symptomatique de cet étrange phénomène qui fait que bien souvent, plus "l'engagement politique" provient d'une personne éloignée géographiquement des réalités du terrain, plus cet engagement est extrême.
Il n'y a qu'à voir avec quelle facilité Al Qaida a pu recruter des djihadistes dans des pays arabes au régime assez modéré, très éloignés de l'Iraq et de l'Afghanistan.
Autre exemple qui me revient en tête, et il m'a été fourni dans un cours d'histoire de l'Irlande fait par un spécialiste lui-même irlandais (ce qui coupe court à toute suspicion d'interprétation franchouillarde) : il disait qu'en vérité, si l'IRA a pu continuer pendant toutes ces années, ou devrais-je dire ces siècles, à mener sa guerre clandestine contre les britanniques (et les protestants d'une manière générale), avec les énormes moyens qu'on connaît, elle ne le doit qu'à la manne financière du soutien des "fénians", des émigrés irlandais aux USA qui ont quitté le pays le plus souvent depuis la grande famine (années 1840), et dont la conception des "envahisseurs britanniques" n'a presque pas évolué ensuite, puisqu'ils s'étaient installés aux States, y avaient fait leur vie et leur fortune, et que l'Irlande était restée pour eux telle que leur grand-père ou arrière grand-père, transi de haine contre les "brits", leur avait raconté, ce qui était totalement inexact bien entendu.

 TyRex, le 28/09/2011 à 11h35

Je suis entièrement d'accord avec toi... moins on ne vit une situation plus ce sont les sentiments qui parlent et non pas la raison.
Pour Al Quaïda, j'avoue je ne sais pas. Beaucoup de théories circulent...
Ce qui est certain c'est qu'il existe vraiment des tarés violents qui se disent musulmans pour imposer leurs pouvoirs sans opposition.
Tous les pays musulmans possèdent des tarés armés religieux en son sein. C'est une certitude.
Seulement le peuple de ces pays, comme pour tous les peuples de cette planète, aspirent à vivre en paix et en sécurité.
Ils ne laisserons jamais ces groupes monter au pouvoir sauf si on les contraints.
La violence et l’oppression sont des composantes fondamentales pour fabriquer des tarés... donnez du pouvoir à un taré et il vous aliènera.

Que des groupes armés aient pu profiter de la manne de terreur que créaient les termes "Al Quaïda" pour leur donner une certaine forme de crédibilité,
c'est aussi une certitude.

Mais aujourd'hui, quand tu vois ce qui se passe en Libye, quand tu vois que l'OTAN a armé des groupes "rebelles" proche "d'Al Quaïda" pour lutter contre le pouvoir
Kadhafi alors qu'il y a eu une guerre de dix ans contre ces mêmes terroristes faisant des milliers de morts, il y a de quoi ce poser des questions...

En fait, j'avoue que je ne sais plus que croire... tout semble douteux. J'ai du mal à croire les versions officielles car trop de choses restent sous couvert du fameux
"secret d'état"... pourquoi est-ce que l'état doit avoir des secrets ? C'est déjà douteux !

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !