Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

J'en ai
vraiment
rat le cul...
Ah
bon ?
Parfois, l'ignorance escalade parfaitement le respect. C'est pourquoi le temps s'échappe en atteignant le bonheur de l'imagination
Cornille ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

11 Juin 2011 ::

« Les buzz du printemps »

:: Paparatzi

Fukushima mon amour

Sur l’aspect purement nippon du buzz, ça a été l’occasion de vérifier que le stoïcisme des japs n’est pas une légende : pas étonnant que les GI’s en chiaient dans leur froc à la seule idée de débarquer dans une de leurs îles. Par contre, je croyais globalement les inventeurs de l’électronique et de la robotique de pointe plus intelligents que ça : tout de même, construire des centrales nucléaires en zone sismique, était-ce bien raisonnable ? Si j’étais méchant, je dirais qu’Hiroshima et Nagasaki ne leur ont probablement pas suffi et qu’ils en voulaient d’autre !


Projet de nouveau drapeau pour le Japon


Mais nos chers médias, n’ont mis, comme d’habitude, pas plus d’une quinzaine de jours à décontaminer le Japon, pour porter le débat sur le terrain franco-français.
D’abord, mon Dieu mon Dieu, est-ce que la radioactivité, déjà négligeable au Japon à part dans les quelques km autour de la centrale, allait faire le tour du monde et nous empoisonner insidieusement ? Est-ce qu’on allait nous mentir comme on nous avait menti pour Tchernobyl ?
Et puis, lorsque ce danger fut écarté, MON DIEU MON DIEU est-ce qu’il fallait vraiment continuer à construire des centrales nucléaires chez nous, et à exploiter celles existantes ? N’était-ce pas risquer un Fukushima à la française, tant il est vrai que les séismes de force 8 et les tsunami sont légion dans l’hexagone ?
C’est vrai, bigre, appliquons le principe de précaution, fermons les centrales nucléaires. Voici d’ailleurs quelques solutions alternatives :

- Construire à nouveau des tas et des tas de centrales à charbon. Ce sont les moins coûteuses, après tout, les Chinois ne le savent que trop bien. Bon, c’est vrai que ce sont aussi les plus polluantes et que cette solution est de loin la pire pour les émissions de gaz à effet de serre. Mais on s’en fout, après tout, non ?

- Construire une éolienne tous les 100 m, sur tout le territoire français. Ça fait beaucoup, ok. Mais il faudrait au moins ça pour se fournir en électricité rien qu’avec l’énergie éolienne, et encore, seulement quand il y a du vent, car ça ne stocke presque rien. Tous avoir un pylône de 50 m. de haut devant votre fenêtre qui fait WOUF… WOUF… la nuit, je suis sûr que vous vous y ferez très bien. Et ne vous inquiétez pas, une éolienne ne fonctionne en moyenne que 35 % du temps, le reste du temps il n’y a pas assez de vent. Et si le wouf wouf vous berce, ne vous inquiétez pas non plus, ils peuvent l’actionner sans vent, ce qui dépense de l’électricité au lieu d’en produire[1] !

- Chaque français devra pédaler bénévolement 2 h. par jour dans la centrale à pédales la plus proche. Une fois par mois, il faudra aller pédaler de nuit pour alimenter les services d’urgence. Pour les autres, couvre-feu au coucher du soleil, saisie de toutes les télévisions, fours, micro-ondes, machines à laver, lave-vaisselles, sèche linge, ordinateurs, téléphones portables, iphones, ipod, DS, consoles… Une vraie solution de santé publique, bien meilleure que de dire « pour votre santé, bougez plus ! » dans les publicités Mac Donald. Une vraie solution de santé mentale aussi, pour un certain nombre de nos concitoyens !



La mort de Ben Laden

Une petite pensée pour ce brave Oussama, car c’est l’un des plus vieux et des plus récurrents sujets de plaisanterie de la planète qui vient de disparaître. Avec lui a disparu l’image romantique de la taupe se terrant dans un souterrain des montagnes afghanes, image d’Epinal que l’on nous servait régulièrement depuis 10 ans. En fait, il était bel et bien dans un hôtel particulier 3 étoiles avec femmes et domestiques dans un faubourg du Pakistan.
Passons sur la consternation qui fut la mienne lorsqu’on nous montra les habitants de New-York danser dans les rues comme s’ils avaient gagné la Coupe du Monde, comme si ce pauvre clown avait pu penser, décider et planifier tout seul les attentats du 11 septembre, comme si sa mort allait faire revenir les 5 000 victimes du World Trade Center, et surtout comme s’il n’allait pas être aussitôt remplacé par un autre barbu tout aussi taré que lui.
Ce que j’ai trouvé le plus fantastique dans cette histoire, c’est qu’Obama a fait jeter le corps de ben Laden aux requins parce qu’il ne voulait pas qu’il devienne un martyr, et qu’on vienne prier sur sa tombe, MAIS il a fait un discours de 10 mn retransmis sur toutes les chaînes du monde pour se gargariser de sa mort. Il a refusé que toute photo de son cadavre soit publiée pour ne pas exciter la haine des musulmans, MAIS il a invité les journalistes à la petite cérémonie de remerciements et de félicitations où on le voit serrer les pognes des commandos qui l’ont buté avec son sourire Ultra Brite.



On the Ferry to hell

Parmi nos « penseurs » médiatiques, je trouvais a priori que Luc Ferry était nettement moins insupportable que BHL.
Quand ils nous l’ont foutu comme Ministre de l’Education Nationale, je me suis dit après tout pourquoi pas ? En tous cas il ne fera pas pire que bien d’autres.
Lorsque les collègues ont fait un grand autodafé avec son bouquin, je les ai trouvés injustes, même si déjà ce n’était pas forcément une bonne idée tactique que le Ministre de l’Education Nationale en exercice écrive un bouquin et le fasse publier et envoyer à tous les enseignants de France et de Navarre aux frais du contribuable.
Quand il a repris sa « liberté de parole » et que je l’ai vu s’enflammer avec son « ennemi » Jack Lang contre les indigents nouveaux programmes Darcos, il a remonté dans mon estime. Mais quand, un jour, dans une émission télé consacrée à l’éducation, il a dit : « C’est malheureux à dire, mais si l’on cherche l’innovation pédagogique aujourd’hui en France, il faut la chercher du côté de l’école privée sous contrat », alors là j’ai eu une subite envie de meurtre.
Quand j’ai vu qu’il a été assez con pour dire qu’il savait qu’un ministre avait commis des actes de pédophilie au Maroc, ne réfléchissant même pas au fait que ne pas dénoncer un tel acte quand on en a connaissance est un délit puni par la Loi, et qu’en plus pour un ancien Ministre de l’Education Nationale ça fait particulièrement désordre, là je me suis marré.
Et maintenant que je vois qu’il est payé 4 000 € à rien foutre par une Université alors qu’on sabre encore des milliers de postes dans l’E.N. au détriment des conditions d’apprentissage des gamins, là, je me roule par terre.
Entre DSK et lui, j’ai envie de dire que c’est malheureux à dire, mais si l’on cherche l’innovation dans la stupidité, il faut la chercher du côté des anciens ministres.

_________________________________
1. Véridique ! On cherche encore l'utilité de ce dispositif, mais on ne désespère pas de trouver, un jour !

draleuq, 14h59 :: :: :: [6 obscénités]

:: COMMENTAIRES

 Brath-z , le 11/06/2011 à 20h35

Là, je t'arrête de suite ! J'ai beau être un anti-écologiste acharné, l'utilité des éoliennes qui tournent sans vent m'apparaît clairement (bon, peut-être parce que j'ai bossé là-dessus il y a trois-quatre ans, dans une autre vie, d'ingénieur, celle-là).
En premier lieu, il faut distinguer deux cas :
- ceux où l'éolienne tourne effectivement sans vent
- ceux où l'éolienne capte des courants de convection, grosses masses d'air chaud qui montent et font tourner les pales

Ceci fait, il convient d'expliquer la raison des premiers cas. Les éoliennes ont un rendement assez faible (autour de 20-25% environ, bien plus que les panneaux photovoltaïques à moins de 15% mais moins qu'une centrale nucléaire, le plus important rendement qu'on arrive à produire actuellement, à pas loin de 40%, compter de 15 à 30% environ pour une centrale à charbon), aussi est-il nécessaire, pour "couper les pertes", de les disposer par grands champs dans des zones fortement venteuses (raison pour laquelle des éoliennes en bord de mer ou dans les Vosges, ça a sa logique, mais en Île-de-France...). Seulement, même dans les régions de grands vents, il arrive toujours des moments où le vent retombe. Oh, quelques heures par jour, parfois. Mais on ne va pas arrêter 5 000 éoliennes pendant "quelques heures" d'un coup d'un seul parce qu'il n'y a pas de vent. C'est courir le risque qu'elles soient totalement désynchronisées (risque commun mais peu grave), voire tout simplement qu'elles "loupent" la reprise du vent (autrement dit, que les pales se cassent en cas de bourrasque). En tournant dans le vide, elles "captent" la moindre petite brise, prêtes à suivre le vent s'il revient.
Il y a aussi une "utilité secondaire" à faire tourner des éoliennes dans le vide : ça consomme de l'électricité. Or, il se trouve que les 3/4 du temps, EDF dispose d'un "courant résiduel" (moins de 5% de la consommation nationale les jours de catastrophe naturelle) qu'elle ne peut stocker (un coup à cramer des batteries par centaines de milliers pour un gain nul, ça) et qu'il lui faut donc utiliser. Oui, en France, on assure la production de plus d'énergie qu'on en consomme. Raison pour laquelle je reste toujours un peu dubitatif quand je vois qu'EDF rachète de l'électricité à des particuliers qui la produisent eux-mêmes. Dans 99% des cas, cette électricité va servir à faire tourner des pales dans le vide. Mais bon, c'est surement pour encourager les vocations à l'autonomie énergétique. Louable intention.

J'espère avoir éclairci ta lanterne.
A noter que les éoliennes, en plus d'être moins efficaces que les centrales électriques, sont aussi plus coûteuses, car devant être changées (au moins le rotor principal) au moins une fois par an (la norme serait plutôt à une fois tous les 6 ou 7 mois...). Sans compter toutes celles qu'il faut remplacer parce que, malgré tout, elles ont "mal prit" le vent et se sont cassées.
C'est laid, c'est peu efficace, et ça coûte cher. Pas étonnant que les écolos en raffolent !

 draleuq , le 12/06/2011 à 00h36

C'est bizarre, car j'ai prélevé cette info dans un article du Nouvel Obs et elle provenait directement du président du "mouvement national anti éoliennes" (je mets des guillemets car me souviens plus du nom exact et peu importe)... Etrange donc que ces données techniques puissent lui échapper. Lui, il disait carrément qu'on les faisait tourner pour rien pour donner aux gens l'impression qu'elles fonctionnent plus souvent que dans la réalité.
Quant au fait qu'on va se retrouver avec un tas de pylônes rouillés pour agrémenter notre horizon dans quelques années, ça il le disait aussi, effectivement.
Puisque tu as l'air de t'y connaître, il y a autre chose qui m'étonne toujours avec les éoliennes : comment se fait-il que lorsqu'on a une série d'éoliennes alignées sur un même coteau, souvent une partie d'entre elles fonctionnent, mais pas toutes ?

 Brath-z , le 12/06/2011 à 06h39

Pour ce qui est du machiavélisme qui consisterait à faire tourner des éoliennes dans le vide juste pour donner l'impression qu'elles fonctionnent plus que dans la réalité, je reste extrêmement circonspect : je ne vois pas quel esprit tordu, surtout à EDF, soutiendrait de manière dogmatique les éoliennes. Après, il y a en effet un aspect "pub" à installer de grands champs d'éoliennes dans des territoires où elles ne vont fonctionner que 25% du temps. Ça fait écolo, et l'écologie est à la mode. En plus, en tant que premier producteur d'énergie nucléaire mondial, EDF est à la pointe du rejet. Bref, ce genre de parcs très peu rentables ne sert à mon avis qu'à redorer le blason de l'entreprise.

Pour ce qui est des éoliennes qui tournent quand une partie ne tourne pas, je ne vois pas vraiment d'explication. Peut-être que celles qui ne tournent pas sont cassées et/ou doivent être changées ! Il y a aussi la possibilité, si ce ne sont que les éoliennes situées au cœur du champ qui tournent, qu'il y ai des courants de convection qui n'atteignent pas un diamètre suffisant pour les faire toutes tourner.

Et sinon, ça ne serait pas la première fois qu'un porte-parole d'un "mouvement national" de quelque chose raconte n'importe quoi dans un journal national sans être contredit, hein. Déjà qu'à la base, c'est ce que font les journalistes eux-mêmes les 3/4 du temps...

 draleuq , le 12/06/2011 à 10h45

Oui effectivement, son explication m'a semblé fumeuse, c'est pour ça que je ne l'ai pas mise. J'ai tendance à me méfier, d'une manière générale, des théories du complot.
Mais dis-donc, si les éoliennes qui ne fonctionnent pas en même temps que les autres sont cassées, alors le taux de casse est impressionnant, car il n'est pas rare d'en voir une seule tourner sur 3 ou 4 !

 Brath-z , le 17/06/2011 à 23h53

Et bien, renseignements pris, j'ai un début d'explication : apparemment, les éoliennes de nouvelle génération (à pales inclinées, avec une turbine plus puissante, efficace et résistante, et des systèmes gyroscopiques et électroniques améliorés, bref, la rolls de l'éolienne) fonctionnent de manière synchronisées par groupes de quelques dizaines. Ainsi, pour "maintenir" un champ entier en synchronisation avec le réseau électrique, il n'est pas nécessaire de faire tourner toutes les éoliennes. Quelques unes suffisent.

Par contre, si tu veux mon avis, dans les régions venteuses, il vaut mieux les faire tourner en permanence. Puisque tu vois fréquemment des parcs éoliens où ne tournent que quelques éoliennes, j'en déduis que tu vis dans une région :
- peu venteuse
- où le parc éolien a été remplacé par des éoliennes de nouvelle génération

Si ça n'est pas ça, et bien... je ne vois pas.

 draleuq , le 18/06/2011 à 13h17

Une région peu venteuse ?
Mu hu hu hu hu...
Non, ça ne peut pas être ça !

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !