Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

On a souvent besoin d'un plus petit que soi
Pauvre
tocard...
Paradoxalement, l'Homme répudie affreusement la religion. C'est pourquoi la vie se distingue en courant vers le silence de l'indifférence
Caporal de Bol ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

11 Mai 2007 ::

« Les Serments de Strasbourg »

:: Histoire médiévale, 842

Les luttes de succession pour l'empire de Charlemagne

Le 28 janvier 814, à la mort de Charles Ier le grand, dit Charlemagne (fils de Pépin le Bref), et empereur d'occident depuis le 25 décembre de l'an 800, un immense empire est transmis à son dernier fils encore en vie : Louis Ier, dit « le Pieux ». Celui-ci connaît un règne mouvementé, notamment en raison de nombreux raids vikings, et de l'insoumission chronique de ses fils. Le 20 juin 840, Louis Ier meurt à son tour, et, ainsi que le veut la coutume, il partage l'empire entre ses trois fils encore en vie : Louis II dit « le Germanique », Lothaire Ier, et Charles II dit « le Chauve ».

L'aîné de la fratrie[1], Lothaire Ier, revendique le titre d'empereur, mais ses frères ne lui reconnaissent pas ce titre. Afin de s'imposer, Lothaire tente alors le coup de force en envahissant la Francie occidentale, royaume de Charles II, et la Germanie, royaume de Louis II. Les deux royaumes font alors alliance contre l'envahisseur, et le 25 juin 841, les armées se rencontrent à la bataille de Fontenoy-en-Puisaye (actuel département de l'Yonne). Après un retournement inespéré, Charles et Louis finissent par emporter une éclatante victoire sur Lothaire[2].

Après cette défaite, Lothaire semble faire amende honorable, mais ce n'est qu'une façade et il apparaît rapidement qu'il n'a aucune intention de laisser de côté ses prétentions à un empire global. C'est dans ces conditions que, le 14 février 842, Louis le Germanique et Charles le Chauve se rencontrent et signent les Serments de Strasbourg.

L'ancêtre de la langue française

Ces textes sont une promesse d'entraide entre Charles II le Chauve et Louis II le Germanique, contre les appétits impérialistes de leur demi frère aîné Lothaire Ier. Il est rédigé en trois langues : tout d'abord en latin, puis en langue romane (français ancien), et enfin en langue tudesque (allemand ancien). Devant leurs troupes respectives, ils se jurent assistance mutuelle contre Lothaire Ier : Charles II, roi d'un peuple parlant roman, jure en tudesque, et Louis II, roi d'un peuple parlant tudesque, jure en roman...

C'est Nithard, un homme d'Eglise partisan de Charles le Chauve et cousin de ce dernier, qui retranscrit ce texte qui fait date dans l'Histoire. Il marque en effet, pour la première fois, l'émergence d'une langue romane à l'écrit, bien qu'étant un mélange encore brouillon de latin, d'occitan et de langue romane rustique.

Serment prêté par Louis II le Germanique en langue romane :
Pro deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament . dist di in avant . in quant deus savir et podir me dunat . si salvarai eo cist meon fradre karlo . et in adiudha et in cadhuna cosa . si cum om per dreit son fradra salvar dift . In o quid il mi altresi fazet . Et ab ludher nul plaid nunquam prindrai qui meon vol cist meon fradre karle in damno sit .

Pour l'amour de Dieu et pour le chrétien peuple et notre commun salut, de ce jour en avant, en tant que Dieu savoir et pouvoir me donne, ainsi secourrai-je ce mien frère Charles, et en aide en chacune chose si comme homme par droit son frère secourir doit. En ce qu'il me fasse autant, et de Lothaire nul accord jamais ne prendrai, qui par ma volonté, à ce mien frère Charles soit dommageable.

Serment prêté par Charles II le Chauve en langue tudesque :
Si lodhuvigs sagrament que son fradre karlo jurat conservat et karlus meos sendra de suo part non lostanit . si io returnar non lint pois . ne io ne neuls cui eo returnar int pois . in nulla aiudha contra lodhuvvig nun li iv er .

Si Louis garde le serment que à son frère Charles il a juré, et Charles, mon seigneur, de sa part, ne le tient, si je ne l'en puis détourner, ni moi, ni nul que j'en puis détourner, en nulle aide contre Louis ne lui en cela serai.



Extrait des Serments de Strasbourg



_________________________________
1. Ils sont en fait demi-frères, issus de mariages successifs de Louis le Pieux : Lothaire a près de 10 ans de plus que Louis le Germanique et 30 ans de plus que Charles le Chauve.

2. Lothaire comptait également parmi ses alliés Pépin II, roi d'Aquitaine et fils de Pépin Ier, l'un des fils de Louis le Pieux, mort avant ce dernier en 837. Pépin II était en conflit avec son oncle Charles le Chauve pour un différend de frontières, et s'était donc très logiquement allié à Lothaire. Ne pas confondre ces deux Pépin-ci avec Pépin III le Bref !

finipe, 01h03 :: :: :: [0 réflexion sagace]

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !