Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je vais te
ratiboiser
la colline !
Hips !
Burp...
Malheureusement, l'on noie affreusement l'art. C'est ainsi que l'amour s'enfuit en évitant l'au-delà de l'imagination
Phosocle ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

12 Mai 2007 ::

« Ludwig Boltzmann contre Jean-Michel Dieu »

:: En vrac

Après avoir visionné un reportage ô combien consternant sur la guéguerre menée par le mouvement créationniste aux Etats-Unis, j'ai pu constater combien les méthodes que ces derniers emploient sont étrangement éloignées d'une hypothétique foi simple et sincère (que je n'ai nullement, mais que j'admire — et peut-être même que j'envie — chez ceux qui la possèdent). La foi se définit paraît-il comme ce à quoi l'on croit sans preuve, or les créationnistes ont un étrange goût pour les "sciences", ou du moins quelque chose qui s'y apparente au sens généralement accepté du terme. Ils ressentent le besoin d'user des armes de l'adversaire pour prouver qu'ils ont raison, et diffuser leur message, afin que de plus en plus de gens croient aussi que ce sont eux qui ont raison, et que la théorie de l'Evolution est une fumisterie païenne.

L'Histoire nous apprend que notre regard sur le monde est conditionné par la connaissance que l'on en a : les grecs de l'Antiquité pensaient que la Terre était une galette, puis Galilée a détrôné le géocentrisme, puis Darwin a fait de l'Homme un simple maillon dans la chaîne de l'Evolution... La science, au contraire de la religion, ne place pas l'Homme au centre du monde : l'Homme, au regard du scientifique, est tout seul, paumé sur sa planète pourrie, perdue au beau milieu d'une immense, gigantesque et démesurée galaxie, elle-même noyée dans un univers incommensurable. Bref, l'Homme n'est qu'une chiure d'insecte inepte, ce qui fâche très fort les créationnistes et leur volonté de toute puissance.

Tout ça m'a rappelé des souvenirs de lectures diverses et variées ainsi que des cours de thermodynamique, pendant lesquels on avait l'étrange et délicieuse sensation de toucher à plus qu'à de la simple physique. Je me rappelle notamment de conversations endiablées sur le second principe de la thermodynamique, l'entropie. A peu de choses près (que les physiciens dans la salle — j'en pressens au moins deux — lèvent le doigt et me corrigent si je dis une connerie), l'entropie se manifeste par l'irréversibilité d'un comportement : cette irréversibilité est le résultat de la très, très, très haute improbabilité que le scénario inverse de ce comportement se produise, compte tenu des milliards de milliards de scénarios possibles pour aboutir à l'état final équilibré de ce comportement.

Du point de vue des particules élémentaires, un comportement peut être réversible, mais de notre point de vue, il y a trop de scénarios entre les diverses particules combinées pour que le comportement soit réversible dans son entier. Si on casse une assiette, c'est irréversible : il y a peut-être un scénario ou deux dans lequel l'assiette se reforme à l'identique, mais cette probabilité est si faible qu'on a plus de chance de gagner trois fois par jour au loto chaque jour de sa vie, plutôt que de voir l'assiette se reformer.

A l'issue de tout cela, le gentil professeur parlait d'entropie de l'univers, de la vie qui — pour un temps — échappe à l'entropie, de création de l'univers, de l'inéluctable délitement de toute chose, de l'entropie des trous noirs, de la courbure de l'espace temps, de la nature même du temps... C'était vraiment puissamment, foncièrement et profondément jouissif : sans hésiter, ça valait toutes les messes du monde.

La science, donc, enseigne l'humilité. Elle se pose elle aussi des questions auxquelles on ne peut pas (encore ?) répondre, elle admet certains postulats, certains concepts invérifiables afin de poursuivre sa quête : le temps, par exemple, n'est pas concevable, puisque nous ne pouvons concevoir que des durées, et pas du temps à proprement parler. Etonnante convergence avec la religion : voilà pourquoi celle-ci devrait plutôt considérer la science comme une alliée précieuse, et non une vilaine débaucheuse de fidèles (même si, sait-on jamais, l'Evolution est peut-être une fumisterie païenne, et qu'en fin de compte Jean-Michel Dieu existe bel et bien et possède un trois-pièces-cuisine au milieu de Proxima du Centaure).

Car enfin, grâce à la science, pas besoin de messe, pas besoin de livre saint, pas besoin de dogme : on a sa dose de mysticisme au quotidien !

finipe, 16h15 :: :: :: [6 haineuses invectives]

:: COMMENTAIRES

 draleuq , le 12/05/2007 à 17h27

"(que les physiciens dans la salle - j'en pressens au moins deux - lèvent le doigt et me corrigent si je dis une connerie)" T'es pas chié quand même de révéler ma vie au public !!
Sur le contenu de ce billet, j'aurais des milliards de choses à dire, aussi, je préfère me taire.
L'entropie, sûrement.

 Yannou , le 12/05/2007 à 21h21

Dans « La relativité animée », excellente vulgarisation de la relativité restreinte, Stéphane Durant nous propose de visualiser l'espace-temps dans un plan à deux dimensions (une seule pour l'espace, et une pour le temps). Ainsi, dit-il, « le lecteur (...) tient le rôle d'une sorte de "dieu" existant hors du temps et hors de l'espace ».

C'est exactement ça. L'au-delà, le paradis (comme on veut) est un lieu - un état, plutôt - hors du temps et hors de l'espace. C'est pourquoi Dieu peut voir l'histoire humaine (ou plus simplement notre vie) dans son ensemble, sans distinction de passé, présent ou futur. Du moins est-ce la conception que je m'en fais.

Tout ça pour dire que je te rejoins dans l'affirmation que science peut aller de pair avec foi. Les démarches scientifiques visant à infirmer ou démontrer l'existence de Dieu sont tout aussi vaines. La foi et la science sont, quelque part, deux manières différentes de percevoir une même réalité.

JPII a d'ailleurs pondu un pavé sur les relations entre foi et raison : Fides et Ratio ([http]). Teilhard de Chardin ([http]) a également eu des réflexions très poussées dans le domaine.

 finipe , le 13/05/2007 à 00h19

Je savais bien que je pouvais compter sur toi pour ajouter une jolie pierre bien taillée à ce billet ;)

 Yannou , le 13/05/2007 à 01h10

Tout comme je compte sur toi pour mes billets politiques ;)

 draleuq , le 14/05/2007 à 20h21

Tu comptes sur lui pour tes billets politiques ? Bah puuuuh, t'es pas dans la merde ! :)

 Yannou , le 15/05/2007 à 08h11

Nan, mais s'il fait trop le méchant je l'interdis de com' ;)

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !