Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je vais te
ratiboiser
la colline !
Et ta soeur ?
Tant bien que mal, l'ignorance embrasse amoureusement la démocratie, tant et si bien que la vie s'enfuit en courant vers le bonheur du post-modernisme
Ploton ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

18 Octobre 2012 ::

« Les trucs qui m'énervent »

:: Baratin

J’attends de chaque être humain, moi y compris, le pire, et j’ai rarement été déçu.

(Johann Nestroy)


Quand je mets quelque chose à cuire ou à chauffer et que, croyant gagner du temps, je fais autre chose en même temps, et que le truc crame ou passe par-dessus, et que du coup je perds deux fois plus de temps que je n’en aurais perdu à ne faire que surveiller le graillon, parce que maintenant il faut récurer la casserole et/ou la plaque. Ça, ça m’énerve. Si c’est du lait en plus, ça m’énerve prodigieusement.

Quand je veux mettre de l’essence dans ma caisse, mais que la pompe s’arrête dans un « clic » sonore toutes les 5 secondes parce qu’elle a cru détecter que mon réservoir était plein, et que du coup je mets une plombe à faire le plein de sans plomb. Ça, ça m’énerve.

Quand il y a une demi-heure de queue à chaque caisse, mais qu’il n’y a que la moitié des caisses d’ouvertes. Ça, ça m’énerve.

Quand le frigo est vide. Ça, ça m’énerve (voir ci-dessus)

Quand un élève, ayant vu que ça allait bientôt sonner, commence à ranger ses affaires dans son cartable, voire à mettre son blouson, alors que je suis en pleine séance d’histoire-géo. Ça, ça m’énerve.

Quand je suis obligé de répéter la même chose plus de sept fois aux gamins parce qu’ils n’écoutent rien. Ça, ça m’énerve. En dessous de sept fois, je ne m’énerve pas, sinon je m’énerverais tout le temps.

Quand un type roule à 25 en ville au lieu de 50. Quand un type se met à 70 au lieu de 90 parce qu’il va y avoir un p… de radar automatique, parce qu’on sait jamais, si des fois il était un peu déréglé le radar, hein… Ben ça alors, ça m’énerve.

Quand je vois qu’un type tient à peine debout tellement il est bourré et qu’il s’apprête à conduire sa caisse. Ça, ça m’énerve jusqu’à titiller l’intolérable.

Quand je suis de mauvaise humeur sans raison apparente. Ça, ça m’énerve. Et du coup, je passe de la mauvaise humeur à l’humeur massacrante.

Quand je me tape ce que j’appelle une journée « métro-boulot-dodo », c’est-à-dire que j’ai rien le temps de faire d’autre, à moins d’empiéter sur mon minima de sommeil pour être en état de marche le lendemain. Ça, ça m’énerve grave.

Quand je perds un temps fou à chercher un truc que j’avais dans les mains y’a 5 minutes. Ça, ça m’énerve. Pour peu que ça arrive plusieurs fois dans la même journée, là je franchis sans problème le seuil de l’exaspération.

Quand je fouille à plusieurs reprises chacune de mes 5 ou 6 poches (en comptant le futal, le blouson, la chemise éventuellement) pour y chercher un objet, souvent l’un des 36 trousseaux de clefs que je trimballe constamment, très maladroitement parce que j’ai des trucs plein les bras, que je finis par tout poser pour fouiller à nouveau, et qu’au bout d’une éternité je découvre que l’objet se trouvait dans une poche que j’ai fouillée trois fois, mais qu’il était fourbement caché sous un autre objet que j’avais pourtant tourné et retourné. Ça, ça m’énerve.

Quand une radasse avec une voix tellement travaillée qu’on dirait un programme informatique et qui met une plombe rien que pour se présenter, me téléphone pour proposer des produits de beauté à une meuf dont j’ai jamais entendu parler. Ça, ça m’énerve. Pour peu que le dit coup de fil m’ait fait écourter ma douche et que je me retrouve moitié trempé en tenant ma serviette éponge d’une main et le combiné de l’autre main, là je ne vous raconte même pas comment ça m’énerve.

Quand une autre radasse m’appelle pour me proposer un bilan comparatif de mes assurances, que je lui réponds que ça m’intéresse pas, et que la semaine suivante une nouvelle radasse de la même boîte me rappelle pour me proposer un bilan comparatif de mes assurances. Ça, ça m’énerve.

Quand je suis obligé de passer à l’école le dimanche à 18 h 30 parce que j’y ai oublié ma clef usb, ça m’énerve pas trop parce que c’est de ma faute. Mais quand une heure plus tard ma p… de souris optique de m… tombe en panne et que je suis obligé de refaire un aller retour à l’école à 20 h 00 pour y chercher une bonne vieille souris filaire, ça, ça m’énerve. Quand le lendemain matin, je me rends compte que j’ai fait tout ça pour rien parce que la photocopieuse est en panne, ça, euh, grrrr, sans commentaire.

Quand je paye une paire de pompes plus de 80 € et qu’un mois après elles continuent encore à me ruiner les petits doigts de pied à chaque match, ça, ça m’énerve.

Quand une fringue toute neuve se fait malencontreusement rétrécir au lave-linge/sèche-linge ou reçoit quelques gouttes d’eau de javel. Ça, ça m’énerve.

Quand, nonobstant le fait que la mention « pas de pub SVP » figure en toutes lettres sur ma boîte aux lettres, je retrouve celle-ci régulièrement remplie à ras bord de ces saloperies de prospectus au point que le facteur ne peut même plus y mettre mon courrier. Ça, ça m’énerve.

Quand j’accroche le pan d’une chemise toute neuve dans le p… de loquet de ma p… de porte de bureau, sans doute parce que je me déplace avec trop de zèle dans un lieu un peu trop confiné, et que celle-ci se retrouve déchirée. Ça, ça m’énerve. Et ça m’énerve encore plus quand ça m’arrive une deuxième fois avec une autre chemise, toute neuve également.

Quand il pleut comme vache qui pisse et qu’un trou du cul porteur d’un parapluie oublie que tout le monde ne fait pas 1 m 60 comme lui et qu’il manque de m’éborgner avec les baleines de son engin. Ça, ça m’énerve.

Quand une seule fois je prends le risque de rédiger directement un billet de blog en ligne parce que je croyais qu’il s’agissait d’un simple copié collé avec un peu de mise en page, que finalement je suis inspiré et que je me mets à délirer sur mon clavier sans la moindre sauvegarde possible, et que c’est justement ce jour-là et pas un autre qu’il y a une coupure de courant et que je perds tout, alors que j’avais fini et que j’étais à une seconde de valider le tout. Ça, ça me met vraiment en rogne contre Murphy.

Quand une de mes chères collaboratrices travaillant à l’inspection s’octroie le droit par message téléphonique interposé de venir m’entretenir de certaines choses et me donner des papiers visiblement super importants « entre 12 h 30 et 13 h 00 », que du coup je reste au boulot le midi exprès pour elle alors que c’était pas prévu, et qu’elle ne vient pas sans même prendre la peine de prévenir. Ça, ça m’énerve.

Quand un trou du cul se situant dans la voiture juste devant moi se croit obligé de mettre ses feux arrière de brouillard parce qu’il pleut, n’ayant toujours pas compris que comme leur nom l’indique, les feux arrière de brouillard doivent se mettre par temps de brouillard et non pas par temps de pluie, sans quoi dans notre infinie sagesse, on les aurait sans doute appelés feux arrière de pluie. Ça, ça m’énerve.

Quand je passe deux heures de mon précieux temps à faire pour la énième fois des photocopies de mes relevés de compte, mon passeport, mes factures EDF et France Télécom, mes avis d’imposition, mon livret de famille, mon jugement de divorce, mon compromis de vente, mon contrat de travail, mes bulletins de salaire, ma carte de donneur d’organes, que je dépense 24 € en Chronopost pour qu’un putain de banquier les ait le lendemain parce que ça urge, et que même pas une heure après il m’appelle sur mon portable pour me dire qu’il est vraiment déééééééésolé, mais qu’il ne pourra finalement pas donner suite à ma demande de prêt, mais que c’est pour mon bien parce qu’il ne veut pas trop m’endetter. Ça, ça mérite de voter Besancenot m’énerve.

Quand peu après j’apprends qu’un trou du cul a jeté 5 milliards d’euros de la banque dans laquelle il travaillait par les fenêtres, et que j’entends le PDG de la dite banque dire qu’il ne faut pas s’inquiéter, car il sera quand même bénéficiaire de 500 à 600 millions sur l’année. Ça, ça m’énerve.

Quand un type que je ne connais pas, dans une soirée, me pose une question alors que je ne lui ai rien demandé, que je fais le courtois effort de lui répondre et qu’il n’écoute pas ma réponse, préférant converser avec un autre voisin. Ça, ça m’énerve.

Quand le jour de la rentrée je passe toute une journée à chercher partout un courrier urgent à envoyer, et que je me rends compte en fin d’après-midi que je l’avais envoyé avant les vacances et que c’était écrit en toutes lettres - par moi-même puisque je n’ai pas de secrétaire - sur mon registre de courrier que j’ai pourtant eu ouvert sur mon bureau toute la journée. Ça, ça me rappelle que je suis vraiment un handirecteur. Et ça m’énerve.

Quand je suis pris à témoin par des parents d’élèves sur les inconséquences de ma chère administration et que je n’ai pas le droit de dire tout le « bien » que j’en pense à cause de ma putain d’obligation de réserve. Ça, ça m’énerve.

Quand je me retrouve en congé maladie pour la première fois depuis des années, et que j’ai donc besoin de repos puisque je suis malade, et que c’est pile le moment où mon putain de voisin mitoyen décide de défoncer le sol de tout le rez-de-chaussée de sa baraque sur 20 cm d’épaisseur à l’aide d’un marteau-piqueur, et ceci dès 8 h 30 du matin, au point que les murs et le sol en tremblent et qu’on a l’impression que c’est dans notre crâne qu’il fore des trous. Ça, ça me… Ça, ça me… RAAAAAAAAAAAAAAAH.

Quand un truc m’énerve. Ça, ça m’énerve.


Think different... Think marteau-piqueur...


Tout commentaire sur ce post devra obligatoirement commencer par « Quand… » et finir par « Ça, ça m’énerve ». Merci d’avance.

Copyrat draleuq 2007

draleuq, 21h48 :: :: :: [5 contestations]

:: COMMENTAIRES

 Jeanne, le 20/10/2012 à 10h03

Quand j'envoie un mail à un ami et qu'il met des semaines à me répondre, ça, ça m'énerve.;o)

 draleuq , le 20/10/2012 à 14h15

(Quand) Eh eh... Bien joué, je m'incline. Mais comme le dit Johann Nestroy : "J’attends de chaque être humain, MOI Y COMPRIS, le pire, et j’ai rarement été déçu." Mais bon, on va pouvoir faire quelque chose... (Ça, ça m'énerve...)

 Lindsay, le 18/01/2013 à 00h41

Quand je reviens sur ce blog après 15 ans d'absence pour cause de surcroît de travail et que je m'aperçois de tout ce que j'ai raté, ça, ça m'énerve !

Quand je veux cliquer sur NON à la question "êtes-vous un stupide robot proposant des publicités pour agrandir les pénis ?" et que ce con de curseur se repositionne automatiquement sur OUI, ça, ça m'énerve !!!!!!!

 Brath-z , le 11/02/2013 à 05h46

Quand après avoir commencé une série de notes pour ce blog, des imprévus me tiennent occupé pendant deux mois sans que j'ai une demi-heure pour les continuer, ça, ça m'énerve.

PS :
D'ici une semaine, je devrais récupérer du temps libre, et donc ENFIN t'envoyer les notes suivantes. Toutes mes confuses.

 draleuq , le 11/02/2013 à 09h25

T'inquiète pas man, ça viendra quand ça viendra. Je "meuble" en attendant ;)

:: QUELQUE CHOSE À DIRE ?

Formulaire commentaire

Contact

  • Veuillez remplir tous les champs suivis d'un astérisque
  • N'oubliez pas l'antispam !