Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Ne pas juger
les gens sur la mine...
Pauvre
tocard...
Somme toute, l'Humanité dévore affreusement le règne animal. Ainsi, la sagesse se délite, se précipitant vers le néant des sens
Confunius ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

28 Mai 2011 ::

« Fuck royal weddings ! »

:: Paparatzi

Il y a de bons mariages, mais il n'y en a point de délicieux.

F. de la Rochefoucauld


So pretty ! Vous n'avez pas pu manquer, il y a un mois, le conte de fées printanier qui a enchanté le cœur des petits et des grands. Surtout des grands en fait, car les petits s’en tamponnaient le coquillard, et ils avaient bien raison.

Pourtant, ça avait vachement mal commencé :
« (…) le beau rêve s’est arrêté net quand l’attaché de presse du Prince William a expliqué que la cérémonie ne serait pas diffusée en 3D. En cause « de nombreuses raisons », mais la principale avancée reste le peu de place dans l’abbaye et la nécessité d’utiliser des caméras plus grosses au détriment des invités. De surcroît, pour la direction de la communication de la famille royale, l’usage de téléviseurs 3D semble relativement marginale face aux besoins d’une couverture médiatique en 2D. Ce qui est une mauvaise raison puisque les téléviseurs 3D sont d’excellents téléviseurs 2D… Et c’est tout simplement dommage de priver les générations futures (et les futures archives) d’images 3D d’un tel évènement ! »[1]
Putain, visionnaire le gars ! Il se préoccupe déjà de la postérité 3D de l’humanité. Et selon lui, quand nos descendants se seront enfin habitués à l’idée de s’exploser le pif chaque jour avec des lunettes ridicules de 3 kilos 500 (juste pour la monture) et d’attraper des migraines ophtalmiques, ce qui les fera le plus chier, ce sera, et de très très loin, de ne pas avoir les images 3D du mariage du Prince William.
Mmmmh, ça pique les yeux. C’est le cas de le dire !

La majeure partie des innombrables aficionados de têtes couronnées n’ayant pas pu gagner les deux places VIP proposées par RFM pour assister aux épousailles de William et Kate (j’ai encore en mémoire les abominables couinements hystériques d’une auditrice qui venait de gagner… le droit de participer au tirage au sort final !), ont dû se contenter de cet outil de fanatisation des foules nommé « télévision »… en 2D donc, seulement, hélas !
Et ils étaient diablement motivés. Jugez du peu : 4 h 35 de retransmission, à écouter Jean-Claude Narcy, Stéphane Bern et Karl Lagerfeld raconter les trucs les plus mortellement chiants qu’homo sapiens ait engendrés, probablement depuis le discours d’investiture de G.W. Bush.
Les amoureux transis étaient d’ailleurs diablement motivés aussi : quand ils ont vu la gueule de l’archevêque de Canterbury, ils n’ont même pas renoncé !


Mouah ah ah ah !


Mais comme à chaque fois que Gala, Closer et France 2 (cherchez l’intrus[2]) nous servent leur voyeurisme putassier à propos d’un évènement dont on devrait logiquement se contrebattre les c… avec une pelle à tarte, ce n’est même pas la couverture médiatique de l’évènement en lui-même qui est la plus énervante, mais bien l’analyse qui en est faite par certains de nos « intellectuels ».

Mais pourquoi donc les français se passionnent-ils autant pour les mariages princiers ? Mmmh ?

Eh bien voyez-vous, peut-on lire et entendre ici ou là, en particulier chez les « analystes » anglo-saxons, c’est parce que les français sont jaloux. Avoir un « président de la république », c’est tellement moins chic, tellement moins classe. Remarque, depuis 2007…

Ou alors, voyez-vous, c’est parce que les français souffrent du « complexe du régicide ». Entendez par là : ils ne se sont jamais pardonné d’avoir fait exécuter leur Roi pendant la Révolution. Ah ah ! C’est pas de la trouvaille de grand psychologue, ça ?

Ou sinon, voyez-vous, c’est parce que la vie quotidienne des français est morne et déprimante. Métro, boulot, dodo, un mariage de merde et des gamins chiants, sans compter la crise économique, oui, braves gens, tel est le lot quotidien de la majorité des français. C’est pour rêver un peu, et pour ainsi dire, retourner un court instant de 4 heures et 35 minutes dans leur enfance heureuse et insouciante qu’ils s’abrutissent de mariages de princes et de princesses. On doit donc rendre grâce à Kate et William d’avoir peut-être prévenu de nombreux suicides parmi nos concitoyens. Et ça, c’est de la trouvaille de grand sociologue, ou je ne m’y connais pas.

Je n’irai pas jusqu’à analyser la raison pour laquelle nous avons des experts qui analysent pourquoi les français adorent les mariages princiers. Je n’ai déjà passé que trop de temps là-dessus.

En revanche, j’en ai moi-même une dernière, d’analyse, à laquelle beaucoup ont songé sans doute, mais que personne en revanche n’a songé à verbaliser.

Allez, je suis bonne pâte, je me dévoue…

La masse populaire, de France ou d’ailleurs, n’est qu’un troupeau d’abrutis suffisamment voyeurs et désœuvrés pour passer près de 5 heures de leur précieuse vie devant leur écran de télé à regarder un futur dirigeant fantoche en habit de clown faire des papouilles à une poupée à la traîne de 25 m. de long. Et plus la masse populaire regarde la télé, plus elle devient abrutie.


_________________________________
1. Je refuse de citer mes sources. Ma conscience ne se remettrait pas d’avoir fait la moindre publicité, même indirecte, au site web qui a débité ça.

2. Réponse à la devinette : France 2, chaîne publique pour laquelle les contribuables versent une redevance audiovisuelle.

draleuq, 16h11 :: :: :: [5 cris de désespoirs]

23 Mai 2011 ::

« L'affaire Madeleine MacCab »

:: Paparatzi

Si je n’affirme pas davantage, c’est que je crois l’insinuation plus efficace

(André Gide)


Tout comme ils nous ressortent de temps en temps l'affaire du petit Grégory, voilà qu'a ressurgi du néant l'affaire Maddie Mac Cann, cette petite anglaise disparue au Portugal en 2007, au motif qu'ils ont de nouveaux soupçons sur un couple de pédophiles écossais aimant les vacances au Portugal et porter le kilt. Le signalement de l'un d'entre eux correspondrait à celui d'un type qu'on aurait vu rôder dans le coin en mai 2007. Mmh, ça fait encore beaucoup de conditionnels, ça... Et je suis admiratif des gens qui se souviennent de qui ils ont vu rôder autour d'un hôtel au Portugal il y a 4 ans, vu que moi, tout en me considérant comme très physionomiste, je ne me souviens même pas de qui j'ai vu rôder autour de Super U hier après-midi...
En tous cas, n'est-ce pas une merveilleuse occasion pour rééditer le petit brûlot que j'avais commis à l'époque ?


Les faits

Nous allons donc nous intéresser aujourd’hui à cette pauvre petite fille anglaise disparue au Portugal depuis mai dernier, ou plus probablement à son macchabée (pardonnez-moi au passage le calembour cynique sur son patronyme, mais je subodore que cela ne vous surprendra guère venant de moi). Nous allons, plus que cela encore, nous intéresser à ses pauvres parents éplorés.

Pour rester en prise avec l’actualité, il convient tout d’abord de dire que ça chauffe pas mal pour leur cul ces jours-ci. Il y a trois jours, la police portugaise a trouvé du sang de la gamine dans le coffre d’une voiture qu’ils ont louée 25 jours après sa disparition. Et aujourd’hui, la même police y a trouvé plusieurs cheveux en provenance indubitable de la tête de la même gamine, ils étaient invisibles à l’œil nu lors de la première expertise.
Loin de moi l’idée bien sûr de remettre en cause la présomption d’innocence de ces braves gens, mais étant donné les faits énoncés ci-dessus, il n’est pas très étonnant qu’ils soient soupçonnés d’« homicide involontaire et de dissimulation de cadavre » sur la personne de leur petite fille chérie.
Mais foin de toutes ces broutilles, Mr and Mrs Mac Cab Mac Cann clament leur innocence. Soit.[1]

"Markidnapping"

Déjà, avant de prendre cette tournure particulièrement horrible (je retire le "particulièrement" parce que c’est une entorse à la présomption d’innocence), cette affaire avait une fâcheuse tendance à me foutre en rogne.

Comprenez-moi bien, je n’ai absolument rien contre cette gosse qui était est (pardon pour la violation de la présomption de possibilité d’être encore en vie) certainement adorable et attachante, et si ça ne tenait qu’à moi, elle ne serait jamais morte elle n’aurait jamais disparu (décidément, je suis bien malhabile). Seulement voilà : sans même parler des autres pays du monde, il y a rien que dans les pays occidentaux plusieurs enfants qui disparaissent chaque jour, dont beaucoup ne sont jamais retrouvés. Et ça ne fait pas forcément, loin s’en faut, la une du journal télévisé, à plus forte raison pendant des mois.

Mais il paraîtrait que cette médiatisation outrancière aurait été voulue par la famille elle-même. Après un rapide saut sur le blog de papa, on n’a aucun mal à le croire.

Que peut-on trouver sur ce petit bijou numérique ?

Un lien Paypal tout d’abord, jaugeant, claironnant même plus de 1 000 000 de livres sterling de dons pour « retrouver Madeleine ». C’est vrai que déplacer une pelleteuse, ça coûte son prix (zut, encore une gaffe). Si d’aventure la culpabilité de papa môman était établie, je me demande à quoi servirait cet argent. A s’offrir un ténor du barreau pour le passage en cour d’assise ? Je n’aimerais pas alors être à la place d’un de ces généreux donateurs. Mais ça n’arrivera pas, bien sûr :o)

On y trouve également une série de liens vers des clips sur You Tube, plus ou moins larmoyants. J’ai pas eu le courage de tous les regarder, je me suis arrêté aux images vidéo du 4ème anniversaire de Maddie sur « Don’t you forget about me » des Simple Minds.

On y trouve aussi le « Madeleine online store », avec tout comme sur Alapage ou Amazon, le petit maddie caddie, les différents modes de paiement, etc.[2]
Bon, y’a pas encore beaucoup de choix, c’est vrai...


...Juste des posters avec sa photo, et des bracelets jaunes pour montrer que vous cherchez Maddie. Mais laissons leur un peu de temps et je suis certain que ça va se diversifier. Afin de permettre aux fans de participer pleinement à cette quête, je pense que bientôt nous aurons, en exclusivité, la « pelle Maddie », la « sonde Maddie », etc…

Mais maintenant, on dirait que ça ne les amuse plus, les hélicoptères de la télé qui survolent leur baraque et les paparazzi qui les traquent dans leurs moindres retranchements. Ils veulent qu’on leur fiche la paix, qu’ils ont dit. Par la voix de leur porte-parole. Si si, j’ai entendu ça à la radio. Vous connaissiez le porte-parole du gouvernement, le porte-parole du parti socialiste, le porte-parole de l’Elysée... ? Eh bien voici maintenant le porte-parole du couple Mac Cann.

Un fanclub imaginatif

L’autre truc qui marque, dans tout ce tapage, c’est la ferveur de tous ces gens qui croient à leur innocence et s’accrochent à cette idée fixe envers et contre tout, comme des berniques à leur rocher. Heureusement pour eux, d’après leur dernier communiqué, les époux Mac Cann vont bientôt prouver leur innocence de façon éclatante. On ne peut que s’en féliciter, car sinon ça provoquerait une vague de suicides sans précédent, particulièrement en Angleterre.

Pour étayer cette conviction d’innocence, tous les moyens sont bons, même les plus discutables.

Comme par exemple laisser entendre que la police portugaise, hein, vous savez, elle en est encore à l’ère médiévale. L’ADN, elle savait même pas ce que c’était jusqu’à cette affaire, heureusement que Maddie n’ est plus là pour les faire sortir de l’obscurantisme. Le propos n’est pas, bien évidemment, de vilipender nos amis de l’union européenne, mais bon, vous savez, ces braves portugais, ils sont encore à peine sortis du tiers-monde, voire de la préhistoire, comme l’attestent les rumeurs de potache sur leur pilosité.

Ou comme laisser entendre que la police portugaise, voulant à tout prix un coupable, a fomenté un odieux complot contre ces pauvres parents éplorés, mettant volontairement son sang et ses cheveux dans leur voiture de location. Hypothèse tout à fait plausible bien entendu, ces enfoirés de portugais ayant l’habitude bien connue d’enfoncer des touristes étrangers pour raison d’état.
Mais au lieu de s'acharner sur ces pauvres portugais, passons plutôt à :

L'épilation L'épilogue

Quand même, pour en finir avec tout ça, on se dit que si d’aventure leur culpabilité est prouvée (ce qui, je le rappelle avec insistance, n’arrivera certainement pas), on restera dubitatif en contemplant tous ces clips, ces posters, ces bracelets, ces appels vibrants au ravisseur présumé, ces lamentations…
Qu’est-ce qui aura passé par la tête de ces gens intelligents, cultivés et éduqués, avant de mettre en scène ce pitoyable spectacle pour maquiller leur responsabilité dans la mort (accidentelle au moins, faut-il l’espérer) de leur fille ?
Qu’est ce qui leur passe par la tête quand ils se regardent dans un miroir ?

C’est évidemment une « preuve » de plus de leur innocence, penseront beaucoup. Personne au monde ne peut être aussi cynique. Même pas draleuq.

Je ne peux tout de même m’empêcher de repenser à Patrick Henry, en 1976, interviewé par la télé à propos du meurtre d’un gamin du voisinage. Il était scandalisé par cet acte immonde, qui méritait la guillotine selon lui. Sa verve était haut placée, sa rhétorique impeccable, altière, magistrale presque.

Et le meurtrier, c’était lui.

Copyrat draleuq 2007


_________________________________
1. 4 ans après, l'innocence des parents semble effectivement établie. "L'affaire" ayant, comme d'habitude, disparu des écrans du jour au lendemain quand elle est devenue moins juteuse, on n'a en fait jamais su le fin mot de l'histoire sur ce sang et ces cheveux dans le coffre de la voiture des époux Mac Cann, ce qui est tout de même cocasse.

2. 4 ans après, le site existe toujours, il est même beaucoup plus pro et beaucoup plus abouti. On peut toujours acheter les bracelets sur le "online store", et faire un don via Paypal, pour, entre autres, "provide financial support to Maddie's family". Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est quand même pas la honte qui les étouffe. Et puis, consécration ultime, l' "affaire" a maintenant sa page Wikipédia, y compris en français, avec des vrais morceaux de fôtes d'orthaugraffe dedans, siouplé !

draleuq, 01h26 :: :: :: [3 plaintes déchirantes]

19 Mai 2011 ::

« An(n)ales corrigées du concours de surveillant pénitentiaire - 2 »

:: Elucubrations

Ça veut dire que j’lai pas ? C’est pas tellement pour moi, ça aurait été pour mon père.
A la ferme je suis le seul à savoir écrire. Alors si en plus j’avais eu le bac houlala…
On passait les vacances à Lourdes !
Mais là je l’ai pas tant pis, j’irai chercher du travail à la mine.
Dès que j’aurai trouvé un autre logement. Avec mes logeurs, avec les Thénardier, ça va pas fort.
C’est à cause de ma sœur Causette, elle est séropositive…
Aie ! non c’est rien, juste un cancer qui débute… Je l’ai pas ? Je l’ai toujours pas ?
Bon ben, au revoir Madame.

Albert Dupontel ("le bac")




A l’école, dans le sport, sur la route, à la télé ou dans les jeu videos, et meme dans pleins d’autre endrois, la violence est omniplaisante.

A l’école tous d’abord, je doit dire que quand j’était petit, je ne l’est jamais vécu en temps que victime. Parcontre, quand j’était en CM2 c’était bien parceque ont était les plus grand et on pouvait claqué les petite filles de CP à la récré. Avec le recul, je me demandes quelques fois pourquoi je faisait sa. Mais on ne sait pas toujours se qui ce passe dans la tete des enfants.
Maintenant que s’est a mon tour d’avoir des gosses, je leur dit bien que si y’en a un qui les frappes, il faut qu’il répondes au moins la meme chose multiplié par deux. Par exemple, tu te prend un coup de poing, tu en met deux en retour. Ou un coup de boule, parce que sa fait deux fois plus mal qu’un coup de poing. S’est sa la vie, il faut se faire respecté, et je trouve que l’éducation s’est très important. S’est vrai, maintenant y’a des momes qui traine dans la rue jusqu'à des heure pas possible au lieu d’etre à la maison, et s’est comme sa qu’on finit délinquant. Chez moi s’est 21 heure à la maison, sauf après 10 ans. Parcontre, je leur apprend qu’il faut se défendre et répondre coup pour coup, sauf si s’est vraiment trop balaize en face, là s’est moi qui m’en charge et qui va l’attendre pour lui en mettre une à la sortie de l’école. Je ne suporte pas ceux qui s’attaque a plus petit qu’eux.

Au sport, je peut vous donné un exemple tous frais puisqu’il date de dimanche dernier. Pendant le match de foot, on a eu une petite dispute avec les gars de la Vigilante au sujet d’un tacle un peu appuyer comme dirait Thiery Rolant, lol. Autrement di, sa s’est fini en baston général. Mais s’est là que faut pas mettre tout ces oeuf dans le meme panier, se genre de chose n’est que de la violence ordinaire, sa fait partie de la coutume en quelque sorte. Que serait le football sans une petite baston de temps à autres ? S’est jamais bien méchant, au pire quelque bleu et une petite dent péter, mais les dentiste font des miracle de nos jours. Et puis une fois que s’est fini, on prend le pastis ensemble et on en parle plus. S’est une forme de violence convivial.
Se qui est un peu plus discutable, s’est la violence envers les arbitre, encore qu’il y en a qui sont tellement mauvais que s’est difficile de se contenire. Par exemple l’an dernier, j’ai eu une petite dispute avec un arbitre au sujet d’un but refuser. Bon, j’est été bien puni, vu que la fédé m’a suspendu pour un an. Mais s’était pas sa le pire. Le pire, s’est quand il a fallu allé lui rendre visite à l’hosto avec un bouqué de fleurs pour le supplié de retiré sa pleinte au pénal, en lui expliquant que j’était chomeur, que j’avait une femme et deux gosse à nourir, et que si j’avait un casié judiciaire, je ne pourrait jamais réalisé mon reve et devenir surveillent pénitensiaire. Et le pire du pire, s’est que j’ais fait tous sa pour rien, vu qu’il a refuser de retiré sa pleinte (enfin, sa femme a refuser pour lui, car lui il pouvait plus parlé avec le platre), et il a fallut faire appelle a mon cousin Dédé pour les convincre de la retiré. Bref, une sale affaire, vraiment. N’empêche, il y était, le but.

A propos de la violence sur la route, s’est vrai que les gens son pas gentil entre eux quand il conduise. Moi le premier je reconnait que je peu assez facilement m’emporté : un doigt d’honneur par si, une insulte par la. Mais si je suit plusieur fois sorti de mon véhicule, je n’ait jamait dépasser les borne et je me suis arreter au coup de pied dans la portiere, ou à crevé les pneus ci s’étais une voiture en stationnement qui me gonflait. Alors que mon cousin Dédé lui, quand sa lui arrive, il te sort carraiment de ta caisse par les cheveu, faux le voir pour le croire.
S’est vrai que s’est exessif, mais en meme temps pour etre tout à fait honnete, il faut dire que les vieux sont insuportables sur la route, ainsi que les femmes qui la plupart du temps ne save pas non plus conduire. Comme on dit, « femme au volant, mort au tournant », et comme les chat font pas des chien, s’est sans doute pas par hasard si tous le monde le dit, sauf bien sur les femme elles meme, pas conne non plus hein, lol.
Se que je proposerait bien pour diminuer la violence sur les route, s’est d’interdire le permis de conduire aux femme et aux vieux. Sa serait une bonne mesure de prévention.
La prévention, s’est le contraire de la dépression, qui consiste à te punir après ta faute. Par exemple, si je te met un coup de poing dans la geule parce que tu m’a marcher sur le pied, s’est de la dépression.
La prévention, au contraire, s’est empecher que la violance elle arrive avant qu’elle arrive, et sa s’est le top. Par exemple, si dès que tu rentre dans la meme piece que moi je te dit : « attention ! si tu me marche sur le pied, je t’éclates la geule ! », sa s’est de la prévention, parce que tu va faire gaffe après.

Un autre domaine dans le quelle il y a de plus en plus de violence, s’est celui de la télé et des jeu videos. Maintenant, y’a des film bien sanglant qui passe dès 20 h 30, et on voit des gosse tout petits qui aime deja jouer avec des jeu videos très violent. Faux pas s’étonné que des personnes fragile psicologiquement peuves confondre un peu la réalité et la fiction, et pété un peu les plons ensuite. En meme temps, s’est vrai qu’il y a rien de tel qu’un bon film gore pour passé une bonne soirée, et puis les meilleur jeu videos sont largement ceux ou tu explose des monstres ou des mort vivants à grands coups de lance roquette, quand tu les voit se faire déchiqueté mieux qu’en vrai et qu’il y a des tripes éclabousser partout. S’est vrai, il faut reconnaitre que les jeu et les émissions violente sont ceux qui m’éclate le plus, et sa ne m’empeche pas d’etre très équilibrer mentalement.

Non, la vrai violence, celle qu’il faut éradiqué au karcher, comme dit monsieur le president, s’est les délinquants qui se drogue, qui vole, qui deale dans la rue, qui brule des voitures et casse les cabines téléphonique et les abribus, qui agresses les vieilles dames dans les bus et tout sa. Se sont presque tous des jeune qui peuve venir de n’importe où, mais surtout des cités de banlieu, et qui peuve être de toute les origines, mais surtout des noirs et des arabes, et qui peuve être de toute les religion, mais surtout des islamisques.

Pour réglé la violence dans les rue, il faut construire plein de nouvelle prisons, ou agrandir celle qui existe déjà. Comme sa il faudra plus de surveillant et j’aurais plus de chance d’avoir le concours lol.
En vrai le lol s’est pour le clin d'oeil a l’examinateur du concourt, parceque parcontre s’est vrai qu’il faut construire des prison. A la télé ils arrête pas de dire qu’elles sont surcharger et qu’ils sont 6 dans des celules prévue pour 2. En meme temps, on va pas les plaindre non plus, hein, ils avais qu’à pas déconner. Déjà qu’il foute rien de leur journée et qu’il passe leur temps a regarder la télé ou à joué à la Playstation, déjà que ceux qui paye des impots ils leur paye a bouffé gratos (moi je me plains pas, j’en paye pas vu que je suis au chomage de longue durée, mais je pense pas qu’à moi non plus), alors faudrait quoi en plus ? Leur fournir une chambre individuel dans un hotel quatre etoile ?
Parcontre, c’est vrai que meme à 6 dans une celule pour 2, y’a plus de place apparamment. Et on peut quand meme pas les mettre a 12 dans une celule pour 2. Faut pas exagéré, c’est pas non plus des animaux, en tous cas pas tout à fait (meme si, pour certain d’entre eux, on peut se posé la question). S’est pour sa qu’il faut construire d’autre prisons.
On pourrait meme faire comme dans « New York 1997 » de John Carpenter, faire une ville prison entourer de barbelé électrifier et de champ de mine, ou il se débrouillerait tout seuls à l’intérieur. John Carpenter est mon cinéaste préférer, il a toujours des super idées. S’est un visionnaire (sa veut dire qu’il voit le futur dans ses reves.)

En conclusion, je dirais que la violence, s’est pas bien, et évidamment je suis contre, mais en meme temps on n'y peut pas toujours grand-chose et faut quand meme reconnaitre que souvent sa fait du bien.

copyrat draleuq 2009

draleuq, 18h47 :: :: :: [3 déclarations d'amour]

16 Mai 2011 ::

« An(n)ales corrigées du concours de surveillant pénitentiaire -1 »

:: Elucubrations


1) On ne peux pas répondre à cette question parce que EGINOR, sa ne veux rien dire. Sa fait pensé a une marque de lessive ou de produis netoyant.


2)
- Rictus : j’ai pas fais latain a l’école. On m’avais pas dis que s’était obligatoire pour se concourt.
- Caméra : sa fais pas beaucoup de bruit, sauf quant on en laisse tombée une par terre.
- Pineau : s’est de l’alcol, a consommé avec modération. Mettre un insecte dedans sa se fais pas, punaise ! Ni pour l’insecte ni pour le propriéterre du verre.
- Créole : les collégien sont pas tous créoles, y’a aussi des noirs, des blancs, des rebeus et des asiatiques. D’un autre coté, y’a aussi des lycéens et des écoliés qui sont créoles, donc s’est doublement pas vrais.


3) X=5 parce que 5+5+5+5=20
Pour les trois autres, sa dépent comment qu’on compte.


4) Si je me souvient bien à quoi il ressemblais, je croit que c’est Helmudt Köhl le seul chef des tas. Et de loin.


5)
- sang et rouge (le sang s’est toujours rouge)
- gorge et rouge (quant t’a une anginne)
- garde et arrière (avant y’avais des gardes arrière aux passage a nivaux)
- chassé et garde (aujourd’hui encore y’a des gardes chasse pour empêché les chasseur de tout tué)
- chassé et pensée (sa finis pareille)
- gorge et croisé (s’est une marque de soutife)
- pensant et pensée (sa commence pareille)


6)
- administratif, avalanche, arrêté : la famille de ceux qui commence par a
- cyclone, code, commerce, civil : la famille de ceux qui commence par c
- séisme, saison, siècle : la famille de ceux qui commence par s
- décret, pénal, époque, ère, tempête, loi : la famille de ceux qui commence ni par a, ni par c, ni par s.


7) S’est pas possible parce que personne pourrais joué au foot dans la meme équipe que sont beau père.


8) A Hollywood en Californie vu que c’est là qu’il habite le président Schwarzenneger. Ou sinon sa pourrais être à Las Vegas, Manhattan ou Miami, vu que c’est là qu’il y a Les Experts.


9) La Chine, tout le monde le sais. Plus d’un milliart d’habitants.


10) Bien peu de gens, en fait, connaisses l’épervier.
Il est souvent confondus avec le faucon crécelle qui, il est vrai, lui ressemble un peu.
C’est les seule faute qu’il y a.


11) 18/39 parce que s’est la seule qui a des nominateurs impaires (celle-la j’est eu du mal a la trouvée)


12) Apercevoire, courire, pénitensiaire, acceuille, émisphère, hormit, immobilitée, des chefs d’euvres, exeptionel, demain, j’irait


13) Je sait plus son nom mais il étais particulièrement pauvre, s’est sa qui l’as inspirer.


14) Le 18 juin 1940 c’étais 3 jours avant la fête de la musique, mais cette année la il l’ont sans doute pas beaucoup fêter parce que s’était la guerre de 100 ans.


15) Zéro, parce que les francs ça existe plus (s’étais une question piége)


16) Quant Nicolas Sarkozy seras mort.


17)
- A. Mauresmo parce que c’est une gouine.
- A. Agassi parce qu’il est italien (ou espaniol, je s'est plus)


18) Je fait 9200 francs moins 3,12 francs pour le compte d’épargne, moins 3,4 francs pour le compte bancaire :
9 200
-3,12
-3,4
______
3,720

Il me reste 3,720 franc.


19) Il y a une faute de frape dans le sujet de l’examen, le bon dessin n’a pas de numéro, donc je l’ai rajouter sur la feuille et s’est le numéro 6, parce que tous le monde sais bien que les négatifs sont toujours noir. Facile.

Copyrat draleuq 2009

draleuq, 19h23 :: :: :: [6 poignants panégyriques]

15 Mai 2011 ::

« Sureveillents en colerre ! »

:: Paparatzi

Celui qui ouvre une porte d'école ferme une prison.

Victor Hugo


Peut-être l’avez-vous entendu, nos surveillants pénitentiaires sont en colère, eux aussi, après les profs, les médecins, les sages-femmes, les salariés de Caterpillar, Continental, Arcelor-Mittal, et j’en passe et des meilleurs…

Le seul truc étonnant, c’est qu’il est assez rare que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un flic soit en colère sous l’ère Sarkozy. Encore que, j’ai reçu récemment par mail un témoignage d’officier de gendarmerie suite à une descente de Son Altesse Exaspérissime dans la Drôme, et ben même lui il était grave en pétard. Faut dire qu’il y avait de quoi.

Ce mardi 03 mars à 11h00, l'empereur SARKOZY était chez nous, dans la Drôme (…) 1265 gendarmes déployés !!! (…) Nous montons la garde 24h/24 à l'aérodrome de Chabeuil et à la gare TGV. Son altesse ne voulant pas venir en Falcon république, il vient en Airbus (plus spacieux et nettement plus "digne" de son rang) (…) Seulement, il n'y a pas de rampe pour le faire descendre de l'avion; ce n'est pas grave, on en fait venir une, vite fait, par convoi exceptionnel depuis Lyon !!! (…) Pour ne pas être gêné, l'Empereur aura la voie rapide Valence/ Romans coupée dans les deux sens pendant 30 mn. 60 voitures d'usagers de la SNCF (sur son passage) seront mises à la fourrière. Si jamais il y avait un contretemps, ce ne serait pas grave : un hélico Puma est tenu à sa disposition ainsi qu'un hélico Gazelle en appui.... Il va donc aller faire le beau sur deux sites (Ecole de Chatuzange-le-Goubet et salle polyvalente d'Alixan) et pour se faire mousser, il a invité 3000 personnes à un petit vin d'honneur avant de remonter dans son avion à 14h00. (…) En 26 ans, j'en ai fait des services de ce genre (sous Mitterrand et sous Chirac) mais jamais je n'ai vu un tel déploiement et surtout un tel coût ! Pour info, c'est une évidence, mais il est bon de le dire... au moindre sifflet, au moindre tag, à la moindre banderole hostile, le préfet saute ainsi que le Commandant de Groupement de gendarmerie. (…)
Signé : Un vieux commandant militaire de la Gendarmerie, qui en a pourtant vu d'autres et c'est peu de le dire.


Mais revenons à nos matons.

Les surveillants n’ont pas le droit de grève, malgré l’évident intérêt qu’il y aurait à l’autoriser, ce qui permettrait aux prisonniers de s’autoréguler, de gagner en autonomie, et de régler une bonne partie des problèmes de surpopulation carcérale.
Au lieu de ça, nos gardiens bloquent les transports de détenus vers les palais de justice, retardant les procès et faisant passer les délais de 8 ans d’attente à 9 ans en moyenne, soit un an de préventive de plus. Non, franchement, c’est contre-productif.

En plus, aux dernières nouvelles, ils n’ont toujours rien obtenu, si ce n’est la suppression des visites nocturnes aux détenus qui servaient à prévenir les suicides. Et franchement, même si cette mesure va permettre une légère augmentation du nombre de suicides, il ne faut pas rêver : cela ne règlera pas non plus la surpopulation carcérale. Pour un qui se pend, on en met trois autres en cabane, pensez-donc !

Ce qu’ils veulent, eux, c’est même pas du pognon, non, c’est juste être davantage. Souvent la nuit, ils ne sont que trois. Et il faut être quatre pour faire une belote. Mais n’ont-ils pas encore compris qu’ils sont fonctionnaires ? Et que le nombre de fonctionnaires doit baisser de toute façon, par la porte ou par la fenêtre, même à travers les barreaux s’il le faut ? Que tout comme on ira si nécessaire jusqu’à un prof pour cent élèves, on ira jusqu’à un maton pour trois cents détenus s’il le faut, pour avoir moins de fonctionnaires ?
Comment ça, c’est pas juste ? Mais si c’est juste : les clients des matons bougent moins que ceux des profs, vu qu’ils sont enfermés.

En tous cas, cette brûlante actualité m’a conduit à me souvenir d’un mail qu’un petit calotin mal intentionné (je ne sais même plus qui) m’avait envoyé il y a quelques années. Ce mail contenait, en format .pdf, les épreuves écrites du concours d’admissibilité à la profession de surveillant pénitentiaire, version 2001.
Bien entendu, cet envoi avait pour seul but de railler avec malveillance les dites épreuves. Et comme je ne suis en aucun cas malveillant et que ma maman m’a bien appris que ce n’est pas beau de se moquer, j’ai bien sûr immédiatement supprimé ce mail d’un clic dédaigneux.
La pièce jointe, en revanche, c’est-à-dire l’épreuve elle-même, quelqu’un a dû l’enregistrer sur mon disque dur à mon insu, car je l’ai retrouvée récemment, complètement par hasard bien entendu. Je me demande bien qui a pu faire une chose pareille. Encore un fieffé moqueur, maudits soient ces parasites.

Aussi, avec l’aide inattendue de cette conservation d’archives, je pensais pour l’occasion me pencher un peu avec vous sur le contenu de ces épreuves, au cas où l’un d’entre vous se sentirait, à la lecture de cet article, frappé par une nouvelle vocation, et désirerait âprement préparer ce concours afin d’aller renforcer les rangs de ces pauvres matons exsangues.
Comme chacun sait, pour faire ce métier tout en sauvegardant son intégrité, il est préférable de se pencher, fût-ce sur les épreuves d’admissibilité, avant d’entrer en prison, que de se pencher après. Simple question de bon sens.

Vous vous attendez certainement à ce que, conformément à mes habitudes, outre celles que je viens déjà de dire, je débite toute une palanquée d’atrocités affreusement cyniques et entièrement gratuites sur ces épreuves. Et vous allez être déçus, car je m’en garderai bien. Il est en effet hors de question que je dise que :

- Parfois je donne certains de ces exercices à mes CM2 pour qu’ils s’amusent un peu.

- Comme chacun sait, une proportion importante des détenus est illettrée, et dans le souci bien compréhensible de favoriser le lien social et le dialogue entre les détenus et leurs gardiens, il est tout à fait normal que l’on fasse en sorte qu’il y ait une forte proximité entre le niveau scolaire des premiers et celui des seconds.

- De toute façon, il ne faut pas faire garder les taulards par beaucoup plus intelligent qu’eux, ça pourrait les instruire et ce serait super dangereux.

- De toute façon, y’a pas besoin d’être sorti de la cuisse de Jupiter pour ouvrir et fermer des serrures et faire tourner une matraque. Et les détenus ne sont pas là pour qu’on leur parle. Pour ça, y’a la télé.

- C’est vraiment un boulot merdique, qui en plus est payé à coups de trique (ironie du sort), et s’ils demandaient un niveau plus élevé, il n’y aurait plus aucun candidat pour le faire, à part les immigrés clandestins, ce qui la foutrait plutôt mal, et n’est de toute façon pas possible car ils sont déjà de l’autre côté des barreaux.


Des sacrées têtes de vainqueurs...
Notez le jeu de mots : prison digne (de dignité) / prison de Digne (ville des Alpes de Haute Provence) dont ces braves matons doivent être issus, ce qui a pourtant le mérite de leur aérer le cerveau. La preuve, vous avez vu ce jeu de mots ? Y'en a là-dedans, hein !?


Prochainement sur vos écrans, les an(n)ales corrigées du concours de surveillant pénitentiaire.

Copyrat draleuq 2009

draleuq, 11h04 :: :: :: [3 assertions ineptes]

11 Mai 2011 ::

« Un personnage »

:: Baratin

Que la vie serait belle si tout le monde doutait de tout, si personne n’était sûr de rien. On pourrait supprimer du dictionnaire les trois quarts des mots en « iste », fasciste et communiste, monarchiste et gauchiste, khomeyniste et papiste.

Pierre Desproges


Tu avais le cheveu blanc et rare et une petite moustache soignée près de la lèvre supérieure, du moins je ne t’ai jamais connu autrement. Tu aimais la soupe de légumes bien salée, le camembert au petit déjeuner, lire le journal le matin dans la cuisine, les mots croisés près du feu, le jardinage, et tu ne ratais jamais « Questions pour un champion ».

Dans la salle à manger, dans la cuisine, dans le salon, tu avais partout ta place réservée. Après ton départ, j’ai mis des années avant d’accepter de m’y asseoir à mon tour.

Quand j’étais gosse, tu m’appelais « mon lapin », tu me demandais combien j’avais marqué de points quand t’avais pas pu venir me voir jouer. Je te répondais et là tu me disais que « j’en avais marqué ma part ».
Des années plus tard, quand je venais te voir, tu me demandais invariablement « comment ça allait dans mon chantier ». Je t’ai fait partager mes plus belles réussites scolaires et professionnelles, parce que je savais que tu voulais pour nous « l’ascenseur social » que tu n’avais pas pu prendre.
Quand je ne pouvais pas te l’annoncer en personne, je t’écrivais, et tu me répondais illico, en pleins et en déliés, sans la moindre faute.
Tu n’as jamais compris que je sois « instit’ » et non pas professeur dans le secondaire, parce que d’après toi je valais « beaucoup mieux que ça ». Je t’ai bien expliqué qu’aujourd’hui il fallait le même niveau d’études pour l’un et l’autre, mais tu n’en démordais pas. T’étais sacrément têtu, mon cochon.

T’étais vachement dur avec ta femme, tu lui causais souvent sur un sale ton, et ça on avait du mal à cautionner. Tu trouvais qu’elle ne comprenait jamais rien, et ça t’agaçait. Quand il manquait quelque chose sur la table, tu te figeais, et il fallait qu’elle comprenne à la seconde si c’était le sel ou la moutarde, comme ta mère le faisait. T’étais un mec de ton temps, malgré tout.

Quand tu rigolais, ça commençait par un genre de bruit de quelqu’un qui chercherait de l’air, et qui partait du fond de ta gorge. Quand tu sifflais ou quand tu chantais, c’étaient souvent des rengaines militaires comme « c’est pas d’la soupe, c’est du rata, c’est pas d’la merde mais ça viendra ».
T’en avais bavé, faut dire. Les bombardements, la captivité, la faim, la dysenterie, et j’en passe et des pires, t’en avais vu de toutes les couleurs. T’étais pas un va-t-en guerre, loin s’en faut, t’avais pas envie d’y aller, mais t’étais obligé. T’avais juste eu le temps de courber la tête sous les obus, et de tirer dans la même direction que les copains, en espérant tout au fond de toi ne blesser personne. Quand tous les autres se sont rendus, tu t’es rendu aussi. T’avais pas envie d’y laisser ta peau, tu l’assumais très bien, personne ne t’aurait jeté la pierre pour ça, et surtout pas moi. Du coup, logique jusqu’au bout, tu avais refusé en bloc toutes les décorations qu’on t’avait proposé sur le tard. T’étais sacrément modeste, aussi.

Tu étais centriste. Pas par manque de personnalité, non, mais par conviction. Tu en avais tellement vu, des gauchistes, au boulot, et puis des fascistes, en Allemagne, tu les abhorrais tellement, ces extrémistes, que tu ne pouvais qu’être centriste, « jusque dans le bout des ongles ». Ça aussi, c’était une de tes expressions.

Tu étais résolument européen aussi, pour les mêmes raisons que tu étais centriste. Pour qu’il n’y ait plus de guerre, ni froide, ni chaude, ni patriotique, ni civile. Plus de guerre, tout simplement.

Pour un type de ton époque, t’étais sacrément tolérant. Fallait pas être « sectaire ». Ça aussi, c’était un de tes mots favoris.
Parfois, sur mes prises de position, tu m’engueulais. Tu me traitais d’anarchiste et de petit con. C’était pour mon bien, tellement tu m’adorais. Et je le sais aujourd’hui, t’avais bien raison : j’étais vraiment un petit con.

Quand je venais te voir, même à soixante-quinze ans passés, tu étais encore souvent en train de piocher dans ton jardin comme un bagnard, torse nu en plein soleil, couvert d’une sueur froide. Chaque coup de pic t’arrachait un « han ! » de forcené, et tu ne t’arrêtais que pour te cracher dans les mains, à l’ancienne, pour que ça accroche mieux sur le manche. Avec ta peau de rouquin, tu attrapais des coups de soleil pas possibles. Même pas mal.
Un jour, tu utilisais un taille-haie, c’était à l’époque où il n’y avait pas encore de frein sur les lames. Tu as mis la main pour virer une branche alors que de l’autre main tu tenais le taille-haie qui tournait encore : tu t’es entaillé l’index jusqu’à l’os. Tu es tranquillement rentré dans ta cuisine, tu as posé ta main sur la table et tu as dit à ta femme : « Albertine, soigne-moi ça ! » Et elle est presque tombée dans les pommes.
Une autre fois, tu avais été te faire arracher une dent, mais ça continuait à te gêner après et tu croyais que cet andouille de stomato t’avait laissé un bout de dent dans la gencive. Pendant plusieurs jours d’affilée, tu avais entrepris de traiter toi-même le problème avec ton inséparable Opinel. Rien à faire. A force que ta femme insiste, tu avais fini par retourner le voir, le stomato. Il avait levé les bras au ciel et t’avait traité de fou : c’était l’os de la gencive que t’étais en train d’attaquer avec ton couteau.
T’étais un dur, putain.

Et heureusement, parce que t’avais pas encore fini d’en baver avant de pouvoir tirer ta révérence.
T’as d’abord chopé le même cancer que Mitterrand, en même temps que lui. Tu t’en es sorti, dans un premier temps du moins, mais les séquelles de la radiothérapie finiraient par te rattraper.
Et puis t’en as chopé un autre, de la peau, sur l’oreille. On t’a fait payer d’être un dur, sûrement, et d’avoir pioché si longtemps sous le cagnard avec ta peau de rouquin.
Ils ont fait leur boulot. En l’occurrence, ça équivalait à un massacre. Je revois le jour où je t’ai emmené chez l’ORL qui t’avait amputé de l’oreille pour qu’il change le pansement. Je revois la grimace de dégoût qu’il n’a pas pu contenir. Je le revois dire à ta femme que c’était sans espoir.
Comme si de rien n’était ou presque, on continuait à aller te voir tous les samedis. Tu faisais bonne figure, sauf une fois où tu avais passé tout le temps qu’on était là prostré avec la tête entre les mains, vautré sur la table. Fallait-y que tu douilles pour en arriver là, hein, mon papi.

Tu as dit à ta femme : « toi qui pries le Bon Dieu, demande-lui donc quand est-ce que ça va finir ce calvaire ».

Il t’a entendu, enfin, quelque temps plus tard.
Deux jours avant la fin, tu me souriais sur ton lit d’hôpital, avec un grand pansement sur ton oreille. Tu étais shooté à la morphine. Tu avais peur, sûrement, mais tu ne l’aurais jamais dit. T’étais sacrément fier, bordel.

Quand tu es parti, enfin, abandonnant ta souffrance en ce bas monde, quand je suis allé voir ton corps sans vie sur ce lit d’hôpital, mon père m’a soufflé à l’oreille : « tu trouves pas qu’il ressemble au Général de Gaulle ? » Et c’était vrai.
Quand tes fils ont rigolé dans cette chambre mortuaire, on n’a pas beaucoup apprécié. On était peut-être vieux jeu, mais pour nous ça se faisait pas. Ils devaient pourtant avoir leurs raisons, sans doute.
Quand on a cherché quelqu’un pour faire ton oraison funèbre, même si j’aime pas beaucoup ce mot, aucun d’entre eux ne voulait le faire. Ils devaient avoir leurs raisons. Alors je me suis porté volontaire, parce que c’était à moi que t’avais raconté des trucs que même ta femme ignorait, parce que c’était moi qui avais noté tout ça, fébrilement, pour ne pas que ça se perde. Et parce que je me disais que peut-être, tu aurais voulu que ce soit moi.

J’ai chialé presque toute la messe, comme une madeleine, mais pas devant le micro. Je te devais bien ça.

Et d’écrire ça, tu vois, c’est con, mais j’en chiale encore.

Mais ça aussi, je te le devais bien.

Tu es parti il y a dix ans tout juste, mais tu ne m’as jamais quitté.

Copyrat draleuq 2008


PS : je viens de réaliser pour la première fois qu'il a tiré sa révérence le jour de la "commémoration de l'esclavage et de son abolition." Hé hé hé.

draleuq, 11h50 :: :: :: [2 insultes scandaleuses]

8 Mai 2011 ::

« Gloire au dictatueur ! »

:: Paparatzi

La mort est plus douce que la tyrannie.
(Eschyle, "Agamemnon")


Désirer l'immortalité, c'est désirer la perpétuation éternelle d'une grande faute.
(A. Schopenhauer, "La mode comme volonté")


Celui qui n'est pas avec moi est contre moi.
(Evangile selon St Mathieu)


Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis quelques années, et cela s’accélère ces derniers mois, il souffle comme un vent de liberté sur le monde !
De quoi redonner de l’espoir aux plus misanthropes d’entre nous (ne me regardez donc pas comme ça, ça m’intimide !), même si l’extrême goût atavique de l’homo sapiens pour le pouvoir et la destruction alimente une petite voix qui nous siffle à l’oreille : « c’est trop beau pour être vrai, mon pote ! »
Donc disons que si tous les tyranneaux qui tombent les uns après les autres sous les coups de boutoir du légitime ras-le-bol populaire ne sont pas illico remplacés par des choses pires encore (allez hop, la burqa pour tout le monde dès le berceau, par exemple… Non Madame Sarfati, c’est pas une moustiquaire !), il y aura peut-être de quoi commencer à opérer un premier début de légère translation vers une ébauche d’atome d’espérance.
Tout en sachant bien sûr que même si on arrive à la paix, à l’amour et au respect entre les peuples du monde entier, ce qui est déjà rigoureusement impossible, cela ne servira à rien car plus rien ne peut arrêter l’orgie d’annihilation de l’écosystème terrestre par la pollution et la surexploitation humaines.
Voilà.
Ceci étant dit, il me semble tout de même légitime de rendre un hommage au super-héros cosmique qui plane au dessus de la planète bleue depuis quelques temps, que nous appellerons le dictatueur.
Et pour cela, rappelons avec respect et déférence son tableau de chasse passé, mais aussi ses projets pour le présent et l’avenir. Loué soit-il.

























Evidemment, les clients sont trop nombreux pour être tous rappelés ici. Il y a aussi le Yémen, le Bahreïn, le Vénézuéla, la Chine Populaire, Cuba, l'Algérie... Même le plus optimiste d’entre nous conviendra que le dictatueur a encore du pain sur la planche.

Ironie du sort, c’est même pas fait exprès, c’est un 8 mai que cet article me vient, jour anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale. Après 6 ans d’apocalypse et plus de 50 millions de mort, la Terre se débarrassait enfin d’Hitler et d’Hiro Hito… Mais avec l’aide de Staline !

draleuq, 12h04 :: :: :: [7 cris de désespoirs]

5 Mai 2011 ::

« Free hugs »

:: Baratin

L’autre jour, j’attendais une amie sur la place principale de ma chère métropole régionale. C’est alors que je vis trois jeunes gens relativement surexcités arborant des pancartes où l’on pouvait lire : « câlins gratuits – free hugs »

« Câlins gratuits ! Demandez les câlins gratuits ! » criaient-ils à l’adresse des passants pressés dont le regard ne daignait même pas se poser sur eux, comme s’ils fussent des clochards galeux sentant l’urine.
Tu m’étonnes ! Dans le monde où on vit, si une camelote est gratuite, c’est forcément parce que personne n’en veut !

J’observais donc d’un œil amusé et presque attendri ces originaux durant dix bonnes minutes, se prenant bide sur bide sans se décourager, avant qu’ils ne « ferment boutique » et se séparent.

Nouveau concept

Je m’ouvrai de ces observations étonnantes auprès de l'amie sus-décrite dès qu’elle arriva, et passai aussitôt pour un has been :
- Ben oui, c’est les « free hugs ». T’as jamais entendu parler ? C’est un truc originaire du Québec je crois, c’est censé lutter contre l’individualisme ambiant. Ils en ont parlé à la télé l’autre jour.
Ceci ne risquait pas de m’aider bien entendu, tant j’ai pratiquement renoncé à l’usage de cet instrument débilitant. A tel point que je me demande de plus en plus pourquoi je paye encore une redevance.

Mais il n’en avait pas fallu plus pour aiguiser ma curiosité, et à peine rentré, je jetai avec avidité les mots « free hugs » dans un bon vieux moteur de recherche bien de chez nous.
Je découvrai presque aussitôt le site officiel francophone des câlins gratuits.

« FREE-HUGS est un concept révolutionnaire qui cherche à briser les barrières de l'individualisme et de l'inhibition d'une simple accolade conviviale. » nous annonce-t-on d’entrée.
« Venu d’Atlanta et d'Australie, le concept fût diffusé sur le web » (Dis copine… C’est au Québec, Atlanta ? : )
« Basé sur un message de communication pacifiste, d’échanges, et de solidarité entre les êtres, il applique l’idée simple de diffusion d’ondes positives par des actes spontanés. » (Putain, c’est beau ! Je suis pour !)

Divers enthousiasmes de la populace

Ce qui est nettement plus amusant sur ce site, ce sont les commentaires :

Dyslexique ?
« j'ai bien aimé le concept .c'est une idée pleinne de sens humainitaire »

Teen-ager ?
« je suis dingue de l'idée, j'avais l'intention de faire des tee shirt pour mes amis. (j'adore les tee shirt à texte). »

Grandiloquent ?
« c'est une trés bonne chose , car les gens s'enferment dans une forme d'invidualité tout au long de leur vie et peu se soucient des vraies valeurs qui nous entourent ( Partage , Amour , Communication "pas forcement verbale" , Amitié etc... ) j'espere que ce petit geste leur permettra de faire de grands choix pour la suite de leur existance ! »

Déçu ?
« coup de gueule: je trouve scandaleux que certain personne organise des free hugs et une fois la bas personne. »

Plus d’argent pour prolonger son inscription à Meetic ?
« Très sympa les Free Hugs mais je trouve qu'il faudrait aller plus loin dans la démarche et instituer les Free Sex Hugs pour renouer véritablement avec l'esprit de Woodstock dont tout cela découle... A notre époque ou le sexe est de plus en plus une industrie et une marchandise, voilà un bon moyen de le démocratiser et de remettre les utopies au goût du jour. Toutes les jeunes femmes intéressées par cette idée révolutionnaire des "calins poussés gratuits" peuvent me joindre sur msn (pour réfléchir à sa mise en oeuvre)... »

Excessif ?
« l'idée la plus intelligente qui est jamais germée dans l'esprit humain!!! »

Petite annonce ?
« c'est cool, j'en manque, si une jolie fille veux en faire a un mec sympa et trop seul, par contre comme je suis timide en intimité ça serait mieux contact moi
suis de nantes mon msn blabla_44@hotmail.com »


Promotionnel ?
"Buy Pharmacy https://itc.utk.edu/cgi-bin/netforum/theatre100/a/3--89#tramadol"

Phrase du jour ?
« La seule est unique religion au monde qui unie les êtres et les montre sous leur meilleur jour s'appelle AMOUR. »

Super-héroïque ?
« j'adoreee ! depuis que je connais ce phenomene j'arrete pas ! on m'apelle super calin le heros des calin ! lol c'est exellent sa donne du plaisir et un peu de bome o coeurr !! je suis pour la journé de calin , un jour férié ou les calin gratuit fuseron de partout !! »

Poétique (ou essayant de l'être en tous cas) ?
« Si tous les gars (et les filles) du monde
Voulaient s'faire un calin
Ca tournerait plus rond
Dans les têtes et sur la terre !
Alors faites l'amour pas la guerre
Et commencez par un calin...
Gratuit....
Ca fait du bien »


Versatile ?
« Super concepte. dommage que ça ne soit p »

Voilà, j’arrête après avoir parcouru un quart des messages, j’en peux plus…

Conclusion

En somme, et malgré mon ton vaguement grinçant, je suis conquis par cette invention merveilleuse.

C’est vrai, ils ont raison, ces visionnaires théoriciens de l’amour et de la fraternité entre les êtres, ces champions du rapprochement spontané, ces parangons de la solidarité, de la convivialité et du respect inter humain.

Je ne peux qu’acquiescer de mon poing rageusement levé à leur juste colère contre l’individualisme forcené qui pousse lentement mais sûrement chaque homo sapiens à se recroqueviller sur son petit confort, ses petites habitudes, ses petites certitudes et sa petite médiocrité personnelle.

Bravo ! Je vous soutiens ! Vous avez toute mon admiration, tous mes encouragements les plus vifs et les plus sincères !

Comment ?
Que dites-vous ?
Si je vais participer à la prochaine session des câlins gratuits ?
Huhuhu, non vous savez, c’est pas trop pour moi ces trucs-là. Franchement, vous me voyez tomber dans les bras d’un ou d’une illustre inconnu(e) ? Trop timide, c’est pas dans ma nature. Et pis on sait pas dans quoi ou sur qui il a mis ses mains avant.

Mais j’ai mis un lien vers le site officiel[1]. Ça prouve bien que je soutiens le concept. A force de bonne volonté, sait-on jamais, ils réussiront peut-être à pourfendre les résistances de la génération coincée du fion dont je suis l’humble représentant.



Copyrat draleuq 2007


_________________________________
1. Vous remarquerez qu'il n'y a plus rien sur le site officiel : "ce domaine est à vendre". Il faut croire que cette merveilleuse idée n'aura pas atteint les sommets que je lui souhaitais il y a quatre ans. Cela en dit long : la solidarité, la convivialité, la fraternité et la gratuité sont A VENDRE. Je ne voudrais pas ramener encore une fois le monde à la cruelle réalité, mais on y revient quand même toujours : TOUT FOUT L'CAMP J'VOUS L'DIS MA POV'DAME !

draleuq, 13h10 :: :: :: [2 déclarations infondées]

1er Mai 2011 ::

« Tout fout l'camp ! »

:: Elucubrations

Cet heureux temps n'est plus. Tout a changé de face.

J. Racine, ("Phèdre")


Je les guette depuis des jours, avec appréhension.
Lorsque j’ai tondu la pelouse, je les ai guettés.
Lorsque je suis allé chercher du bois de chauffage dans le cabanon, je les ai guettés.
Lorsque je suis allé jeter des épluchures ou les cendres de la cheminée dans le composteur, je les ai guettés.

Vous croyez quoi ? Je suis un écolo de la première heure, moi. Lorsque je vivais parmi les ch’tis, les honorables électeurs de mon village avaient, à une écrasante majorité, voté "Chasse Pêche Nature Tradition" (et, perdu pour perdu, Front National au second tour), et moi, rien que pour les faire chier, j’avais voté « Génération Ecologie », un peu comme une brebis égarée au milieu d’une meute de loups. Ça ne pouvait être que moi, cet enfoiré de gaucho d’instit’, étranger de surcroît, iiiiirk. Mais secret du scrutin oblige, impossible de l’affirmer. C’était prendre un risque tout de même, dans un village qui comptait trente-cinq fusils ! C’est authentique hélas, ces braves gens ne se comptaient pas en âmes, mais en fusils, comme j’ai pu le constater à plusieurs reprises avec effarement.

Mais trêve d’émouvants souvenirs, je les ai guettés avec anxiété, donc, les quelques plants de muguet qui poussent au pied de notre puits. Ce matin, c’était le jour J, le premier mai, la dernière chance de les voir sortir à temps, les petites clochettes blanches à l’odeur douce et suave. Je suis donc sorti gambader dans l’herbe grasse de notre jardin, dans l’air frais du matin, malgré une brise fort humide.
Hélas ! Hélas ! Le contour de ce bon vieux puits de pierre était toujours vierge du moindre brin de muguet fleuri. Après avoir rapidement réprimé l’envie de m’y jeter (dans le puits), je rentrai, maussade et penaud, bien décidé à m’épancher sur les vicissitudes des temps modernes et à regretter amèrement la douceur d’autrefois, afin de m’entraîner à devenir un vieux con aigri, si tant est que je ne le sois pas déjà.



Je me souviens, ma pôv’dame, quand j’étais jeunôt, il y avait du muguet fleuri pour le premier mai dans le jardin de mes parents. J’en connais même une qui allait se faire de l’argent de poche en vendant le muguet du jardin de ses parents, de ses tantes, tontons, papis, mamis et j’en passe. Il ne s’agissait pas de muguet transgénique mutant sous serre arrosé à l’engrais et au pesticide, non monsieur. Du vrai de vrai muguet, pur de dur, qui parfumait la maisonnée.
Maintenant, tu peux avoir du muguet toute l’année, il suffit de choisir le bon Air Wick au rayon « sprays W.C. » de ton supermarché. Mais du vrai muguet pour le premier mai, ça non, tu ne peux pas. Tout fout l’camp j’te dis.
D’ailleurs quand on y regarde bien, ça fait un bout de temps que tout fout l’camp. Qu’a-t-il de particulier, ce premier mai, en dehors d’être le jour du muguet transgénique au pesticide ? C’est la fête du travail, nous dit-on. Or, renseignez-vous à droite à gauche, vous allez voir : à quelques exceptions près, personne ne travaille le premier mai. Tout fout l’camp, j’vous dis.

Dans mon temps, ma pôv’dame, il n’y avait des oranges qu’en hiver, des fraises qu’en juin-juillet, et des pêches qu’en juillet-août. C’était l’bon temps.

Copyrat draleuq 1er mai 2008


PS : et cette année, le muguet a fleuri 10 jours en avance. Je l'disais bien y'a 3 ans : tout fout l'camp !

draleuq, 14h08 :: :: :: [3 remarques spirituelles]