Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Patience et longueur de temps
Ouais, c'est ça
Malheureusement, la Femme décroche affreusement la morale. Ainsi, l'amitié s'amenuise, se précipitant vers l'extase de l'existence
Nabot Léon ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

15 Mars 2012 ::

« Petite déprime »

:: Paparatzi

Le monde est peuplé d’imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauvegarder une société absurde.

Jean Yanne


Ces derniers mois, j’ai remarqué qu’à table, j’avais moins d’appétit, que la nuit je dormais moins bien, que je faisais des cauchemars, que je me sentais fatigué au lever. Le surmenage ne pouvant expliquer les idées noires, j’ai fait mon introspection et j’ai trouvé pourquoi.
C’est, qu’après m’être complu pendant des mois dans l’ignorance la plus totale, ou presque, de l’actualité mondiale et en particulier française, j’ai recommencé à m’informer, ou à me désinformer si vous préférez. J’ai recommencé à lire les dépêches à chaque fois que j’allumais mon PC, j’ai recommencé à écouter France Info dans la voiture, et, foutu pour foutu, j’ai même recommencé à regarder le JT.

C’est ainsi que, à l’occasion des émeutes de Villiers-le-Bel à cause de deux branleurs qui ont fait les cons sur une mini moto et qui, railleurs jusque dans la mort, ont poussé le vice jusqu’à se jeter sur une bagnole de flics, j’ai pu entendre une interview de Simone Weil :
Petit extrait :
- Est-ce que c’est excusable de brûler une bibliothèque ?
- Bien sûr que non, ce n’est pas excusable. En plus c’est stupide, car ils se privent eux-mêmes de cette bibliothèque !
Simone… Je te respecte. Mais franchement, là, tu te fais vieille. Ils s’en foutent de la bibliothèque… Ils savent pas lire de toute façon.

C’est ainsi que, à l’occasion de la grève des cheminots, j’ai entendu l’un d’entre eux, syndiqué FO, pleurer (au sens propre hein, il pleurait vraiment), en disant que « une grève comme ça, c’est très dur vous savez, il faut tenir son piquet de grève dès 6 h 30 du matin ».

C’est ainsi également que j’ai entendu un journaliste rapporter les propos d’un syndicaliste de Sud Rail de cette façon : « Si on arrête la grève maintenant, j’aurai l’impression de m’être fait avoir ». Le journaliste précisa qu’il l’avait d’ailleurs dit dans des termes plus « triviaux ».

Un autre syndicaliste, toujours de Sud Rail, disait qu’il reprenait le travail à contrecoeur, en regrettant que les usagers n’aient pas compris le mouvement, et que les autres corporations de métiers ne l’aient pas rejoint (ah ! ah ! ah !)

C’est ainsi enfin qu’un contrôleur, et celui-là décroche sans conteste le pompon, disait sur un ton excédé qu’il allait reprendre le travail puisque c’est ce que tout le monde voulait, et qu’il n’allait pas faire semblant de le reprendre. Puisque Sarkozy est contre les fraudeurs, disait-il, il allait les agrafer, les fraudeurs. Tolérance zéro. Œil pour œil, dent pour dent. Il allait appliquer la Loi du Talion.

Voilà un panorama qui ne donne pas, loin s’en faut, une bonne image des cheminots. Ou alors je ne sais pas, un cheminot tout seul, c’est ptet sympa, mais quand ils sont ensemble, qu’est-ce qu’ils deviennent cons.
Ils ne seraient pas les seuls d’ailleurs, je constate la même chose avec les profs tous les jours. Mais j’y reviendrai une autre fois.

C’est ainsi que notre vénéré président a alimenté l’actualité de scoops chaque jour plus juteux, entre ses tournées de représentant de commerce en Arabie Saoudite et en Algérie, son somptueux mariage de conte de fées, son hospitalité pour un bédouin tyran de série Z entouré de son peloton d’amazones gardes du corps, le tout saupoudré de discours vibrants sur la paix, la civilisation, la destinée de l’homme, autant de choses dans lesquelles la France entend jouer un rôle prépondérant.
La destinée, oui, rien que ça. Mais rien de surprenant dans ce terme, chez ce président d’un état laïque qui ose dire (discours de Rome, 20 décembre 2007) que les curés sont mieux placés que les instits pour la transmission des valeurs.

Nul doute que notre président a su passer avec brio de la Tolérance Zéro à la Cohérence Zéro.

Et plus récemment, on a encore pu constater que le bougre ne s’arrête jamais. On peut au moins lui accorder ça : même quand il sombre dans tous les sondages, il continue de plus belle.
Toujours plus inspiré sur l’éducation qui est décidément un sujet qui lui tient à cœur (hélas pour nous), il vient de faire dévoiler enfin le détail de son projet, ou plutôt de sa décision unilatérale, de suppression du samedi matin d’école.
Cette décision, qui aurait pu être bonne, s’appuyant sur le fait que l’école primaire française est celle qui impose le plus grand nombre d’heures de cours en Europe, sans pour autant être la meilleure, loin s’en faut, a été vendangée lamentablement, comme on pouvait s’y attendre… La majorité des heures ainsi dégagées pour les professeurs seront rajoutées aux « élèves en grande difficulté » qui se taperont donc deux heures de colle hebdomadaires.
Ce n’est pas comme ça que ce sera présenté bien sûr, mais c’est comme ça que ce sera vécu. Quand est-ce que ces tire-au-cul de politiciens comprendront que ces gamins-là n’en peuvent plus de ces heures de cours où ils ne tiennent déjà pas en place et n’arrivent à écouter ce qu’on leur dit qu’entre 10 % et 30 % du temps, passant le reste du temps à emmerder les autres et à les empêcher d’apprendre ?
Deux heures en petit groupe, c’est très bien. On aurait même pu faire quatre heures, six heures, c’était pas un luxe. Mais pas en plus du reste, bordel de merde !

Et puis, comme une cerise sur le gâteau, sa dernière lubie, que chaque classe de CM2 porte « la mémoire d’un petit juif mort dans les camps ». Il avait déjà voulu imposer sa version de la mémoire avec la lettre de Guy Môquet, au mépris des milliers de gens qui ont donné leur vie pour résister aux nazis, voilà maintenant qu’il veut imposer les enfants juifs comme seules victimes de la discrimination et/ou de l’horreur…
Qui va porter la mémoire des enfants esclaves assassinés par les colons ?
Qui va porter la mémoire des enfants algériens morts pendant la guerre coloniale ?
Qui va porter la mémoire des enfants tziganes et handicapés envoyés dans les mêmes camps de concentration ?
Qui va porter la mémoire des enfants victimes des bombardements ?
Qui va porter la mémoire des enfants morts de famine sous l’ancien régime quand les nobles s’en foutaient plein la gueule ?
Etc. Etc.

A chacune de ses nouvelles conneries, je vois maintenant des personnes que je connais et qui sont depuis toujours d’indécrottables électeurs de droite. Eh bien même eux, ils secouent la tête d’un air de dire : « mais qu’est-ce qu’il branle ? »

Faut que je me calme, faut que je me calme…

Alors voilà, pour rester zen et sortir de la déprime, je n’ai trouvé qu’une seule solution :



Copyrat draleuq 2008

draleuq, 21h27 :: :: :: [3 contestations]