Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

Je ronge mon
frein, ça fait
mal
C'est pas faux
Aujourd'hui, l'Humanité répudie horizontalement l'intelligence, de sorte que la mort s'oublie en courant vers le secret du post-modernisme
Cornille ::
Le lion & le rat (Le Tref & l'Aucube)

29 Mars 2012 ::

« La gazette de novembre 2008 - 2ème partie »

:: Paparatzi

Ce billet fait partie d'un sujet qui en comporte deux :
1. La gazette de novembre 2008 - 1ère partie
2. La gazette de novembre 2008 - 2ème partie


Traité d’interdiction des bombes à sous-munitions à Oslo


Faut-il que les hommes soient bêtes de fabriquer des machines pour se tuer... comme si on ne claquait pas assez vite tout seul !

Alphonse Allais


Grande victoire pour Handicap International, qui après s’être battu corps et âme contre les mines anti-personnel, se bat maintenant contre ces sympathiques petites saloperies larguées par avion, qui mutilent et tuent par centaines les civils innocents (refrain connu).
Seul « hic » : les quatre plus gros producteurs et utilisateurs de bombes à sous-munitions, les Etats-Unis, la Chine Populaire, la Russie et Israël, ont refusé de signer ce traité.
Cela dit, ça fait joli, un traité stérile de plus dans une vitrine aseptisée.




Obligation d’hébergement pour les sans-abris ?


La plupart des gens ne meurent qu’au dernier moment ; d’autres commencent et s’y prennent vingt ans d’avance et parfois davantage. Ce sont les malheureux de la terre.

Louis-Ferdinand Céline (« Voyage au bout de la nuit »)


Sympathique idée, cette fourrière pour SDF. Pas étonnant qu’elle ait germé dans le cerveau malade d’une ministre de la ville catholique intégriste. Cela montre comment ces braves gens qui pensent tellement à l’amour de leur prochain tout en jetant un regard dédaigneux et en réprimant un hoquet de dégoût sur la lie de l’humanité tous les dimanches à la sortie de la messe, ont pu si souvent se jeter dans les bras de la dictature. Cela montre aussi, s’il en était besoin, la méconnaissance de cette population de sans-abris par notre cheftaine au grand cœur. Car précisément, ceux qui restent encore dehors par grand froid, ce sont les irréductibles, ceux qui ne veulent pas de ces places en foyer qui leur ouvrent les bras. Et là encore, comme en prison, les malades psychiatriques sont surreprésentés. Donc autant le dire, le SAMU social ne suffira pas, il faudra dépêcher les CRS. Peut-être même la SPA, avec des fusils à fléchettes hypodermiques bourrées d’anesthésiant ! On pourrait même en faire un jeu video, et les recettes iraient aux compagnons d’Emmaüs, comme ça la morale est sauve…
C’est triste à dire, mais dans une démocratie, si quelqu’un a décidé de se laisser crever, on ne peut pas l’en empêcher. Tout juste peut-on gentiment essayer de le convaincre qu’il existe d’autres issues (à condition d’ailleurs d’en être convaincu soi même). La démocratie est horrible, oui. Mais le reste est pire encore.




Sabotage des TGV, le groupuscule « d’ultra gauche »

Il ne s’agit pas ici pour moi de discuter de l’ineptie de saboter des voies de TGV, au risque de tuer des passagers qui n’ont rien fait ni demandé à personne, pour protester contre le capitalisme rampant et le consumérisme désespérant de ce bas-monde, je pense que chacun a déjà pu s’en convaincre par lui-même.
Je reviendrai plutôt sur ce néologisme qui a débarqué brutalement sur les ondes télévisées et radiophoniques, d’on ne sait où d’ailleurs, pour venir mourir sur les lèvres de nos bien-aimés journalistes : un groupuscule d’ultra-gauche.
Dans les années 70, la Fraction Armée Rouge, alias bande à Baader en Allemagne, les Brigades Rouges en Italie ou Action Directe en France étaient surnommés des groupuscules d’extrême-gauche… Sauf que ce qualificatif d’extrême-gauche a acquis depuis une certaine honorabilité, et on ne sait trop si l’on doit attribuer cela à la chute des régimes communistes du modèle soviétique, ou au fait que certains partis légaux en France, comme la LCR, récemment rebaptisée NPA par notre facteur utopiste préféré, sont désormais qualifiés ordinairement d’extrême-gauche.
Besancenot a pourtant été soupçonné par des « bien pensants » d’être lié à cette joyeuse petite troupe d’inconscients regroupés dans une « communauté libertaire » du fin fond de la Corrèze. Des hippies qui sabotent les voies ferrées au fer à béton, on n’arrête pas le progrès !
Mais démenti magnanime de notre ministre de l’intérieur : les ultra gauchistes seraient « environ 300 sur toute la France ». Et chacun sait qu’Olivier a fait plus de 300 voix aux dernières présidentielles, tout de même.
Certains journalistes ont préféré appliquer le terme d’extrême gauche radicale. Je vous laisse libre de considérer s’il s’agit ou non d’un pléonasme. Moi en attendant, ce que je crains, c’est le jour où les groupuscules d’ultra-droite feront parler d’eux…


Le logo de notre bande de "feràbétonneurs", largement inspiré, pour ne pas dire copié sur celui de la Fraction Armée Rouge allemande des années 70... Je ne sais pas ce que ça veut dire. Ronde des Andouilles Farfelues ? Royaume des Anes Frelatés ? C'est vrai que RAF, ça sonne mieux que GUG (Groupuscule d'Ultra Gauche). Par contre, c'est la Royal Air Force qui doit pas être contente...


Réouverture de l’affaire du Petit Grégory

Je ne sais même plus pourquoi, mais ce que je sais, c’est qu’on a aussitôt vu refleurir dans la bouche nauséabonde des journalistes des superlatifs pompeux et hauts en couleur tels que : « L’un des plus grands mystères judiciaires du vingtième siècle », ou « L’affaire emblématique des années 80 »… Si c’est vraiment le cas, alors pourquoi est-ce le cas ? Parce que cette affaire fut montée en épingle par les journalistes, encore eux, alors qu’il n’y a qu’à aller faire un tour dans un commissariat ou un bureau de poste et regarder la liste des enfants disparus, dont la plupart fertilisent déjà les pissenlits depuis un bon bout de temps, malheureusement pour eux et leurs familles, mais n’ont pas eu la « chance » d’être retrouvés. Il suffit donc d’observer ces sinistres affiches pour se convaincre hélas que ce genre d’affaire n’est rien d’autre que tragiquement banale.
Au mieux, la réouverture de cette affaire fera peut-être ressortir des vidéothèques l’excellent film « C’est arrivé près de chez vous » qui a fait connaître l’acteur Benoît Poelvoorde, et dans lequel il explique l’art et la manière de faire un bon cocktail « Petit Grégory ».


Le tueur explique la recette du "Petit Grégory", dans "C'est arrivé près de chez vous".


Copyrat draleuq novembre 2008

draleuq, 22h52 :: :: :: [0 pleurnicherie]